COMPTE | demoiselles.d

5

Un roman incroyable dans sa narration: le point de vue omniscient permet à chaque personnage y compris les personnages secondaires d'être mis en avant par leur histoire familiale remontant parfois jusqu'au plusieurs générations. Vous n'avez pas là un roman banal mais un conte brésilien ponctué d'humour et de situations loufoques mais qui délivre bel et bien un message on ne peut plus sérieux comme tous les vrais contes : la condition féminine sous la domination masculine. Les rêves, les désirs, les possibilités d'une petite fille puis d'une femme qu'on a toujours empêché d'être ce qu'elle voulait être et d'explorer tous les domaines de compétences qu'elle souhaitait explorer. C'est l'histoire d'une femme qui n'a le statut de femme que parce qu'elle a un mari et des enfants mais qui n'a pas plus de liberté que lorsqu'elle était enfant, coincée sous la domination d'un mari. Mais c'est aussi l'histoire d'une femme qui ne renonça jamais. Et ça fait du bien !
J'ai adoré!

5
À propos de : Libérées !

Elle est à un endroit où elle ne devrait pas être.
Qui ? la chaussette sale. Où? A côté du panier à linge. Et autour de ce symbole (fort) de la chaussette sale laissée négligemment hors de son habitacle Titiou Lecoq signe un essai, qui, au delà de la répartition des tâches ménagères, retrace le triste historique de la condition féminine en la matière et nous explique aussi bien ce que la société à mis en place, que ce qui pousse les femmes à rester dans ce schéma.

Car, il faut le savoir, toute femme est en réalité une chef. Simplement elle ne l'est pas au travail non, plafond de verre oblige, elle l'est à la maison. Parce que même si monsieur met la main à la pâte, il ne reste qu'un exécutant au fonctionnement mis en place par madame (la fameuse charge mentale) dans son royaume de ménagère : les horaires des sorties d'école, de sport, la liste de course, les lessives à faire, ce qu'il y a dans le frigo, les rdv déjà fixés chez le pédiatre car monsieur ne peut pas penser à tout. Non. Au travail monsieur travail. Seule la maman pense encore à l'organisation de son foyer même au boulot. Le pouvoir? elle l'a déjà au domicile, pourquoi en vouloir un autre dans son milieu professionnel? Laissons cela aux hommes qui ont le temps et la capacité de l'exercer.
La fin de l'essai spécifiant qu'absolument rien ne justifie un tel sacrifice de la femme fait un bien fou. Personne n'a le droit de critiquer une femme pour ce qu'elle dit, ce qu'elle fait, ce qu'elle veut, ce qu'elle devrait faire, et c'est pire quand le société la critique sur son rôle de mère! Il faudrait être parfaite son prétexte que comparé à avant on a plus de droits? Mais il n'y a rien de PIRE que la perfection !!! et la perfection pour qui? pour ceux qui attendent que leur femme leur servent le déjeuner ou pire par ces femmes elles mêmes qui voient dans la servitude vis à vis de leur mari une preuve d'amour et un devoir féminin?
A nous d'inculquer à nos fils (car c'est par eux que le changement se fera), qu'un homme n'aide pas sa femme, il participe aux tâches comme n'importe quel membre d'une famille qui vit sous le même toit. Ça paraît simple comme ça et tout à fait juste chacun devra faire des efforts (l'exemplarité des pères est primordiale) et lâcher son pseudo royaume (les mères et LEUR organisation).
A MÉDITER (et digérer pour certains machos)

5
À propos de : T'as pensé à ?

La charge mentale c'est gérer et anticiper la charge d'un foyer. En gros, si tu fais le mec cool et détendu, ne te vantes pas trop, c'est bien souvent que dans l'ombre il y a quelqu'un qui se prend la tête à ta place dans le quotidien. Et oui, c'est étonnant, se ne sont pas les petits lutins qui travaillent la nuit quand madame dort!! Besoin d'exemples? Pas de problème j'en ai à la pelle!
Aller au drive c'est bien, mais QUI a passé commande sur le site? Déposer son enfant chez la nounou c'est bien mais qui a préparé ce petit ange et le sac (sans parler de la bouffe pour son repas??). Sortir les poubelles c'est bien mais qui le demande depuis 5 jours? Les vacances : réservées par qui? Et qui se tape les repas TOUTES les vacances?
Sortir de cette charge mentale pour arrêter de tout porter dans la famille? Ah ah! Alors là bon courage, pour cela il faudrait que l'autre reconnaisse le problème et se remette en question et surtout qu'il ait l'envie de redistribuer les tâches (ce qui veut aussi dire clairement,se sortir les doigts du cul ).
Le conjoint n'a pas à aider. Le conjoint doit faire sa part. Il n'est pas un invité, il vit dans la maison comme sa femme. Il a un travail ? ça tombe bien, sa femme aussi!!
J'adore cette autrice qui met le doigts sur LE problème de la vie des femmes. Qui est ouverte, humaine, accessible et dont l'ouvrage, au delà de créer de grosses disputes, permet une vraie prise de conscience et une volonté de faire bouger les choses (avec ou sans monsieur d'ailleurs puisqu'après le premier enfant la charge mentale que nous ne voulons plus nous taper est la cause de beaucoup de séparations).
INDISPENSABLE

5

Quel roman!! Mais quel roman !! Courez dans votre librairie, dans votre médiathèque, posez deux jours de congés et lisez le!!!
Une magnifique saga irlandaise de 1945 à 2015. Le lecteur est invité à suivre la vie du petit Cyril Avery, fils d'une mère célibataire et rapidement adopté par un couple atypique, à la limite de la marginalité, qui lui précisa très rapidement et très souvent qu'il n'était pas un vrai Avery puisqu'il était adopté. Une enfance matériellement à l'aise mais avec de terribles carences affectives que le narrateur cache derrière une bonne dose d'humour et de désinvolture. Et puis un jour c'est la révélation : Cyril rencontre Julian, celui qui deviendra son meilleur ami mais surtout son plus gros fantasme car Cyril est homosexuel. Et dans une Irlande puritaine, il fera tout pour le cacher, allant même jusqu'à épouser une femme pour rentrer dans cette normalité imposée par la société.

Plusieurs critiques ont fait le parallèle avec "Le monde selon Garp" de John Irving et c'est une juste comparaison, les situations burlesques, l'humour, la sensibilité naïve et pure du personnage principal y font en effet penser! Les points de vue de la mère, de l'enfant, de l'adolescent, de l'homme et du vieillard sont brillants et le narrateur évolue ainsi de manière extrêmement naturelle et spontanée.
Un roman qui aborde tellement de sujets : le traitement infligé aux filles mères dans un pays extrêmement croyant, l'adoption et ses limites, l'homosexualité bien sûr mais également le sida. Et bien sur l'amour inconditionnel d'une mère pour son fils, et ce hasard qui les mettra toujours sur le même chemin, le tout raconté sur une note toujours optimiste.
Un livre qui se savoure. Quel bonheur!!

4
À propos de : Le Mars Club

Entre le quotidien pénitentiaire de Romy, les flash back sur son passé à San Francisco dans les années 80 et les excursions dans les histoires personnelles de ses codétenues, ce roman réussit le pari de ne pas être anxiogène voire claustro-phobique. Il est tout simplement humain et très réaliste sur les violences aux Etats-Unis.
Il ne faut pas croire que les prisons pour femmes soient plus tendres que celles de hommes. Domination, intimidation et pouvoir sont également au coeur des relations entre détenues. Et on peut ajouter à cela l'inhumanité des gardiennes de prison, on suffoque avec Romy rien qu'à l'idée de passer le reste de sa vie là dedans.
Ce qui est absolument saisissant dans ce roman c'est le sentiment dérangeant et démoralisant qu'il n'y a plus d'espoir. Car de ce centre pénitentiaire et d'une double peine à perpétuité, à moins de s'appeler Redoine Faïd et de partir en hélico, sinon on n'en sort pas vivant.
Et en allant plus loin dans la réflexion et dans l'analyse du passé de Romy on peut se poser la question : mais il y avait-il dès le début de sa vie, un espoir? Avec une mère droguée, aucun suivi social, un viol...comment une petite fille peut elle faire autre chose que de tomber elle aussi dans a drogue, la prostitution et la rue?
Stupéfiant

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de demoiselles.d