COMPTE | Emme Py

3
À propos de : La Femme qui fuit
Anaïs Barbeau Lavalette dédie ce livre à sa mère qui a souffert d’avoir été abandonnée par sa propre mère. L'auteur relate la vie de sa grand-mère qu’elle a à peine croisée, Suzanne Meloche épouse Barbeau, poète, peintre, amoureuse et militante. Une femme envoûtée par un désir absolu de liberté au point d’abandonner définitivement ses deux enfants. Tout un pan de l'histoire du Québec est décrit, on traverse la crise, la guerre, on partage la vie des artistes du mouvement du Refus Global qui rejettent une société vivant dans le passé enserrée par l’emprise politique autoritaire de Maurice Duplessis, la censure du clergé et la mise à l’index d’une certaine littérature. J’ai été happée par le style direct emprunté par l’auteur, par l’émotion dégagée au fil des pages. Par le biais d’une longue enquête, l’auteur retrace le parcours de sa grand-mère et cherche des explications sans jugement, ni excuse.
3
À propos de : Idaho
J'ai trouvé les thèmes abordés très intéressants ; au travers d’une histoire de militaires travaillant dans le nucléaire, sont abordés : la vie d'un couple dans une petite bourgade dans les années soixante, le conformisme de la société, les amitiés rapides au gré des mutations, l'ennui des femmes au foyer, les tentations d'aller voir ailleurs pour tromper l'ennui, le machisme. Le style d'Andria Williams est minutieux, détaillé, précis ; elle décrit les profondeurs de la nature humaine avec beaucoup d'acuité. Idaho est un roman passionnant pour ces études psychologiques fines et un contexte instructif inspiré d'un fait réel. Un roman à découvrir
3
À propos de : La Femme qui fuit
Anaïs Barbeau Lavalette dédie ce livre à sa mère qui a souffert d’avoir été abandonnée par sa propre mère. L'auteur relate la vie de sa grand-mère qu’elle a à peine croisée, Suzanne Meloche épouse Barbeau, poète, peintre, amoureuse et militante. Une femme envoûtée par un désir absolu de liberté au point d’abandonner définitivement ses deux enfants. Tout un pan de l'histoire du Québec est décrit, on traverse la crise, la guerre, on partage la vie des artistes du mouvement du Refus Global qui rejettent une société vivant dans le passé enserrée par l’emprise politique autoritaire de Maurice Duplessis, la censure du clergé et la mise à l’index d’une certaine littérature. J’ai été happée par le style direct emprunté par l’auteur, par l’émotion dégagée au fil des pages. Par le biais d’une longue enquête, l’auteur retrace le parcours de sa grand-mère et cherche des explications sans jugement, ni excuse.
3
À propos de : Ruby
Dans une bourgade à l’est du Texas, dans un petit bled où tout le monde se connaît, Ephram et Ruby se côtoient depuis l’enfance et portent leur existence comme un boulet. Des chemins semés de drames et de violence, où la folie a laissé une empreinte indélébile dans la vie de l’un et de l’autre. C’est un roman dur et âpre où le récit en pointillé laisse le temps de tisser les liens entre les différents personnages et révéler progressivement une vérité effroyable. J'ai eu du mal au début, à rentrer dans l'histoire, à comprendre où l'auteure voulait en venir, c'était confus, beaucoup de personnages sans évocation des liens qui les unissent ... et puis, les explications arrivent et là, l'auteure nous embarque. « Ephram décide de tout tenter pour l’arracher à la spirale de malheur qui la guette »
3
À propos de : Une allure folle
Le roman se divise en deux parties. Dans une première partie, Isabelle Spaak part sur les traces de sa grand-mère, Mathilde qui a élevé seule sa fille Annie, née hors mariage, affrontant avec cran la société huppée du Bruxelles de l’entre-deux-guerres. Dans la seconde partie, elle relate l’enfance et la vie d’adulte de sa mère Annie, jusqu’à sa fin tragique. La réception d’un courrier va provoquer un coup de théâtre dévoilant toute l’ambivalence de sa mère. A l’aide de photos, de lettres et de visites, Isabelle Spaak effectue, avec une plume élégante, une introspection du passé pour en exhumer les secrets, les hontes et les destins des deux femmes de sa vie. Elle découvre pêle-mêle des vies libres, des mensonges, un père trop absent et le poids du qu’en dira-t-on. Mais aussi des actes courageux accomplis pendant la seconde guerre. « Eviter de mettre des mots sur une histoire pour prétendre qu’elle n’a jamais existé n’efface rien »
3
À propos de : C'est où, le nord
Ce roman, qui se lit très rapidement, relate la vie d’une jeune fille qui débute dans le monde adulte. Jeune professeure de français dans un collège défavorisé, l’héroïne est en plein questionnement identitaire, en rupture amoureuse. Le style est léger, concis, souvent drôle. J’ai adoré les anecdotes avec les élèves du collège, je suis certaine que quelques-unes sont réelles. En revanche, l’histoire n’est pas crédible, ce roman offre juste un bon moment de divertissement, sans plus. « Je vous jure madame, le Télé-Achat c’est pareil que la vie …. C’est jamais comme à la télé »
3
À propos de : Quoi qu'il arrive
Eva rencontre Jim lors d’une crevaison de vélo. Trois scénarios possibles : il l’aide à réparer son vélo, ils tombent amoureux et Eva quitte pour lui son petit ami ; Jim ne l’aide pas et poursuit son chemin ; il l’aide à réparer son vélo, ils tombent amoureux mais Eva ne quitte pas son petit ami. Le roman s’articule en une succession de chapitres alternant les trois scénarios ; le début peut paraître difficile, il faut prendre ses marques entre les personnages et ne pas se perdre dans les trois versions proposées. Mais rapidement on est tellement pris au jeu qu'on s'y fait sans problème. Ainsi, l’auteur va imaginer, à partir d'une même scène, trois histoires différentes qu'elle alterne, de 1958 à nos jours, avec les mêmes personnages. Les thèmes de la vie, de la mort, de l'amour, de l’amitié, du désamour, de la famille, des enfants, du temps qui passe sont omniprésents. A découvrir absolument !
3
À propos de : City on Fire
Je suis fière d'être venue à bout de ce pavé. Habituellement cela ne me pose aucun problème mais j'avoue avoir eu un peu de mal avec ce roman. Pourtant tous les bon ingrédients y sont : l'intrigue est bien menée, beaucoup de personnages, New-York omniprésente, quelques interludes bien pensées, un style impeccable. Mais je trouve que la recette a du mal à prendre, comme un gâteau qui ne lève pas et qui reste sur l'estomac. Je pense que ce livre aurait mérité d'être tronqué d'un bon tiers ; il y a beaucoup trop de longueurs. Et malgré tout, des interrogations persistent quand on le termine : que deviennent le père de Samantha, la belle-mère Félicia, le père de William ? Je ne peux pas dire que j'ai été enthousiasmée, mais je suis certaine qu'il plaira aux amateurs de littérature américaine
3
"Comment Papa est devenu danseuse étoile", quel titre improbable ! Ce roman se lit très vite, les situations sont loufoques, on ne se prend pas la tête ; ce n'est pas de la grande littérature mais ça a le mérite de divertir.
3
Avec beaucoup de simplicité, d'émotion et de lucidité, Karine Lambert raconte la rencontre amoureuse de deux septuagénaires. C'est un romain très touchant, que je recommande vivement.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de Emme Py