COMPTE | chris92

3
Sans hésitation, mon vote va vers ce sublime polar qui nous raconte l'histoire d'un homme accusé peut-être à tort, du meurtre de son ami d'enfance et qui douze ans plus tard, dans le couloir de la mort, décrit ce que furent leurs jeunesses dans une petite ville de Caroline du Sud. Au travers d'un récit sombre et intense, l'auteur nous livre une fantastique histoire d'amitié et de passion mais aussi un vibrant pamphlet contre la folie des hommes et tout ce qui gangrénait l’Amérique de cette époque, à savoir la ségrégation raciale, les complots et l’influence des puissants, thèmes malheureusement toujours d'actualité...
Ce sublime polar nous raconte l'histoire de Daniel Ford qui, en 1970, a été accusé peut-être à tort, du meurtre de son ami d'enfance Nathan Verney, et qui douze ans plus tard, dans le couloir de la mort, se confie à un prêtre avant son exécution. Commence alors le récit par flashbacks de ce que fût la jeunesse de Daniel et Nathan dans une petite ville de Caroline du Sud. Insouciance de l’enfance, premières amours, premières prises de conscience politiques, désertion et fuite face à la guerre puis retour tragique dans leur ville natale, on est complètement happé par cette fantastique histoire d'amitié et de passion comme seul RJ Ellory sait les tisser. Mais c'est aussi vingt ans d'histoire de l'Amérique qu'il nous fait revivre dans ce roman : la mort de JFK, la guerre du Vietnam, la mort de Martin Luther King, le Ku Klux Klan, le Watergate... Ce que j'aime avec R.J. Ellory, c'est la puissance de ses récits et l'onde de choc qu'elle provoque. Encore, une fois, l'auteur nous livre ici un récit sombre et intense qui dénonce la folie des hommes et tout ce qui gangrénait l’Amérique de cette époque, à savoir la ségrégation raciale, les complots et l’influence des puissants. Ces thèmes nous parlent d’autant plus qu’ils sont malheureusement plus que jamais d’actualité...
3
J’ai aimé ce polar basé sur les faux semblants et les artifices de la vie d’un écrivain célèbre qui se révèle avoir un profil de vrai psychopathe... Henry est riche et célèbre, marié à une femme qui l’aime et entouré d’amis. Un grain de sable va pourtant venir enrayer cette vie bien réglée. Sa maîtresse qui se trouve être aussi son éditrice tombe enceinte et lui demande de tout révéler à sa femme. Mais si Henry fait cela, il va perdre celle à qui il doit tout, ainsi que la vie qu’il s’est construite autour. C’est sans compter sur un hasard néfaste qui vient chambouler ses plans. Henry doit alors jongler avec les évènements pour effacer tous les obstacles qui se mettent en travers de sa route. Pris au piège de ses propres mensonges, il dévoile peu à peu une personnalité effrayante qui ne recule devant rien pour se sortir de l’impasse. Le lecteur se laisse ainsi prendre par ce récit diabolique et sans répit jusqu’à un final très immoral...
3
À propos de : Le Garçon de l'ombre
Disparitions en chaîne, agents des services secrets et rites vaudous : c’est un polar original et plein de rebondissements que nous livre l’auteur. Le héros Danny Katz, junkie repenti au passé trouble, doit retrouver un ancien conscrit Joël Klingberg qui a mystérieusement disparu. Sur demande de sa femme Angela, il commence à enquêter mais bientôt le corps de cette dernière est retrouvé sans vie et couvert d’effroyables morsures. Toutes les empreintes retrouvées semblent accabler Dany Katz, d’autant plus qu’il a déjà été soupçonné pour une agression similaire commise plusieurs années auparavant. Dany Katz n’a plus d’autre choix que de trouver l’assassin, pour cela il va devoir lever un à un les redoutables secrets de la famille Klingberg, en particulier celui de la disparition étant enfant du frère ainé de Joël. C’est alors une traque haletante où l’on ne s’ennuie jamais et où les retournements de situation font monter la tension à chaque page...
3
À propos de : Plateau
Franck Bouysse nous offre ici un polar rural très âpre qui met en scène des êtres rustres au sein d’un huis clos oppressant. L’histoire se déroule sur le plateau de Millevaches où habitent un couple de fermiers, Judith et Virgile, ainsi que leur neveu Georges qu’ils ont élevé après la mort de ses parents. Leur plus proche voisin, Karl, est un ancien boxeur au passé trouble, sujet à des pulsions sexuelles que seule sa croyance en Dieu semble juguler. Quand la nièce de Judith vient emménager chez Georges se déchaîne alors une tempête de sentiments exacerbés par la solitude et la rudesse des lieux. Tandis que Virgile doit faire face à la volonté de mourir de sa femme et que ce dernier essaie en vain de réparer les dégâts du passé et d’un héritage volé, c’est dans une lutte à mort sans merci que Georges, Karl et un mystérieux chasseur sans visage vont s’affronter... La tension monte d’un cran à chaque page et on frissonne de bout en bout en essayant en vain d’imaginer l’issue qui ne pourra être que fatale...
3
À propos de : Te laisser partir
J’ai aimé ce thriller à la psychologie très fouillée des personnages, qui prend son temps pour un final qui se révèle bluffant. L’auteure nous manipule ainsi tout au long du récit en jouant avec nos nerfs, les personnages ayant tous leurs zones d’ombre et leurs secrets. Le point de départ est un fait divers, un jeune garçon est renversé par un automobiliste qui prend la fuite. Le capitaine Ray et sa collègue Kate, en charge de l’enquête, s’acharnent tous deux à retrouver le coupable, mais en vain, ils doivent laisser tomber. Un an après les faits, ils lancent cependant un dernier appel à témoins qui donnent ses fruits, une immatriculation est fournie par un logiciel de surveillance qui a enregistré la plaque. En parallèle de cette enquête, l’auteur nous emmène sur les traces d’une mystérieuse jeune femme « Jenna » qui semble fuir son passé et vouloir se reconstruire. La construction habile du roman nous laisse à penser qu’il s’agit de la mère de l’enfant décédé. L’auteure nous réserve alors un coup de théâtre, digne d’un « Hitchcock »... Commence alors à se dessiner la personnalité de cette jeune femme et surtout le mystère de son passé. L’inimaginable se révèle au fil des pages et l’on en vient à se demander peu à peu si cet accident n’en était pas un... . Il faudra attendre les toutes dernières pages pour qu’arrive enfin le dénouement au grand soulagement du lecteur...
3
C’est un polar original que nous livre l’auteur, à l’écriture percutante et avec une intrigue habilement menée. J’ai aimé l’atmosphère « Ch’ti» de ce polar, qui se déroule dans une petite ville du Nord, minée par le chômage et la drogue. Le commandant de police, Erik Buchmeyer, nommé pour enquêter sur le meurtre d’une jeune droguée locale, est attachant et « borderline » à souhait. Alors que tous les éléments de l’enquête semblent accabler les caïds locaux, usuriers sans scrupules aux méthodes de mafieux, le commandant préfère quant à lui, suivre ses intuitions. La vérité se dessine alors peu à peu, tout au long des pages que l’on dévore, pour éclater dans un final inattendu. Ainsi, au travers d’une enquête de meurtre, l’auteur nous conte une vengeance prenant ses racines dans les guerres colonialistes françaises, mais aussi dans une guerre économique où patrons et ouvriers s’affrontèrent dans une lutte sans merci...
3
À propos de : Il reste la poussière
Magistral ! Un roman « rural » mené d’une main de maître. Pour moi, l’auteur signe ici son meilleur récit depuis « des nœuds d’acier » en y réunissant tous les ingrédients qu’elle affectionne et qu’elle décrit à merveille, c’est-à-dire une nature hostile et des êtres rustres qui s’entre-déchirent. Sandrine Colette excelle aussi bien dans la description des paysages tour à tour sublimes ou menaçants que dans les rapports autodestructeurs entre des êtres nourris de rancœurs. Cette fois, l’histoire se déroule dans une ferme perdue au milieu de la steppe inhospitalière de la Patagonie, où une mère élève seule ses quatre garçons d’une main de fer. Le cadet, Rafael est martyrisé par ses ainés et l’on craint à chaque page pour sa vie. On tremble ainsi devant la brutalité quasi animale des membres de cette famille et on guette en vain l’étincelle d’espoir qui leur permettra peut-être d’échapper à cette chape de haine et de violence. Sandrine Collette n’a pas son pareil pour faire monter la tension tout au long de ce huis clos oppressant et faire durer le suspense en ne dévoilant que petit à petit les fêlures secrètes de ses personnages. L’écriture est percutante et ne laisse aucun répit au lecteur. On lit ce roman très noir d’une seule traite, quasi tétanisé par l’histoire et fébrile d’arriver à une fin que l’on espère salvatrice...
3
À propos de : Je suis Pilgrim
Terry Hayes dépoussière le genre du roman d’espionnage en nous offrant un thriller époustouflant au rythme effréné, avec une intrigue hors du commun, reliant entre eux des assassinats mystérieux et un terrifiant complot terroriste, terriblement d’actualité. « Pilgrim » est le nom de code d’un ancien agent secret qui s’est retiré dans l’anonymat et qui a rédigé un livre de référence sur les crimes. Cet homme est mandaté par les autorités américaines pour reprendre du service car un meurtre sauvage a été commis à Manhattan en suivant les préceptes de son livre. L’auteur nous entraîne alors dans la course haletante contre la montre que va mener cet homme pour résoudre l’énigme de ce crime et déjouer en même temps le complot terroriste qui menace le monde occidental. Il n’y a aucun temps mort, on est complètement « accro » à l’histoire, tissée telle une toile d’araignée. Ce livre se lit quasiment d’une seule traite. Il contient toutes les recettes pour en faire « le » livre d’espionnage du moment : terrorisme radical, exploitation du net et meurtriers diaboliquement intelligents. Pas de doute, un nouveau héros est né et c’est « Pilgrim ». J’ai hâte d’aller voir la version cinématographique .
3
J'ai lu ce roman policier comme on regarde une série B un vendredi soir, pas complètement déplaisant mais sans grande saveur. Le personnage principal Georges est un peu "looser", il n'arrive pas à se décider dans sa vie amoureuse avec sa copine, et il est complètement sous la coupe de son ancienne maîtresse Liana, quitte à faire n'importe quoi pour elle, même si celle-ci l'a abandonné vingt ans auparavant et a peut-être assasiné la personne dont elle avait alors emprunté l'identité. Le récit hésite sans cesse entre ce côté victime, voire naif, de ce dernier et son côté coupable car il cache sciemment la vraie personnalité de Liana aux enquêteurs. Le double récit passé / présent "Audrey / Liana" aurait pu être intéressant mais on a vraiment beaucoup de mal à croire à cette histoire de substitution d'identité et de disparition soudaine pour réapparaître comme une fleur vingt ans après. Le rôle de la police est très mineur dans ce policier car à part prendre les dépositions de Georges, on ne peut pas dire qu'elle mène une enquête très efficace. Quant au style, l'auteur alourdit souvent son récit avec des descriptions trop détaillées à mon goût. Donc au final, un polar un peu trop convenu à mon goût et une histoire à laquelle on n'adhère que difficilement.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de chris92