COMPTE | DAVID VIRGINIE

3
À propos de : Les Silences

L’auteure a réussi à me faire entrer dans l’histoire de cette famille, ces 3 générations d’hommes que tout semble opposer et qui pourtant sont liés. Elle m’a fait réfléchir aux évènements qui influent sur notre vie, comment notre famille proche, par rejet ou par amour, peut avoir un fort impact sur les choix que nous faisons et la vie que nous menons.

Le style est très fluide et le livre se lit facilement, le personnage d’Edouard est attachant et très réaliste (j’ai pensé a des humoristes que nous connaissons tous) et on l’imagine très bien dans son pull marinière, qu’il ne quitte plus depuis qu’il a réussi sa toute première audition en le portant.

J’ai beaucoup aimé avoir la vision du père, puis celle du fils – qui nous montre qu’on peut avoir une idée toute faite sur des gens, sans les connaitre vraiment. Certains souvenirs d’Arthur sont complètement faussés, soit par une déformation de la mémoire, soit par manque d’éléments et c’est forcément notre cas à tous.

La petite originalité d’écriture de la première partie est que chaque dernière phrase des chapitres est également la première du chapitre suivant. Et pour la deuxième partie, se cache dans le titre des chapitres un petit message, une sorte de conclusion du roman.

C’est un bon roman, mais c’est dommage, il manque un je-ne-sais-quoi qui me ferait passer des heures à lire sans m’arrêter!

5
À propos de : Le Chant du rossignol

Pour finir, je conseille fortement ce livre ! Si vous cherchez un livre que vous n’allez plus lâcher dans les prochains jours c’est le bon !

5
À propos de : Le Chant du rossignol

C’est un roman qui ne m’a pas laissé de répit : je n’ai pas pu m’empêcher de le dévorer pour connaître le destin de ces deux sœurs. La 2nde guerre mondiale est un sujet souvent traité mais le point fort du livre est le point de vue de deux femmes en France, et l’attachement aux personnages.

Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander, comment moi j’aurais réagi en temps de guerre: aurais je été plus Vianne ou plus Isabelle ? Cela m’a donc amener donc à une réflexion plus grande que cette histoire, m’a questionné sur la collaboration et la résistance et le jugement des Français pendant cette période.

3

J’ai toujours un peu de mal avec les romans autobiographiques, centrés sur la famille et les parents. Celui-ci ne fait pas exception car, au global, je ressors de ce livre assez mitigée.

Pour commencer, tout au long du livre j’ai apprécié les passages où l’auteure sort de l’histoire et nous rends compte de ses doutes (ai je bien fait de commencer ce livre ? Comment la famille va t-elle le prendre ?) et ses difficultés à écrire sur un sujet si sensible.

J’ai beaucoup aimé la première partie, sur l’enfance de Lucile (sa mère), et la deuxième qui m’a scotchée lorsqu’est évoqué un événement horrible : revirement total à propos de la belle famille parfaite! On se rend alors compte que tout cela n’était qu’une couche de vernis sur la dure réalité !

Mais, après cette 1ère partie hyper captivante, mais forcément très romancée puisque les faits se sont passés lorsque l’auteure n’était pas née, la seconde moitié du livre ne m’a pas fait autant d’effet.

Pourtant, nous sommes moins dans la fiction et davantage dans l’autobiographie, c’est peut être ce qui m’a gênée. On regarde une famille de près et on voit la vie d’une femme se détériorer, d’un œil extérieur – un peu voyeur en quelque sorte, sans connaître l’intérêt pour le lecteur, si ce n’est pour l’auteure qui se décharge ici comme lors d’une séance de psychothérapie.

3
À propos de : Travail soigné

J’avais déjà lu « Au Revoir Là-haut » et « Robe de Mariée » de Pierre Lemaitre, que j’avais trouvé très bien écrits, très fluides. Ce livre ne m’a pas déçu, et le style d’écriture est toujours aussi agréable à lire ! Il a d’ailleurs gagné le Prix du premier roman du Festival de Cognac en 2006.

C’est un très bon thriller qui nous tient en haleine ! Pourtant peu conquise au début du livre et assez dégoûtée par les scènes de crimes très détaillées et vraiment sanglantes, j’ai fini par dévorer ce livre ! On s’attache aux personnages de la brigade, et notamment à Camille, que l’on suit aussi bien au travail que dans sa vie personnelle. On anticipe parfois certaines scènes mais j’avoue n’avoir pas vu venir le dénouement ni su voir qui était le tueur, ce qui est synonyme d’un bon thriller :).

4
À propos de : La tresse

C’est un roman assez court, qui s’apparente plutôt au récit de 3 nouvelles qu’à un roman, bien que les histoires se rejoignent à la fin du livre. L’histoire qui m’a le plus touchée, est celle de Smita, l‘intouchable. Mais pour les 3 récits, mine de rien, sur un ton assez léger, l’auteure arrive à parler de thèmes assez durs : le cancer, la condition des femmes en Inde, la réussite professionnelle, l’ouverture d’esprit, … et c’est un tour de force.

Je me suis attachée aux personnages, même si elles manquaient un peu de profondeur à mon goût. On survole les destins de ces femmes à un moment T, sans rentrer complètement dans leurs histoires, c’est pour cela que ce livre me fait plus penser plus à des nouvelles qu’à un roman.

5
À propos de : Alex

Ce roman est en fait la suite de « travail soigné », on suit le même personnage principal le commissaire Verhoeven mais l enquête est totalement différente. Il est possible de lire ce roman sans avoir lu le précédent mais il fait référence au passé du commissaire et c’est donc plus intéressant de les lire à la suite.

Pierre Lemaitre m’a scotchée, je me suis fait baladée jusqu’à à la fin sans savoir ce qui m’attendait. Le livre est divisé en 3 parties, la première est sans grosse surprise puisqu’avec le résumé on sait déjà ce qui va se passer mais on est quand même pris dans la lecture et c’est dur de s arrêter. Ensuite, la 2eme et la 3eme partie sont sans répit pour le lecteur, on va de révélations en révélations jusqu’à la toute fin qu’on aurait jamais deviné.

La grande force de ce thriller est de nous surprendre. Ça commence comme un énième thriller : un enlèvement , une victime apeurée, un bourreau intransigeant. Puis on part sur quelque chose de totalement différent, que je n’avais encore jamais lu : la victime n’est pas forcément une demoiselle en détresse blanche de tous crimes comme habituellement et c’est la force du livre.

3
À propos de : Poulets grillés

Un roman policier distillé de beaucoup d’humour et d’ironie, ainsi que de critiques à l’égard du système : voilà la recette de ce livre récompensé par deux prix littéraires (Prix du polar lycéen d’Aubusson en 2017 et Prix Arsène Lupin en 2015) !

Ça nous change un peu des romans policiers que l’on a l’habitude de lire et pour une fois ce ne sont pas des héros mais des anti-héros puisque alcooliques, poisseux, ect… Les personnages sont attachants et on a envie de les voir résoudre l’affaire, pas seulement pour l’énigme elle-même mais surtout pour les brigadiers qui, malgré les attentes de leur supérieur, ont envie de prouver qu’ils sont encore des policiers à part entière.

J’ai apprécié ce livre car le style de l’auteur est fluide et le livre pas trop épais, ce qui en fait une bonne idée de livre pour les vacances. Mais, l’enquête n’est pas l’élément principal du livre : si vous cherchez un vrai thriller, avec du suspens et une affaire complexe, ce ne sera pas ici!

4
À propos de : No Home

Chaque génération des deux branches de la famille a droit à un chapitre dédié. On avance ainsi dans le temps avec chacun d’entre eux et cela nous donne une vision globale de l’esclavage et de l’avancée de la position des noirs, notamment en Amérique. L’auteure traite ici de plusieurs siècles de combats à travers le quotidien de chacun, et c’est écrit de manière très fluide, ce qui fait que j’ai dévoré ce livre !

Passer d’un personnage à un autre à chaque chapitre est à la fois captivant et déroutant. Heureusement qu’un arbre généalogique est détaillé au début du livre, j’y ai fait appel plusieurs fois afin de ne pas perdre de vue qui était qui. Car, en parallèle de l’histoire de l’esclave et de ses conséquences sur les noirs même après son abolition, on réfléchit aussi sur la famille et ce que notre généalogie nous transmet, sans même que nous en ayons conscience.

Portrait de DAVID VIRGINIE