Vous êtes ici

Le désert d'Idaho

En 1959, Paul Collier, militaire, est muté au nord de l’Utah, à Idaho Falls. Il occupera un poste d’opérateur sur le réacteur CR-1 dont le fonctionnement lui sembla d’entrée préoccupant. Mais il s’était vite rendu compte que ce sujet était tabou et que les quelques remarques distillées à son chef à ce propos avaient créé entre eux un climat tendu. Son épouse Nat entourée de leurs deux filles, installait leur nouvelle vie dans cette petite maison au cœur d’une région froide et inconnue. Nat essayait de s’approprier ce nouvel endroit en ressentant toutefois une grande solitude, consécutive à ce nouveau déménagement. Ce n’est pas la soirée organisée chez le chef de Paul qui l’avait réellement mise à l’aise… Dès le début, les deux éléments principaux du roman sont annoncés : l’époque pionière du nucléaire aux Etats-Unis avec le développement d’une nouvelle énergie qui n’avait que le nom de « propre », et la condition de vie d’une femme de militaires, dans ce pays ou ailleurs, la solitude liée aux déménagements successifs édifiant toujours un unique statut. La personnalité de chaque individu participe ensuite à la construction de son quotidien. C’est ainsi que Nat chercha quelques astuces pour s’évader un peu de ces journées monotones à regarder les aiguilles de l’horloge. La construction choisie par Andria Willliams élimine d’entrée un éventuel suspens. La lecture se poursuit d’une part, par la description des conditions de travail et des relations sur le site du réacteur et, d’autre part, en suivant l’adaptation d’une femme isolée dans une société qui semble régie par le conformisme. La part des sentiments et l’aspect psychologique des personnages sont précis et représentent pour moi la part la plus intéressante du roman. J’ai regretté devoir relire des phrases dont le sens ne me paraissait pas limpide ou de constater quelques ambiguïtés dans le déroulement des faits. Sans me laisser un souvenir impérissable, ce roman au rythme un peu lent, a l’intérêt de décrire différents aspects de la vie de familles américaines dans les années 60, autour d’un point sensible, le nucléaire. Cette lecture m’a rappelée le roman de Lucile Bordes « 86, année blanche » sur la catastrophe de Tchernobyl notamment sur la question de la sécurité des centrales nucléaires, encore sujets tabous et polémique à Kiev. L’auteur donne la parole à trois femmes, deux soviétiques et une française, pour raconter les secrets, les risques et les lourdes conséquences de ce désastre sur les vies humaines.
Idaho

Idaho

États-Unis, 1959. Lorsque Paul est muté à Idaho Falls, sa femme, Natalie, et leurs deux petites filles s'installent avec lui dans une base militaire au milieu du désert. Au cœur de cette communauté isolée, il est difficile de se lier d'amitié, et dangereux de se...
Date de parution: 
31/05/2017
8,60 €
Prix TTC
Imprimer

Actualités

La tournée du Camion qui livre a lieu du 8 juillet au 20 août 2017 et s'est arrêtée à Toulon. Vous avez pu y retrouver Bernard Werber pour...
La tournée du Camion qui livre a lieu du 8 juillet au 20 août 2017 et a fait un arrêt au Lavandou. Vous avez pu y retrouverJacques Saussey...
Le roman historique à succès "Les Piliers de la Terre" de Ken Follett (official) est enfin sorti en jeu-vidéo !Après la série lancée en...
Toute l'actualité