Vous êtes ici

Un petit Pulitzer très agréable à lire

Il faut l’avouer « Toute la lumière que nous ne pouvons voir » est un très bon page-turner et malgré ses 700 pages, il se lit facilement et très rapidement. Sa structure en courts chapitres donne toujours envie de continuer à avancer dans la narration. Tout commence à Saint-Malo en fin de Seconde Guerre Mondiale alors que les forces alliés essaient de récupérer la ville. Deux destins, dont l’histoire nous sera dévoilé au fil du livre, vont se croiser en ce point historique : celui de Marie-Laure, jeune fille française aveugle et celui de Werner, jeune prodige allemand spécialisé dans les ondes radio. Dans ce sens, la structure du livre est très réussi avec un découpage très efficace. Les grandes parties se succèdent alternativement : un coup durant la prise de Saint-Malo et un coup dans le passé des deux protagonistes principaux. A ce récit vont s’ajouter d’autres thématiques dont l’intégration sonne parfois plus ou moins articielle : celle sur la TSF qui fonctionne bien, celle de Frederick peu intéressante puis celle de la pierre précieuse qui semble avoir été greffée a posteriori. Les personnages quant à eux sont un peu trop lisses voire survolés pour certains et il est difficile de s’y attacher. Parmi la galerie de personnages secondaires, seul le grand oncle Etienne tire son épingle du jeu. J’ai beaucoup aimé les passages le concernant. Pour conclure, c’est un roman très agréable à lire mais je reste étonné qu’il ait reçu le prix Pulitzer, peut être que la traduction plutôt lisse et littérairement pauvre y est pour quelque chose.
Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Toute la lumière que nous ne pouvons voir possède la puissance et le souffle des chefs-d’œuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros...
Date de parution: 
28/09/2016
Prix littéraire
8,90 €
Prix TTC
Imprimer

Actualités

Boris Vian est un artiste complet : homme aux multiples talents, touche-à-tout et avant-gardiste, ses œuvres n'ont pas fini de nous...
Julia Molkhou nous a parlé de La femme qui fuit d'Anais Barbeau-Lavalette sur le plateau de LCI, le jeudi 18 mai 2017. Une chronique...
Virginie Despentes était l'invitée de l'émission 21cm sur Canal+, animé par Augustin Trapenard, le 10 mai 2017. 7e numéro de cette...
Toute l'actualité