Vous êtes ici

Ce que cache ton nom
480
Date de parution: 
29/01/2014
EAN : 
9782253176060
Editeur d'origine: 
Marabout

Ce que cache ton nom

7,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Sandra, jeune femme d’une trentaine d’années, sans véritables attaches, enceinte d’un homme qu’elle vient de quitter, s’installe dans un village isolé de la côte est espagnole. Sur la plage où elle passe ses journées, elle fait la connaissance d’un couple d’octogénaires norvégiens, les Christensen. Rapidement, ils la prennent sous leur aile et la traitent comme la petite-fille qu’ils n’ont jamais eue. Mais un vieil homme tout juste débarqué d’Argentine va venir perturber cette belle entente : Julián, survivant du camp de Mathausen, révèle à Sandra le véritable visage des Christensen. D’abord méfiante, elle finit tout de même par se rendre à l’évidence. Le couple ne semble-t-il pas l’attirer chaque jour davantage dans ses filets ? Mais elle ne se rend pas encore compte que la connaissance de la vérité met sa vie en danger. À moins qu’elle ne lui donne un but, et lui permette de grandir…

Les derniers avis

3
Le choix pour le mois d'avril 2014 apparaît plus difficile, aucun des deux ouvrages ne m'ayant réellement convaincu. Sur le papier, la sélection semblait intéressante : proposer deux romans abordant le même thème (le nazisme) mais sous un angle et à des époques complètement différentes. Mais, une fois la lecture achevée, l'enthousiasme n'est pas vraiment là. Les récits en eux-même ne sont pas en cause. Le sujet et l'écriture sont pleinement maîtrisés. Mais, là où le bât blesse, c'est qu'il ne s'agit pas vraiment de polar (un comble pour un Prix catégorie Polar). En effet, "Dans le jardin de la bête" relève de l'essai historique, entièrement basé sur des faits réels et sur une documentation très poussée. De fait, à aucun moment, nous n'évoluons sur les sentiers du polar. Mon choix s'arrêtera donc sur "Ce que cache ton nom", car l'intrigue se rapproche davantage du polar, avec ses fragrances de thriller hitchcockien. Sur le fond, je n'ai pas forcément été convaincu par le récit lui-même, à mon sens trop lent et frôlant l'ennui (même si je reconnais que la « langueur espagnole » peut rimer avec d'excellents récits tel que "La tristesse du Samouraï" de Victor Del Arbol). Malgré tout, ces deux ouvrages très différents sont à lire, ne serait-ce que par "devoir de mémoire".
3
Deux protagonistes, deux générations, Julian un homme ayant connu les camps de concentration et Sandra, une innocente jeune femme. Le destin réunira ces deux individus pour tenter d'arrêter d'anciens nazis, qui n'ont pas perdu leurs idéologies malgré les décennies qui passent. Un titre qui nous rappelle un des plus effroyables moments de l'histoire. Le livre nous présente la fuite, la reconversion des nazis en "adorable" petits vieillards rendant le livre encore plus effroyable. On ne peut jamais juger les personnes selon les apparences, il faut gratter en profondeur pour découvrir l'être humain dans sa globalité, au risque d'y découvrir le diable incarné.