Vous êtes ici

Femme au foyer
384
Date de parution: 
11/01/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253070665
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Femme au foyer

7,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Anna, une Américaine de trente-sept ans, est l'épouse modèle d'un banquier suisse. Femme au foyer, elle se consacre à ses trois enfants qu'elle élève dans une riche banlieue de Zurich. Une cage dorée où elle se sent vite gagnée par l'ennui. Son mari est distant, elle est incapable de communiquer avec lui, et va peu à peu chercher l’épanouissement sexuel avec d’autres hommes. Mettre fin à ces relations éphémères se révèle cependant de plus en plus difficile.
Madame Bovary à l’ère du XXI siècle, portrait intime d'une femme en rupture, le premier roman de Jill Alexander Essbaum, où réalisme et poésie se mêlent subtilement, interroge la sexualité et le désir dans toute leur force libératrice et subversive.

Les derniers avis

3
Un premier roman qui se présente comme le récit d'une éducation sentimentale, mais qui en réalité raconte les débuts et la fin d'une histoire d'amour ratée : celle d'Anna envers soi-même. Anna ne s'aime pas et n'arrive pas à aimer ceux qui l'entourent. Elle ne cesse de se chercher dans ses histoires, tout en entamant une quête identitaire de plus en plus épuisante. Au centre de l'ouvrage, un portrait attentif du peuple suisse, qui nous surprend par son réalisme et nous accompagne au fil des pages. A lire sans tarder !
3
Un beau portrait de femme, dérangeant et fascinant. Une écriture puissante, une vrai justesse dans la description des scènes de sexe sans mièvrerie. Anna est seule, américaine plongée dans une Suisse dont elle ne possède pas les codes, ni la langue. Anne est seule parmi les siens, elle rêve d'intensité amoureuse son mari lui oppose une attitude de coucou suisse. Anna, tout doucement, glisse, elle n'est plus dans la vie mais à côté. Alors elle erre dans Zurich , prend des trains, monte pleurer sur des collines. Elle se jette dans des histoires sexuelles fortes mais qui la laisse plus vide encore et la conduisent à l'oubli d'elle même mais aussi des Autres .... On assiste impuissant à son délitement total jusqu'au chaos final.