Vous êtes ici

L'Empereur, c'est moi
168
Date de parution: 
25/02/2015
EAN : 
9782253003380
Editeur d'origine: 
L'Iconoclaste

L'Empereur, c'est moi

6,20€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

Hugo Horiot a été un enfant autiste Asperger. Plongeant dans sa mémoire, il raconte sa souffrance d’avoir été différent, son refus de parler, son désir d’avoir voulu être un autre jusqu’à changer de nom. Au fil des chapitres, il nous entraîne avec lui. Il a quatre ans, huit ans, douze ans. Il a peur. Il se cogne à l'absurdité de la vie comme un papillon contre une lampe. Il est parfois cruel. À travers ce témoignage, il nous fait part de ce qui se passe dans la tête d’un enfant autiste extrêmement intelligent, ses obsessions, ses angoisses, son regard sur notre monde et la guerre sans merci qu’il mène contre lui-même et contre les autres. L’autoportrait d’une justesse troublante et d’une sincérité désarmante d’un enfant en colère.

Un récit de combat, intense, puissant. Une leçon de vie. Astrid de Larminat, Le Figaro.

Un très beau texte sur la différence. Jacqueline Demornex, Service littéraire.

Les coups de coeur des libraires

L'avis de la librairie El Moez, Tunis

"Ce livre est une histoire vraie. L'autoportrait d'un enfant en colère, qui mène une guerre sans merci, contre lui-même et contre les autres. Un enfant autiste Asperger. Aujourd'hui, l'orage de l'autisme est passé. Le guerrier aux bras nus est devenu un adulte serein. Alors, il a décidé de replonger en enfance. Au fil des chapitres, il nous entraîne avec lui. Il a quatre ans, huit ans, douze ans. Il a peur. 
Il se cogne à l'absurdité de la vie comme un papillon contre une lampe. C'est net, juste, étrange, cruel parfois. Les larmes sont étouffées et la tendresse jaillit comme l'éclair. Un texte fascinant dans la lignée des grands récits sur l'autisme."

 

Les derniers avis

3
Blogueur

"Alors ce que j’ai découvert c’est bien sûr l’histoire d’une résurrection, d’une intégration sociale réussie, d’un enfant qui s’est ouvert au monde, car un jour il en a pris la décision. Car si l’on en croit, et pourquoi ne pas le croire, Julien savait parler mais avait décidé qu’il en serait autrement, Julien avait conscience de son existence, mais surtout de sa supériorité. Mais Julien avait décidé de mettre toute son énergie à régresser afin de réintégrer le ventre maternel. Parfois, un mot lui échappait, il se trahissait, s’éloignant un peu plus de son but. Et puis sa mère guettait mettait en place des jeux, des pièges, pour enfin le faire sortir de cette prison dont il avait lui-même dressé les murs."