Vous êtes ici

Les Temps sauvages
576
Date de parution: 
30/03/2016
Langue: 
Français
EAN : 
9782253112099
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Les Temps sauvages

8,70€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Quand le vent du Nord s'abat sur les steppes enneigées d'Asie centrale, personne ne vous entend mourir. Pour Yeruldelgger, le salut ne peut venir que de loin, très loin...
Après le succès mondial de Yeruldelgger, couronné par de nombreux prix, Ian Manook retrouve la Mongolie et ses terres extrêmes dans un grand thriller où il confirme son talent pour la construction d’intrigues qui mêlent problématiques contemporaines, personnages charismatiques et descriptions foisonnantes des paysages, des coutumes. Dépaysement garanti.
 
Manook fait souffler un vent glaçant sur son lecteur, à chaque page. Mais on ne décroche jamais. Hubert Lizé, Aujourd’hui en France.

Une maîtrise du suspense insolente. Un thriller XXL. Hubert Artus, Lire
Prix du Lion Noir
2016

Les derniers avis

3
Blogueur

Après nous avoir fait découvrir la Mongolie, ses légendes dans le premier tome, ici les personnages sont plus développés. Yeruldeger devient un personnage sombre, plus dans la puissance, la vengeance qui justifie le titre les temps sauvages. On découvre la Russie ; les liens avec la mafia russe, Mongole. L’architecture soviétique, la pollution d’Oulan Bator, l’exploitation de l’uranium et les trafics, la corruption sont aussi évoqués au fil des enquêtes. Les références culinaires (la fameuse tête de chèvre, le thé), les croyances mongoles avec les loups sont à nouveau présentes mais moins centrales que dans le 1er tome. La réflexion sur la violence, la perte des valeurs de la société mongole sont plus présentes, l'héritage du passé, l'opposition entre modernité incarnée par Oyun et tradition avec Yeruldegger sont une métaphore de ces évolutions.

Yeruldeger devient de plus en plus sombre, s’éloigne de ceux qui l' aime pour plonger dans les ténèbres de cette affaire. Il devient plus dur, difficile à comprendre, il m’a fait penser à un vieil ours blessé. Il réagit à l’instinct et dépasse les limites pour aller au bout de son enquête. Il est plus solitaire, borderline, il se laisse souvent envahir par la colère. J’ai apprécié son évolution, il reste attachant même si il est plus torturé.

Donc plongez au cœur de la Mongolie blessée, des trafics et des jeux de pouvoir avec les temps sauvages, récit foisonnant, impeccable mené de main de maître par l’auteur. Vivement la suite.

3
Blogueur

Yeruldegger d'un certain Ian Manook ( pseudonyme  de Patrick Manoukian, ancien journaliste de 65 ans qui a déjà écrit sous d'autres pseudos) était un roman haletant, original et parfaitement dépaysant,puisqu'il avait pour décor la Mongolie, un pays peu usité par la littérature, policière ou générale.

Dans ce second volet, on retrouve avec plaisir le commissaire Yeruldelgger qui donne son nom à la série, et on retrouve avec plus de plaisir encore les descriptions des paysages et les spécificités de cette culture si différente de la notre sur pas mal de points. Les yourtes  de steppes de Mongolie restent toujours aussi passionnantes, décrites par l'auteur, et celui ci nous fait partager de nouvelles spéficités culturelles ignorées au premier volet.

Mélange  parfaitement maitrisé d'un polar haletant et tendu et étude ethnologique et sociologique d'un peuple et d'une culture, ces Temps sauvages, là encore, perd sans doute un peu de son pouvoir de surprise par rapport au premier volet mais conserve largement efficacité stylistique et narrative, et ce Ian Manook, fait comme Marin Ledun partie de ces auteurs de polars français qui comptent largement...sauf que lui, le public le suit largement..