Vous êtes ici

Canicule
448
Date de parution: 
02/05/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253086246
Editeur d'origine: 
Kero

Canicule

Renaud Bombard (Traducteur)

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même  ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots reçus par la poste : Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles... Les blessures de son départ précipité de Kiewarra sont encore à vif, mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer.

Thriller au suspense psychologique torride, Canicule nous enlise dans une communauté à la mentalité aussi aride que la sécheresse qui l’accable. François Lestavel, Paris Match.

C’est toute une ambiance, mélange de western et de roman d’initiation, que Jane Harper livre avec doigté. Marianne Payot, L’Express Styles.

Traduit de l’anglais (Australie) par Renaud Bombard.
British Books of the Year
2018

Les coups de coeur des libraires

Un premier roman parfaitement maîtrisé.

 CHRISTINE LECHAPT, de la Librairie Le Carré des Mots, à Toulon vous conseille : 
 
Cette année-là, la petite bourgade australienne de Kiewarra connaît une sécheresse sans précédents, au point que certains fermiers en viennent à commettre l’irréparable. C’est le cas de Luke Hadler qui a tué sa femme et son fils avant de se donner la mort. Aaron Falk, enquêteur à la police fédérale de Melbourne, revient en ville pour les funérailles de son ami d’enfance qu’il a plus ou moins perdu de vue. Le soir de l’enterrement, le père de Luke, persuadé que son fils est incapable de commettre un acte aussi monstrueux, convainc Aaron de mener l’enquête. Sauf que celui-ci a un lourd passé avec la petite ville de Kiewarra et qu’il est très loin d’y être le bienvenu. Bien malgré lui, il va donc fouiller dans le passé de son ami, déterrant au passage de bien douloureux souvenirs.
Oscillant entre passé et présent, Jane Harper tient en haleine le lecteur dès la première ligne grâce à des personnages attachants et à un climat pesant.
Un vrai régal !

Les derniers avis

3
Blogueur
Jane Harper nous captive dans deux enquêtes distinctes à 20 ans d’intervalles. 2 enquêtes qui s’imbriquent, des flashbaks, des rebondissements.Le récit est simple net, sans fioriture. Canicule c’est le bush australien, explosif , les nerfs sont à vifs. Un trou paumé ou la loi n’existe pas, chacune la sienne. Une ambiance rude, aride  comme ces hommes poussés à bout par cette chaleur qui n’en finit pas, le manque à gagner, la faillite, une ville fantôme ou seul le bar subsiste. Et les hommes boivent pour oublier, mais les secrets refont surface, Aaron et Raco, le policier local,  remuent les souvenirs, enquêtent sur le drame actuel et passé. La tension, les rancœurs, la suspicion, la peur montent … Jane Harper nous dévoile le présent en nous plongeant dans le passé, avec les apartés de chaque personnages, apartés à la typographie différente et si chacun avaient agit autrement, si, ….les choses auraient été différentes. Un suspens distillé avec parcimonie, un roman noir, captivant ou l’on enchaîne les pages pour connaitre la vérité.
 
Une ville, des habitants, un climat hostiles, un polar psychologique, noir, pesant, incendiaire ou le paysage est un personnage à part entière.Une intrigue superbement ficelée. La confrontation du passé pour enfin découvrir la vérité , un premier roman hyperréaliste, un dénouement imprévisible, inattendu. Un trés trés bon premier roman, hâte de découvrir son deuxième.
 
3
Blogueur
Le roman s’ouvre avec un premier chapitre percutant, poignant et sombre, les corps d’une famille d’agriculteurs sont retrouvés sans vie. Meurtres /suicides, difficile de donner la véritable raison de ce coup de folie à part cette satanée sécheresse qui ruine complétement la petite ville de Kiewarra, mais est-ce vraiment si simple que ça ?
 
Kiewarra nous attire comme un aimant, nous sommes très rapidement happés par cette bourgade et ses habitants, comment peut-il y avoir un crime aussi crapuleux dans une si petite agglomération ? 
 
Jane Harper a créé des personnages attachants, qu’on a très envie de revoir d’ailleurs, des gens normaux, ici pas de tueur en série surdoué, pas de super flic sans faille qui trouve la solution tout de suite, non, ici, la résolution de l’affaire va prendre du temps, petit à petit, ils vont creuser et déterrer pas mal de choses que certaines personnes auraient préféré ne pas voir resurgir, jusqu’à une fin qu’on ne voit pas venir !
 
 Jane Harper signe un formidable premier roman !