Vous êtes ici

Les choix du libraire en relation

Une ode au retour aux sources !

Voici le choix de EVA HALGAND, de la Librairie Fontaine Victor Hugo, à  Paris : Après le succès de son précédent livre Les Délices de Tokyo, Durian Sukegawa revient cette fois avec une histoire loin du tumulte de la ville :Lorsque Ryôsuke fuit Tokyo pour la minuscule île d’Aburi, c’est à la fois le signe d’un mal-être profond et l’espoir d’en apprendre plus sur son histoire familiale. Il compte en effet y retrouver Hashi, un vieil homme qui a connu son père par le passé et à qui il veut remettre un objet d’important. Mais lorsqu’il débarque sur le petit bout de terre, l’accueil qu’on lui réserve est loin d’être des plus chaleureux. Les habitants qui vivent en autarcie depuis toujours voient l’arrivée de ces jeunes, susceptibles de mettre à mal leurs traditions, d’un mauvais œil. Ryôsuke parviendra t-il à se faire une place au sein de l’île et à poursuivre le rêve de son père ou succombera t-il aux pressions des habitants qui n’approuvent pas ses projets de confection de fromages de chèvre ? Au cœur d’une nature parfois âpre et hostile, Durian Sukegawa s’interroge sur les questions de transmission et d’héritage familial. Par quoi l’être humain est-il défini ? Dans une société où la jeunesse a du mal à trouver sa voie, qu’est-on prêt à sacrifier pour réaliser ses rêves ?Autant de questions que l’auteur traite avec toute la finesse et le talent de conteur que l’on connaît aux auteurs japonais.

Un roman époustouflant de générosité

A Saint Lunaire, sur la tournée du Camion qui Livre, Isabelle Bossard de la Librairie La Droguerie de Marine nous donne son coup de coeur de libraire :

"Voilà un roman époustouflant  de générosité. Quelque part dans Tokyo, Sentaro  cuisine et vend des dorayakis fameuses galettes traditionnelles à base de haricots rouges. Criblé de dettes, il n’a de cesse de vouloir les  rembourser mais n'éprouve plus aucun plaisir pour son métier, allant même jusqu'à commander la pâte déjà faite chez les chinois . De surcroît, il a tendance à  boire  beaucoup lorsqu'il se retrouve chez lui, esseulé. Triste vie.

Son existence prend alors une tournure différente  lorsque Tokue , une vieille dame de 73 ans venue de nulle part  va se présenter à lui et lui proposer son savoir-faire . 

A raison de deux jours par semaine, Tokue lui vient en aide au restaurant et va jusqu’à lui redonner la confiance qui l'avait abandonné, lui  transmettant son talent ;  une nouvelle clientèle, constituée essentiellement d’adolescents afflue, distillant autour du restaurant une énergie débordante d'optimisme.

Cependant cette mystérieuse femme aux doigts  tordus  est rattrapée par son passé. Guérie de la maladie de Hansen ,Tokue a été internée de force au sanatorium .  En effet une loi de 1953 rend obligatoire l’internement  des personnes atteintes par cette maladie et ne sera  abrogée qu’en 1996.  Un enfermement qui  va disséminer les familles.  Dans ce Japon contemporain  où discipline et pudeur  s’entremêlent, des réalités rendent ce pays très dur.

Ne croyez pas trouver là un roman emprunt de mièvrerie et de bons sentiments ; il s'en dégage au contraire, grâce à une écriture subtile qui donne un rythme calme au récit , une  grande force de vie et un optimisme tout à fait contagieux.  A  partir d'un  thème assez dur , Durian Sukegawa signe un magnifique roman sensuel , épistolaire  et dégageant une douce  poésie ."

Actualités

La deuxième édition du salon dédié au Polar Fnac : Rosny Soit qui mal y pense, présidé par Sire Cédric, approche à grand pas ! Samedi 26...
Eh oui... ça existe !  Rendez-vous ce weekend pour la deuxième édition de « La Bibliothèque parlante », le Festival de la BnF -...
Voici le bon plan culturel de la semaine ! 
Pour notre plus grand plaisir, le roman de Virginie Despentes "King Kong théorie" est adapté...
Toute l'actualité