Vous êtes ici

Elle s'appelait Sarah - Édition film 2010
416
Date de parution: 
22/09/2010
EAN : 
9782253157526
Editeur d'origine: 
Héloïse d'Ormesson

Elle s'appelait Sarah - Édition film 2010

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  
Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit.
Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais. Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation.
Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans trente-quatre pays.
Prix des lecteurs du livre de poche - Choix des libraires
2008
Prix Chronos 2008 - catégorie lycéens
2008
Prix des Lecteurs de Corse
2008
Prix Gabrielle d'Estrées
2007
Elle s'appelait Sarah, un film de Gilles Paquet-Brenner avec Kristin Scott-Thomas, Mélusine Mayance.
2010

Les derniers avis

3
Le sujet brulant, même si il est romancé, de la Seconde Guerre mondiales et tout particulièrement du Vél d’Hiv et toujours énormément touchant. 16 juillet 1942, la police française frappe à la porte d’une famille juive et leur ordonne de prendre leur affaire. Soixante ans plus tard, une famille Franco-Américaine se prépare à emménager dans ce même appartement… C’est ainsi que débute ce roman, alternant les chapitres parlant de la famille juive a travers les yeux de la petite fille, et les chapitres en 2002 à travers les yeux de la femme américaine journaliste. Ce qui relie ces deux familles ? Julia Darmond a qui son patron a demandé de faire un article sur la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Elle découvre que l’appartement de la grand-mère de son époux, qu’ils sont en train de rénover, fais partis des appartement ayant appartenu a une famille de déporter. Elle fera alors tous son possible pour connaitre le rapport entre cet appartement et la famille de son époux. Ce qu’elle va découvrir ne la laissera pas de marbre. Si au début, je fus étonné de l’alternance entre le passé et le présent, au fil des chapitres je m’y suis habitué et je me suis sentie presque perdu lorsque cela a cesser. J’aurais aimé continuer a voir évoluer le personnage de Sarah a travers ses yeux, plutôt qu’à travers les témoignages recueillis par Julia. On ne sort pas totalement indemne de ce récit, car même si il s’agit d’un roman, il y a des fait historique réel que l’on ne peu occulté, je songe d’ailleurs lire d’autre récit ou témoignage, sur ce thème. Car même si on étudie à l’école La seconde guerre mondial, je n’ai pas le souvenir de cette période en particulier, il n’est jamais trop tard pour apprendre…
3
Émouvant serait le meilleur adjectif pour qualifier ce livre. J'ai vraiment adoré car l'histoire est touchante et elle ne s’essouffle jamais. On reste accroché au livre jusqu'à la fin.

Liés