Vous êtes ici

Eugénie Grandet
320
Date de parution: 
08/02/1972
EAN : 
9782253003861
Editeur d'origine: 
Le Livre de Poche

Eugénie Grandet

Maurice Bardèche (Préfacier)

3,00€
2,99€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

« Tout est grand dans ce célèbre roman, sans que rien ne bouge. Eugénie est une sorte de sainte selon l'homme, toujours fidèle à une même pensée, mais toute naturelle. [...] Eugénie est le premier personnage de ce drame d'amour. [...] En Grandet, ce rocheux Grandet, il y a une source de tendresse émouvante, quand il se cache pour voir sa fille à la toilette. [...] Au rebours on trouvera dans Eugénie tous les stratagèmes du coeur, et un vrai courage à affronter le terrible homme aux gants de cuir. On a tout dit sur Grandet. On a moins remarqué ce mot de reine, lorsque Eugénie se trouve maîtresse d'une immense fortune et assiégée d'intrigues. Elle répond :
« Nous verrons cela » comme son père faisait. [...] Ainsi l'âme de Grandet finit par être sauvée. Balzac laboure la terre. »
Alain, Propos sur Balzac.

Présentation et notes de Martine Reid.

 

Les derniers avis

Grandet père et fille, bien que du même sang, n’ont pas la même manière de voir la vie. Alors que le premier semble n’avoir d’amour que pour l’argent et l’or qu’il amasse sans jamais le dépenser, Eugénie aime les autres. Là où le père semble dépourvu de cœur et d’affection pour qui que ce soit, sa fille en déborde. L’un est un avare de la pire espèce, l’autre est d’une grande générosité. Semblables à l’ombre et à la lumière, radicalement opposés et pourtant chacun ayant besoin de l’autre pour exister.

D’un côté, monsieur Grandet, qui va garder sa fille auprès de lui comme il garde son argent, telle une richesse dont personne d’autre que lui ne peut profiter. Dont la seule chose à laquelle il entend quelque chose est la manière d’engranger toujours plus d’argent. De l’autre, Eugénie, jeune femme qui ne connait rien de la vie sinon le dénuement imposé par son père, qui découvre l’amour sans rien en savoir et qui va se montrer d’une extrême générosité. Le père ne vit que pour l’argent, la fille ne vit que pour l’amour de son cousin Charles. Pour cet amour, la fille défie le père…

Eugénie s’oppose à son père avec les moyens dont elle dispose. Mais elle reste une jeune femme qui ne sait rien du monde et encore moins des choses de l’amour. La pureté, la générosité de ses sentiments, la patience dont elle fait preuve, sa loyauté envers celui qu’elle aime, tout cela fait d’elle l’incarnation de la naïveté, de l’innocence. Et malgré les apparences, elle est une femme forte. Le dénouement du roman en est la preuve.

Liés