Vous êtes ici

Vernon Subutex (Tome 1)
432
Date de parution: 
02/03/2016
EAN : 
9782253087663
Editeur d'origine: 
Grasset

Vernon Subutex (Tome 1)

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Qui est Vernon Subutex ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d'un secret.
Le dernier témoin d'un monde révolu.
L'ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.
 
  Magistral et fulgurant. Une œuvre d'art.  François Busnel, L'Express.

Dans cette peinture d'une France qui dégringole dans la haine et la précarité, Virginie Despentes touche au sommet de son art.  Alexis Brocas, Le Magazine littéraire.
 
Une comédie humaine d'aujourd'hui dont Balzac pourrait bien se délecter.  Pierre Vavasseur, Le Parisien.
Prix de la Ville de Deauville 2016
2016
Un film de Cathy Verney et Benjamin Dupas, avec Romain Duris, Céline Sallette...(2018)
2018

Les derniers avis

3
Virginie Despentes nous offre ici une radioscopie en quelque sorte de notre société actuelle à travers une galerie de personnages aussi différents les uns des autres. Chaque chapitre se construit sur un personnage différent qui va graviter et avoir un lien plus ou moins étroit avec son antihéros Vernon Subitex. Ici les héros ne se font pas de cadeaux ce qui permet d'y voir émerger une réelle sincérité. C'est écrit de manière rude, dynamique parfois cru mais toujours pour apporter du caractère aux différents protagonistes. C'est le premier Despentes que j'ai lu et j'ai adoré! En le finissant je me suis précipité sur la suite!
3
Il y a du Boris Vian dans ce roman-là ; par le prénom du héros, par le côté provocateur, par sa modernité. Il y aussi, mais oui, du Montesquieu : c'est un conte contemporain avec les personnages qui sont des types - simplement sur le trottoir, les disquaires et les cadres remplacent les poètes -, avec de la noirceur, avec de l'humanité, avec la volonté d'éveiller et de réveiller. Il y a surtout Paris. Il y a un style qui bouscule les mots, les pronoms, les registres. Il y a un passage à relire : celui de la rencontre improbable entre la Hyène et la petite Aïcha, dans le train puis à Barcelone. " Aïcha est une chambre dans laquelle on aurait vidé tout le contenu des placards sur le sol - saccagée. Rien n'arrête le passé. Il est têtu." Il est un roman décapant qu'il faut avoir lu.

Liés

De la même série