Vous êtes ici

La Demoiselle des tic-tac
168
Date de parution: 
29/01/2014
EAN : 
9782253174974
Editeur d'origine: 
Calmann-Lévy

La Demoiselle des tic-tac

6,10€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Rosy et sa mère ont quitté Ludwigshafen en 1937 pour vivre dans un village de Moselle. Or les Lorrains n’ont pas oublié l'annexion de 1871 et rares sont ceux qui leur tendent la main. Il est vrai que Mutti admire Hitler, méprise les curés, les juifs et les fonctionnaires, et que Mein Kampf est son livre de chevet... Pour la fillette, la vie n'est pas drôle tous les jours. Quand, en 1940, les armées hitlériennes s'emparent de la Moselle, leur sort s'améliore. Pas pour longtemps. A partir de 1944, alors que les Alliés pilonnent la région, Rosy et sa mère se terrent dans leur cave. Pour tenir, Rosy se raccroche à ses souvenirs, avec de maigres provisions et, pour toute compagnie, une petite poule et de drôles d'araignées aux pattes fines, que son oncle Edy surnommait « les tic-tac ».

Un roman grave et maîtrisé sur une page d’histoire tue. Françoise Dargent, Le Figaro littéraire.

Les derniers avis

3
L'histoire de Rosy, petite fille allemande dans la Moselle envahie durant la seconde guerre mondiale, et retenue prisonnière, en compagnie de sa poule Cosette,dans la cave de sa maison après un bombardement allié. Un petit livre, 159 pages, mais une densité d'émotions impressionnante. Au-delà des horreurs de la guerre, la méchanceté et la cruauté sont distillées par petites touches contre cette petite fille pleine d'innocence et de gentillesse. Une lecture forte qui restera longtemps dans ma mémoire.
3
Rosy est une jeune adolescente allemande partie vivre, avec sa mère, en Moselle quand son père à quitté le foyer. Elle se retrouve à vivre avec sa méchante grand-mère, sa cousine et son oncle Edy. Tout n'est pas facile pour elle, surtout à cause de l'hostilité des Français envers les Allemands... En pleine guerre 40-45, il ne fait pas bon être allemande, lire Mein Kampf et vouloir devenir secrétaire du Furher. Lorsque les alliées bombardent la Moselle, Rosy se retrouve coincée dans la cave dans laquelle elle se cachait, ainsi commence son récit sur sa vie, ses envies, ses souvenirs... Au départ, Rosy n'a rien pour paraître sympathique, présentée comme Allemande, admirant Hitler (surtout sa mère), mais on oublie vite cet aspect de sa personnalité pour se concentrer sur l'essentiel : Rosy est une petite fille comme toutes les autres. En temps de guerre, elle a peur, elle s'interroge. Elle ne fait que subir les décisions des adultes autour d'elle. C'est un livre court, qui se lit très rapidement. Le style est accrocheur, c'est fluide. J'ai apprécié ce livre, qui nous livre un point de vue différent, un témoignage loin des divers témoignages que l'on peut lire sur cette période de l'histoire.

Liés