Vous êtes ici

La Reine de la Baltique
480
Date de parution: 
27/08/2014
EAN : 
9782253000495
Editeur d'origine: 
Albin Michel

La Reine de la Baltique

7,70€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Un corps retrouvé sur une plage de l’île de Sandhamn, au large de Stockholm… Suicide ? Noyade ?... L’inspecteur Thomas Andreasson, un habitué de ce petit bout de terre jusqu’alors paradisiaque, est chargé de l’enquête. Nora Linde, une amie d’enfance devenue avocate et dont la perspicacité est redoutable, lui propose son aide. Mais l’été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d’hôtel. Et si, désormais, plus personne n’était à l’abri ? Avec les enquêtes d’Andreasson et Linde qui ont fait d’elle une véritable star en Suède, Viveca Sten s’impose comme une des nouvelles grandes voix du polar nordique.

Un équipage chaleureux, un scénario bien ficelé, et surtout le portrait ingénieux de ces îliens du Nord. Pas de doute, Viveca Sten devrait se frayer une belle place dans les bibliothèques françaises. Marianne Payot, L’Express.

Sélectionné parmi les 10 meilleurs polars de l’année par le magazine Lire. Viveca Sten a déjà conquis plus d’un million de lecteurs.

Les coups de coeur des libraires

Le choix de Solenn Leclercq de la librairie au Vent des mots à Lorient

Un excellent polar, dans la plus pure tradition nordique. A lire absolument!

Les derniers avis

3
Viveca Sten nous propose un polar sans grande originalité mais agréable à lire. Les personnages et lieux sont bien décrits, l'intrigue est intéressante sans que l'ambiance ne soit pesante. Le manque de subtilité constitue un défaut majeur du livre et j'ai trouvé la conclusion décevante. Le style d'écriture est simple. On tombe de temps à autres sur des phrases affligeantes de banalité, mais l'ensemble est assez fluide. Le rythme est intéressant, on ne s'ennuie pas, et l'équilibre entre l'enquête policière et les problèmes personnels des protagonistes est agréable. J'ai parfois eu l'impression que l'auteur n'arrivait pas à dépasser ses propres fantasmes d'aventures. Son héroïne, une mère de famille très ordinaire, se retrouve mêlée à une dangereuse enquête à laquelle elle contribue pour chaque avancée significative (SPOILER) avant de finir par être secourue par son superbe meilleur ami et son mari. (/SPOILER) Même Camilla Läckberg est plus subtile. La traduction, qui comprend quelques fautes de français (de vocabulaire, notamment), aurait mérité une relecture plus pointilleuse. Il m'est aussi difficile de comprendre le choix du titre français. La reine de la Baltique ne correspond au final qu'à une localité présente dans les 50 dernières pages du livre, et qui n'a qu'une importance mineure. On ne peut certes pas parler de "titre mensonger" mais le marketing l'emporte de façon évidente sur la pertinence.
3
Am, stram, gram, Pic et pic et colégram, Bour et bour et ratatam, Am, stram, gram pic dam. Mais comme le Roi ne le veut pas, ça ne sera pas toi ! Puisqu'il me faut voter et choisir entre "Qui ?" de Jacques Expert et "La Reine de la Baltique ", je n'ai d'autre choix que de choisir non pas le meilleur des deux textes mais le moins mauvais. Je choisis donc le roman de Viveca qui pose un beau paysage nordique, fort exotique pour le français que je suis, qui amène bien l'intrigue, qui lentement embarque le lecteur... mais je maudis le travail bâclé du traducteur, Rémi Cassaigne, qui ne s'est pas arraché un ongle tant il a laissé des maladresses, des erreurs pitoyables de ponctuation qui m'ont rendu rageur. L'absence coupable de style a parasité ma lecture. Je ne peux imaginer que Viveca ait une prose aussi fade en suédois... alors qu'elle a réussi à captiver un si grand nombre de ses compatriotes ! Heureusement, entretemps, j'ai pu voir courant janvier 2015 et revoir le mois suivant, l'adaptation télévisée du roman, intitulée "Meurtres à Sandhamn " - réalisation : Marcus Olsson - Scénario : Sara Heldt et Thomas Borgström - diffusée par Arte, qui m'a enthousiasmé et m'a permis de mieux goûter la musicalité de cette œuvre et de persévérer. Je recommande aux éditeurs de s'entourer de meilleurs traducteurs...