COMPTE | alexregain

3
C'est selon moi le livre le plus poignant de la sélection littérature. Beau, grand et très bien écrit.
3
À propos de : L'Ombre douce
Ce roman fin et méticuleux m'a plu. Mais j'ai aussi été submergé par une vague de désespoir. Quelle insondable tristesse. D'un bout à l'autre j'ai eu l'impression de descendre marche après marche dans les entrailles du malheur. Brr, c'est personnel mais j'aurais apprécié une possibilité d'espérer...
3
Le livre est très beau même si j'ai préféré ce mois ci les collines d'Eucalyptus de Duong Thu Huong. Les enfants du Jacaranda ce sont tous les enfants de cette famille de dissidents qui se succèdent pendant plusieurs générations sous les branches bienveillantes de ces arbres que sont les Jacarandas. Toujours des scènes en plan rapproché, très porteuses d'émotions. Nous sommes soit en prison, soit en manifestation, soit en famille. Ce livre baigne dans une souffrance intime. C'est un beau livre qui entretien une ambiance à la fois intime et mystérieuse. J'ai savouré la belle écriture de Sahar Delijani.
3
Ce beau roman m'a passionné et se lit très facilement alors qu'il se déploie sur près de 900 pages. La vie de Thanh, le personnage principal, est un parcours de souffrance dès qu'il franchit les portes de l'enfance. Thanh vit la désillusion, une succession d'épreuves douloureuses, de trahison et de tristes découvertes. Ce roman est à la fois beau et tendre. Il prend souvent la dimension d'un conte philosophique et nous délivre avec douceur des enseignements amers et pathétiques.
3
À propos de : L'Aquarelliste
Béatrice Masini nous prends par la main et nous fait entrer dans l'intimité des familles et dans les dédales de la société italienne du 19ème. L'écriture est subtile et particulièrement précise. Les mots décrivent avec une très grande finesse les personnalités de cette saga sociale. Des caractères croqués avec vivacité et des détails terriblement authentiques. Les grands mères les mères, les belles mères, les fils, les petits fils...les oncles, les amants, les domestiques et les maîtres. Les tableaux sont très savoureux fin, doux et violent à la fois. Des aquarelles d'enfants mais peintes avec des mots aux couleurs fraîches, vraies, subtiles. Des descriptions particulièrement douces et contemplatives de la nature, des plantes, des jardins, du ciel... De la saveur, de la beauté et de la dureté aussi qui sort de mots chargés de sens. Une écriture qui caresse et fascine.
3
À propos de : L'Éternel
Franchement les histoires de vampire ce n'est pas du tout mon truc...et pourtant Joann Sfar ose un regard cru et plein d'humour sur les êtres humains, bien vivants de chair et d'os. Un beau livre par lequel la vérité sort de la bouche des vampires! A lire avec délectation.
3
À propos de : Conte d'hiver
Un livre trop long à mon goût car l’histoire est décousue. Ce conte se veut féerique, pour cela il promène son petit train d’aventures et de sentiments remarquables à la manière des parcs d’attraction : une lente succession de tableaux en guimauve : un jeune dans les gangs à New York, l’argent, l’amour, les relations entre les êtres, les castes sociales, la magie, la paternité, l’amitié, l’éducation, le pouvoir, la manipulation, l’exploitation de l’homme par l’homme, la cruauté, la politique etc… A part la rencontre avec Beverly, que j’ai trouvée bien amenée, c’est un foisonnement désordonné de scènes oniriques trop naïves à mon goût. Les personnages sont éthérés. Vraiment, je ne suis pas parvenu à vivre la féerie proposée…
3
Je n’avais rien lu de ce genre. C’est donc pour moi un livre d’un genre nouveau. Une sorte d’écriture de comptoir, une écriture issue de ce comptoir moderne qu’est le blog. Sur le plan du style et du vocabulaire il y a une vague parenté avec Frédéric Dard (San Antonio). Sur le fond, il y a une jolie personne qui manie l’autodérision. Titiou extirpe ses souffrances, ses tares ses insuffisances en faisant le choix d’oser les dire. Elle ose exprimer crûment des habitudes pas très reluisantes, des plaisirs coupables, des sentiments inavouables elle crache aussi des jugements à l’emporte-pièce… tout cela aurait bien pu me la rendre antipathique… au contraire j’ai le sentiment d’avoir gagné une sœur dont je suis le frère très proche. Après avoir suivi Titiou dans ce chemin de régurgitation de la vie, on a envie de faire comme elle pour progresser à notre tour. Au final, Titiou est résiliente et nous invite à l’être nous-mêmes. Dire notre souffrance peut chasser la douleur. Dire notre incompréhension de ceux qui nous entourent et constituent avec nous la société est peut-être la condition pour progresser. Maintenant il suffit d’oser.
3
À propos de : L'Empereur, c'est moi
Un livre vrai. Hugo Horiot nous raconte comment cela se passe quand on ne peut vraiment pas aller vers les autres. Quand le monde extérieur à un petit humain est une frontière infranchissable pour lui. Extraordinaire voyage d’un être né mais resté fermé et qui pourtant aurait bien pu ne jamais sortir de l’autisme, muré en lui-même. Une très grosse émotion qui fait écho dans notre for intérieur. Grâce à Hugo, je suis revenu sur mes pas, mes premiers pas… J’ai retrouvé quelques une de mes premières sensations passées grâce aux roues d’Hugo, à ses tuyaux, à son tracteur, à son carrelage vert et son téléphone rouge. J’ai retrouvé ces sensations et je me souviens, sans avoir été autiste, avoir hésité par instants fugitifs entre mon monde et celui des autres. Un grand livre par celui qui après s’être trouvé hors du ventre de sa mère était pourtant resté dans cet « Avant », du côté provisoire où l’on est enfermé seul… Il est finalement sorti de l’autisme. Pour pouvoir vivre au présent il a pris la plume et nous raconte l’autre monde. Un très grand récit d’aventure première.
3
À propos de : Le Sourire des femmes
Il nous faire rire comme des pyromanes incendiés eux-mêmes par le feu de l’amour. En se servant des plaisirs de la gastronomie et de l’édition, Nicolas Barreau mets le feu à deux personnages à la fois simples et passionnés. L’intrigue très efficace libère les plus belles saveurs de l’état amoureux, le tout pimenté d’un humour qui m’a fait rire aux larmes. Ne vous privez pas de ce livre profondément humain romantique délicat et drôle.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de alexregain