Vous êtes ici

Profil de jfiszman - Le Livre de Poche

Mon espace personnel

Horizontal Tabs

Ses avis

Ses avis

Quand la fiction annonce ce qui n'est pas encore arrivé, on appelle cela de la science-fiction. Quand la fiction est déjà dépassée par ce qui est arrivée, on appelle cela un thriller. Et c'est le cas avec Zéro qui ne fait que surfer sur ce qui nous contrôle, mais le fait avec talent. Bravo !
Faire de Baudelaire cette voix singulière qui vous prend et ne vous lâche qu'au dernier chapitre, voilà une gageure que le roman de Lebel maîtrise avec maestria. Et pour incarner cette voix, quoi de mieux qu'un inspecteur aussi laid qu'il en est attachant. Bravo, l'artiste!
Quoi de plus explosif que de jouer sur le point de vue et quel meilleur support pour se faire que de polariser la mémoire comme le réel dans l'attente d'une déflagration que seule la dernière page peut bien provoquer. Chapeau !
Un bel ouvrage ciselé et fin, à l'atmosphère aussi chargé qu'un ciel d'Angleterre. Juste ce qu'il faut de poésie dans un monde où la réalité se rappelle sans cesse à nous comme pour bien nous dire que tout est fragile.
D'une construction aussi intelligente que brillante, ce roman de Jessica saura vous entrainer dans une course enivrante dont vous ne sortirez qu'à bout de souffle. Dans la pure tradition des thrillers mêlant histoire, fiction, symbolique et suspense, ce récit risque tout simplement de rester longtemps dans nos mémoires.
Plongée verticale dans un monde violent. Ce roman polyphonique ne cesse de nous ébranler par la simplicité de son style. Certes, la description confine parfois au cliché mais il y a comme un souffle, une intensité et une rudesse auxquels on ne peut rester insensible longtemps. A suivre...
Ses discussions sur le forum

Ses discussions sur le forum

"Il reste la poussière", comme un titre prémonitoire à ce qui reste en arrière goût après avoir suivi l'histoire dramatique de cette famille de fermiers de Patagonie. Porté par les voix des protagonistes comme autant de plaintes, ce roman émeut par la rudesse de son chant. Quelle odyssée !

À découvrir