Vous êtes ici

L'Île des oubliés
528
Date de parution: 
17/04/2013
EAN : 
9782253161677
Editeur d'origine: 
First Éditions

L'Île des oubliés

8,70€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
L’été s’achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d’archéologie, a choisi de s’y rendre parce que c’est là que sa mère est née et a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l’histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l’île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux... et son arrière-grand-mère y aurait péri. Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d’une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d'Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets... Bouleversant plaidoyer contre l'exclusion, L'Île des oubliés, traduit dans vingt-cinq pays et vendu à plus de deux millions d'exemplaires, a conquis le monde entier.

Prix des lecteurs du Livre de Poche
2013

Les derniers avis

3
Une histoire simple mais profondément émouvante qui nous emporte sur une île où vivent des lépreux. L'histoire est la suivante : une jeune femme et son petit ami font un séjour en Crète et à cette occasion Alexis, la jeune femme décide de visiter le village d'où est originaire sa mère. Mais ce voyage va surtout s'avérer être le moment idéal pour découvrir des secrets enfouis depuis des générations. Entre découverte d'un pays, d'une culture et des secrets de famille, cet excellent roman nous happe littéralement. J'ai été totalement immergée dans cette histoire, j'ai eu la sensation de passer tout le week-end sur l'île de Spinalonga.
3
C’est un roman qui m’a été vivement conseillé par diverses personnes, certaines me connaissant bien,d’autres non. Je n’ai pas été franchement déçu, j’ai terminé le livre mais le premier mot qui me vient à l’esprit est « mou ». Non pas que l’histoire est inintéressante, j’ai d’ailleurs découvert un passage de l’histoire de la Crète que je ne connaissais pas, ni même que les périodes durant lesquelles se déroule l’histoire me laisse insensible, au contraire. En fait j’ai attendu, en vain, le moment où on passerait à la vitesse supérieur. Il y a des belles émotions dans le roman, beaucoup d’amour, paternel et passionnel, des passages qui nous montre le meilleur et le pire de l’être humain. Seulement je n’ai pas été plus touché que cela, je vous rassure je ne suis pas un coeur de pierre ;-) Le style est simple et clair, pas de grandes descriptions, et même je trouve celles de l’île et de la léproserie très belles, très humaines. J’ai cru par moment que j’allais enfin m’enthousiasmer pour le roman, comme lorsque l’on a abordé l’occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale… mais non calme plat, on passe d’une époque à la suivante, comme l’on tourne les pages du journal, faits après faits, guettant le déclic, mais de déclic je n’en ai pas eu. C’est dommage car l’histoire, mais ce n’est que mon avis, aurait pu/dû être plus haletante. Je ne regrette pas ma lecture néanmoins car on y apprend beaucoup sur l’histoire du pays et que les personnages sont attachants. D’ailleurs je penses que c’est la sympathie pour ces derniers notamment Maria et Giorgis qui font que j’ai lu le livre jusqu’au bout. Mon petit point positif : L’histoire de l’île de Spinalonga m’était totalement inconnue, ni même celle de la guérison de la lèpre. J’ai aimé ce côté historique du roman.