COMPTE | christophe85

3
À propos de : La Part des flammes
"La part des flammes" est le lauréat (catégorie Littérature) du Prix des lecteurs du livre de poche 2016 décerné à Paris en septembre 2016. Je faisais partie du jury Littérature (130 jurés en tout) et je trouve que Gaëlle Nohant mérite amplement ce prix. C'est un roman historique long mais passionnant du début jusqu'à la fin. L'histoire qui se déroule dans le Paris de la fin du XIXe siècle tient toutes ses promesses. Amours, enlèvement, duel, émotions. Tout est parfaitement maîtrisé. L'auteure nous montre bien comment un événement tragique comme l’incendie du Bazar de la Charité a bouleversé la vie des personnages du roman. J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. Un gros coup de cœur ! À ne pas manquer ! Si vous souhaitez en savoir davantage sur l'incendie du Bazar, je vous recommande l'article de Wilkipédia consacré au "Bazar de la charité" (photos, portraits et illustrations inclus) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bazar_de_la_Charité
3
À propos de : Le fils
Difficile de choisir parmi tous les livres finalistes car ils sont tous excellents. Ma préférence se porte sur "Le Fils" de Philipp Meyer, une grande saga familiale de l’histoire du Texas de 1850 à aujourd'hui. Un roman puissant et ambitieux qui m'a captivé de bout en bout. Inoubliable.
3
Mozart meurt le 5 décembre 1791 mais fait inattendu... se réveille comme par magie à Vienne au début du XXIe siècle. Mozart est alors pris de panique dans cette nouvelle société qu'il ne connaît pas. Il n'a plus de repères mais peut compter sur l'aide de Piotr, un violoniste immigré polonais qui le prend sous son aile. La musique est omniprésente dans le roman, Mozart oblige. Les instruments de musique (pianos...), les difficultés des musiciens, la quête du Requiem tiennent donc une place importante dans l’histoire. Malgré le changement d'époque, Mozart demeure toujours épris de liberté et de musique. Peu soucieux, il vit au jour le jour et tombe aussi amoureux de la belle Anju. Un premier roman original et drôle qui m'a fait passé un agréable moment en compagnie de Mozart. Une belle découverte !
3
À propos de : Tram 83
Requiem qui vit de magouilles et de chantage retrouve son ami Lucien écrivain-conteur, "ex-prof d'histoire" qui fuit le gouvernement officiel. Ce dernier va se perdre dans les méandres du Tram 83 et comprendre que la culture a du mal à s'imposer dans ce genre de lieu. Le Tram 83, un bar-resto-cabaret-bordel, est LE personnage central du roman. Un lieu, une plaque-tournante où les gens se réunissent, se rencontrent, se croisent. Beuverie, prostitution, corruption... tel est le quotidien de ce microcosme. C'est avant tout une ambiance musicale (jazz), chaotique, charnelle, étouffante. On est plongé dans un univers aussi bien fascinant que répugnant. À travers ce roman, l'auteur veut nous montrer la triste réalité de ce qui se passe dans des villes africaines. Un premier roman réussi, à la fois violent, vivant, enlevé et parfois agaçant. On est plongé dans un univers aussi bien fascinant que répugnant.
3
À propos de : L'Homme qui ment
Marc Lavoine raconte son enfance et son adolescence dans la banlieue parisienne des années 1960-1970. Une grande partie de son récit est consacré à la figure de son père Lucien (LuLu), un fervent communiste cégétiste qui travaille aux PTT. Un père menteur et volage qui trompe sa femme (Michou, mélancolique et dépressive) sans vergogne sans rien cacher à ses enfants. L'auteur s'exprime avec ses mots à lui, sans fausse pudeur, avec humour et tendresse. Un texte simple, sans prétention qui m'a ému et fait sourire à de nombreuses reprises.
3
À propos de : Le fils
"Le fils" est une grande saga familiale de l'histoire du Texas, de 1850 à aujourd'hui. Un roman ambitieux sur lequel Philipp Meyer a travaillé pendant cinq ans. Il s'est énormément documenté afin d'offrir au lecteur une œuvre très aboutie. Le résultat donne un roman puissant et fort qui parvient aussi à être réaliste.Une épopée passionnante et vertigineuse qui m'a captivé.
3
À propos de : Les Lance-flammes
"Les lance-flammes" est un roman ambitieux qui nous plonge dans le New York des artistes du milieu des années 1970 puis dans l’Italie en pleine effervescence sociale. Le personnage de Reno, une jeune jeune femme de vingt-deux ans qui aspire à devenir artiste en utilisant de façon originale sa moto et la vidéo est intéressante. Elle découvre l’art, la politique, l’amour et les différences sociales aux États-Unis et en Italie avec Sandro devenu son petit ami. Dommage que certains passages trop longs, trop lents et trop détaillés gâchent quelque peu le plaisir de lecture. En effet ces derniers n'apportent pas grand chose de plus à l'histoire et perde le lecteur en cassant le rythme. On a l'impression que Rachel Kushner tenait à en rajouter pour nous montrer de quoi elle était capable. Mais ne boudons pas notre plaisir, malgré ces défauts, les "lance-flammes" demeure un très bon roman américain qui mérite le détour.
3
Ce livre dont on a tant parlé ne m'a pas vraiment accroché. Selon moi, il y a trop de personnages et on s'y perd. En effet, on passe souvent d'un personnage à un autre et on ne sait plus qui est qui et qui fait quoi. De plus, je n’ai pas trouvé l’histoire très passionnante et j’ai vraiment eu le sentiment de relire les mêmes scènes, les mêmes situations à chaque chapitre. Le style familier/trash/phrases courtes de l'auteure convient à l'histoire mais celui-ci s'avère vite répétitif et lourd ce qui rend la lecture pesante. C'est pourquoi je n'ai pas eu le courage de finir le premier tome. Je me suis arrêté à la 150e page. J'avoue ne pas être un adepte de ce genre de livre, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Je comprends tout de même qu'il peut plaire à certains lecteurs mais de là à ce que le magazine LIRE lui décerne le titre de "Meilleur roman français de l'année 2015" (cf. numéro de décembre2015-Janvier2016) , faut pas exagérer ! "Boussole" de Mathias Enard (faisant partie des finalistes) aurait mérité davantage ce titre. À noter : le 3e tome de "Vernon Subutex"est en cours d'écriture et une série TV est en préparation et sera diffusée sur Canal+.
3
À propos de : La Végétarienne
Je lis de temps à autre de la littérature asiatique car celle-ci recèle de pépites et les histoires sont pour la plupart du temps originales comme c'est le cas pour "La végétarienne." On retrouve d’ailleurs plus précisément ce genre d'histoires dans les romans contemporains (ou nouvelles) coréens, japonais et chinois. J’ai ressenti tout aussi bien de l'incompréhension, du dégoût, de la fascination, de la curiosité dans ce livre qui, je dois l'avouer, m'a quelque peu déboussolé. Non pas que je n'ai pas aimé, bien au contraire. La lente descente de Yonghye vers la folie nous fait réfléchir sur la place de l'individu dans la société, ses choix, ses envies, ses rêves, etc. Un roman à la fois étrange, troublant et émouvant qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Entre rejet et fascination. La bande-annonce du film "Vegetarian" (2009) de Lim Woo-Seong adapté du roman de Han Kang est à visionner dans l'article consacré au film sur le site Asian Wiki (en anglais) : http://asianwiki.com/Vegetarian_(Korean_Movie)
3
À propos de : Mémé dans les orties
La belle couverture vichy rouge donne d'entrée de jeu le ton du livre. Ici les seniors sont les personnages principaux et jouent un rôle capital dans l’histoire. On sourit en lisant les mésaventures de Ferdinand, un vieux monsieur acariâtre qui s'en prend à tous les résidents de l'immeuble. Malgré un style d’écriture assez léger et un air de déjà vu concernant l’histoire, on passe tout de même un bon moment en compagnie de tous ses personnages aussi attachants les uns que les autres. "Mémé dans les orties" est donc un premier roman sans prétention, touchant et drôle, qui plaira à un large public.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de christophe85