Vous êtes ici

Les Batailles d'Hastings
128
Date de parution: 
11/05/2016
EAN : 
9782253098669
Editeur d'origine: 
Finitude

Les Batailles d'Hastings

5,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Espèce d'idiote ! Pourquoi tu m'as fait ce coup-là ? Pourquoi ? Je ne t'aimais pas beaucoup, d'ailleurs personne ne t'aimait. Alors pourquoi moi ? Pour que je n'oublie jamais ce que j'ai vu quand j'ai ouvert la porte de notre chambre au Collège d'Hastings ? Tu avais pourtant l'air heureuse, l'autre jour au match de rugby et puis après au pub. Tu étais presque jolie, j'étais même jalouse.
Tu m'emmerdes, Cynthia, et je ne savais pas qu'on pouvait avoir tant de chagrin.
 
Éric Haviland explore avec beaucoup de délicatesse le moment si fugace et pourtant si crucial où un événement dramatique fait basculer une adolescente dans l'âge adulte.
 
 
Savant dosage entre la Virginia Woolf de Mrs Dalloway et la Sofia Coppola de Virgin Suicides, le beau roman d’Eric Haviland charme avec son élégance feutrée et sa douleur diffuse. Alexandre Fillon, Sud-ouest.

C’est touchant, sans être sentimental, vert, sans être mièvre. Jérôme Garcin, L’Obs

Les derniers avis

3
Blogueur

Quelle délicatesse et quelle finesse dans ce récit ! le sujet peut laisser craindre un pathos pesant, mais il n'en est rien. Certes, la mort plane dès les premiers mots du récit et la disparition d'une jeune personne est forcément absurde et laisse des traces indélébiles, mais le dynamisme d'Eleanor rappelle que la vie ne s'arrête jamais vraiment, qu'elle ne cède que quelques instants face à la mort, et qu'il y a toujours un chemin à poursuivre. Dans ce très court roman, Éric Haviland dépeint avec talent l'atmosphère si particulière des pensionnats britanniques de jeunes filles. Même de nos jours, avec portables et virées shopping, il reste quelque chose d'inaltérablement digne dans le comportement de ces jeunes filles riches. Et même le Clan, entité sans visage composée de pestes qu'il n'est pas besoin d'individualiser, est un rouage indispensable au bon équilibre de l'institution.
Les batailles d'Hastings parle de jeunesse, d'expérience douloureuse et de tous les combats qu'il faut mener. Il n'y a pas de petites victoires quand il s'agit de se relever.

3
Blogueur

J’ai aimé la manière dont la mort et le suicide sont abordés. Notre personnage principal Eleanor, une adolescente bien sous tout rapport, pénètre dans sa chambre d’internat et là c’est la descente aux enfers : elle découvre sa colocataire pendue, inerte. Choc, incompréhension, colère. J’ai adoré son personnage et en même temps je l’ai détesté. C’est assez paradoxal mais je pense que vous pouvez comprendre mon point de vue, je m’explique : Je n’ai pas aimé sa personnalité trop revêche et je ne sais pas, elle a ce côté hautain que j’ai ressenti et qui m’a vraiment déplu, et en même temps j’ai aimé sa profondeur et la force de ses sentiments. Elle n’a aucun filtres, aucun masques pour le lecteur. Elle est clairement énervée et remontée contre Cynthia qui, d’une certaine manière l’oblige à vivre avec son suicide. Eleanor n’a rien demandé et du jour au lendemain elle doit continuer à vivre tous les jours comme les autres adolescentes de son age. Mais elle n’arrive plus a se préoccuper de choses futiles après la découverte atroce de Cynthia.