Vous êtes ici

Le Quatrième mur - Prix des Lecteurs 2015
336
Date de parution: 
20/08/2014
EAN : 
9782253179825
Editeur d'origine: 
Grasset

Le Quatrième mur - Prix des Lecteurs 2015

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé. Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne. S. C.

Rarement fiction fit autant ressentir l’intensité d’une guerre civile en y accolant la thématique du théâtre comme arme rhétorique et politique. Ici battent des cœurs et tonne le monde. Hubert Artus, Lire.

Brûlant, fiévreux et désespéré, d’une violence inouïe. Thierry Gandillot, Les Echos.

Bouleversant, magistral. Transfuge.

Prix Goncourt des Lycéens
2013
Prix des lecteurs du Livre de Poche
2015

Les coups de coeur des libraires

Le choix de Bertrand Curé de la librairie au Vent des Mots à Lorient

Les derniers avis

3
Ce roman pourrait être un reportage de guerre tant il est violent et réaliste, mais il nous captive complètement par la description des sentiments exacerbés des différents personnages dans ce contexte de chaos. En particulier, les émotions qui animent le héros sont admirablement restituées, son hésitation puis son exaltation à monter Antigone, son émoi face à Imane, belle et fière palestinienne, son implication grandissante dans ce projet puis tout à coup l'horreur de la guerre qui le saisit avec la perte d'êtres chers, le renoncement forcé à son projet et son incapacité à revivre une vie normale lors de son retour en France. On ne peut aussi qu'être bouleversé par ce rêve fou de paix de la part du vieux Samuel, dont la famille a été exterminée à Auschwitz et par le destin tragique de cette Antigone, si fière et si belle, assassinée au nom de la guerre. Ce roman nous pose des questions importantes : Un projet de paix peut-il résister à la violence et à la folie des hommes ? Peut-on rester neutre dans un tel conflit ? Tel le héros du livre qui de manière inéluctable, prend part peu à peu à cette guerre, qui n'était pas la sienne au début. Sorj Chalandon est sans concession dans sa description des horreurs de la guerre tout en les dénonçant. Il nous livre ici une oeuvre dure et profonde, d'une justesse et d'un style admirable, qui ne peut laisser insensible.
3
L'auteur arrive à lier l'art et la guerre par une mise en abîme théâtrale et savoureuse . Ce livre évoque un beau projet mais n'est pas pour autant naïf car l'auteur saisit la complexité du thème . Le théâtre est vu comme une fleur au milieu de la guerre qui s'offre malgré ses épines.

Liés