COMPTE | Emmy Srt

3
À propos de : Les Huit montagnes

Merci à la maison d'édition Le Livre de Poche pour l'envoi de ce roman, qui me tentait énormément, grâce à sa couverture, mais aussi son résumé. Comme j’adore la montagne, c’était parfait pour moi.

Nous sommes dans les années 80, Pietro vit à Milan avec son père et sa mère, dans une rue où passe tout le temps des voitures, beaucoup de bruit, ce qui a le don d’énerver le père, véritable amoureux de la montagne, de la sérénité. S'il le pouvait, il vivrait là-haut et ne redescendrait jamais. Pour lui, vivre en ville est un calvaire, il ne supporte pas ça.

Un jour, ils vont louer une maison à Grana, loin de tout, en pleine nature et près des montagnes. Pietro va alors rencontrer Bruno et va se lier d’amitié, ils vont découvrir la vie dans les montagnes, dans la nature... Durant la suite du roman, on va les suivre au fur et à mesure de leur vie : les moments où ils ne seront pas ensembles, lorsqu'ils se retrouveront... On a un vrai récit sur l'amitié qui est très intéressant.

J'ai bien aimé ce roman qui aborde des thèmes de tous les jours, mais d'une façon lente, avec un vocabulaire assez recherché (peut-être un peu trop pour moi) et un milieu de vie très serein, calme, avec la montagne, les randonnées, l'envie d'aller toujours plus haut, plus loin... C'est un roman assez court, mais que j'ai trouvé vraiment intense.

Les personnages sont simples, avec des caractères assez forts, notamment celui de Pietro qui ne se laisse pas faire lorsque son père le "force" à venir marcher avec lui en montagne alors qu'il ne se sent pas bien. Bruno lui est plutôt solitaire et parle peu. Le père est aussi un homme discret malgré la place importante qu’il occupe dans le roman. J'avoue avoir eu beaucoup de mal à m'attacher à ces personnages, l’auteur va loin dans leur psychologie, mais je n’ai pas été assez emportée pour pouvoir les trouver attachants et les apprécier comme je l’aurais voulu. On a surtout beaucoup de descriptions dans le roman, peut-être un peu trop ce qui le fait tirer en longueur par moment.

L'écriture de l'auteur sait être poétique, malheureusement, je n'ai pas été transportée malgré les belles phrases, les jolies descriptions et l'envie d'aller dans les montagnes. C'était une histoire un peu lente à mon goût, mais tout de même plaisante.

2
À propos de : No Home

Je remercie la maison d’édition Le Livre de Poche pour l’envoi de ce roman qui me tentait beaucoup après tous les bons avis que j’ai pu lire. Malheureusement ça n’a pas été le cas pour moi, je n’ai pas été convaincue par ma lecture …

Ce roman parle de l’histoire de deux grandes familles à travers les siècles, les enfants, petits enfants etc etc… Les chapitres sont dédiés à un personnage d’une des deux familles. On part de deux sœurs qui ne se connaissent pas, la première épousera un homme blanc et la deuxième deviendra esclave. On suivra leur descendance au fil des pages…

On a donc comme je disais un chapitre = un personnage et j’avoue que je me suis complètement perdue dans tout cet arbre chronologique, passant d’une famille à une autre, c’était vraiment affreux pour m’y retrouver, je ne suivais même plus qui était qui. Une fois perdue, je n’arrivais pas à m’en sortir. J’ai complètement laissé tomber l’histoire, j’ai lu sans lire, sans vraiment comprendre… Clairement, je me suis ennuyée durant ma lecture et je suis vraiment déçue, car c’était un roman très prometteur pour moi ! Il y a eu un tel engouement autour de ce livre que j’ai vraiment l’impression d’avoir été la seule à ne pas être conquise par ce roman.

Les chapitres étaient répétitifs, on parle beaucoup de la mort, des conditions de vie très mauvaises, de la souffrance, ce n’est pas un roman très gai. Sinon, on avait toujours le même type de vie à chaque chapitre et pour tous les personnages qu’on avait, c’était très long.

Ce roman traite de thèmes assez durs, les conditions de vie des familles pendant cette période d’esclavage… J’avoue avoir adoré le départ mais j’ai très vite décroché. La plume de l’auteure est géniale, elle décrit vraiment bien les choses, l’histoire est très recherchée, mais je ne m’attendais tellement pas à ça ! Je m’attendais à un récit entre deux sœurs qui se retrouvent, qui vivent des choses… Mais là, on a vraiment une histoire qui détaille deux familles.

Je pense que j’en attendais beaucoup, malgré l’univers originale, mais j’aurais préféré avoir moins de personnages, un récit peut-être plus fluide et pas un schéma qui m’a paru super compliqué à comprendre.
C’est donc une déception pour moi…

4

Merci Le Livre de Poche pour l’envoi de ce roman ! Ça faisait un petit bout de temps qu’il était dans ma PAL, mais j’attendais mes vacances en Grèce (plus particulièrement en Crète) pour pouvoir le lire et me retrouver complètement plongée dedans. Et je peux vous dire que ça a marché ! Je me suis totalement imprégnée de l’histoire.

Ellie reçoit des cartes postales venant de Grèce, de la part d’un certain Anthony qu’elle ne connaît absolument pas. Lui ne doit pas la connaitre non plus, car il adresse ses lettres à « S ». Ces cartes ne sont pas destinées à Ellie, pourtant elle va vite s’y attacher et va décider de partir en Grèce, pour découvrir tous les merveilleux endroits qui lui ont donnés envie grâce à Anthony. Au moment de partir, elle reçoit un carnet, écrit par ce même homme, dans lequel il parle de ses péripéties et toutes les histoires qu’on lui a raconté. Elle va alors se plonger dans la lecture de ce carnet…

Même si j’ai bien aimé le format du livre : Anthony qui écrit ce qu’il se passe pendant ses vacances, qui il rencontre, comment il se sent, puis les histoires et légendes de Grèce… C’est très répétitif, c’était un peu toujours la même chose, j’ai trouvé quelques longueurs vers le milieu du roman, ça bougeait très peu. Après, tout s’est enchaîné, j’ai trouvé que certaines des histoires qui ont été raconté par des Grecs étaient intéressantes, j’ai découvert des coutumes, des manières de vivre différentes de chez moi. Je me suis sentie vraiment proche du livre, surtout que j’étais en vacances là-bas. Bon, je n’ai pas visité les endroits cités, car je n’étais pas complètement en Grèce, mais c’était génial. On rencontre pleins de personnages tout au long du voyage d’Anthony, j’ai adoré ça, même je ne me suis pas attachée à eux comme ils étaient de « passage ».

J’ai aussi bien aimé les illustrations qui composent le roman, il y en a à chaque chapitre, et c’était sympa (toujours en rapport avec la Grèce, des paysages etc…). Bref, j’ai beaucoup aimé ce roman, et je vous le conseille, surtout si vous avez visité la Grèce ou que vous allez le faire !

5
À propos de : La tresse

Je n’avais encore jamais entendu parler de ce roman, jusqu’à ce que Le Livre de Poche me propose de le recevoir. Moi qui souhaite me diversifier dans mes lectures et mettre de côté le YA, ce livre m’a vraiment permis de me tourner vers autre chose.
Dès le début, on se retrouve directement plongé dans la vie de trois femmes que tout oppose.

Smita a une vie de misère en Inde avec comme unique métier : ramasser les excréments des habitants de la ville contre des restes de nourriture. Elle aimerait que sa fille intègre une école et apprenne des choses pour échapper à ces mauvaises conditions.

Giulia vit en Sicile et travaille dans l’entreprise de son père. C’est son propre choix, contrairement à ses sœurs qui aspirent à autre chose. Un jour, le père de Giulia est victime d’un accident et celle-ci se retrouve à gérer seule l’entreprise de son père, tout ne va pas devenir alors si facile.

Enfin, nous avons Sarah, une avocate canadienne très réputée, et aussi maman. Elle a d’ailleurs du mal à combiner les deux, même si elle préfère favoriser sa carrière. Son travail semble être la seule chose qui l’importe et malgré les hommes qui souhaitent lui prendre sa place, elle ne recule devant rien. Mais un jour, on lui diagnostique une maladie…

Ces trois femmes semblent différentes, mais elles vont constituer tout au long de l’histoire les trois brins d’une tresse, qui vont s’assembler. C’est difficile de vous chroniquer ce roman sans vous spoiler, mais un lien puissant va se former.

Dans ces trois histoires, on va découvrir des femmes fortes. Smita va être très courageuse et ne renoncer devant rien. Elle montre l’image d’une femme indépendante, une battante qui va affronter les mauvais côtés de la vie, pour la sauver elle de la misère mais aussi sa fille. Je l’ai trouvé très touchante contrairement à Giulia et à Sarah, même si elles ont toutes des moments durs à affronter. Ces femmes rêvent de liberté, sans avoir une peur constante, et pour cela elles vont se battre car elles ont la soif de vivre, de réussir.

Des thèmes importants sont abordés : les différences de religions, de coutumes, de traditions, mais aussi de sexisme et les dangers auxquels ces femmes s’exposent dans ces différents pays. C’est un roman très court, mais que j’ai trouvé très intéressante avec un dénouement que j’ai adoré ! J’ai trouvé chacun des personnages très touchants à leur façon et la plume de l’auteure m’a réellement captivée. L’histoire est vraiment bien menée et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman, j’ai été prise du début à la fin et j’ai adoré découvrir le différent destins de ces femmes attachantes.

Ma lecture est quasiment un coup de cœur, je dois dire que j’en aurais voulu un peu plus même si au final, j’ai adoré ! J’espère que j’ai pu vous donner envie de lire ce roman, parce que pour moi il mérite d’être lu !

Merci aux éditions Le livre de poche pour l’envoi de ce deuxième tome que j’attendais avec grande impatience, surtout après le tome 1 qui avait été un énorme coup de cœur ! J’avais rencontré des personnages fous et un univers incroyable…

Je peux vous dire que ce deuxième roman a été aussi génial que le premier, malgré quelques petits défauts qui m’ont dérangées et dont je vous parlerai plus tard.
Déjà, comme ça faisait longtemps que j’avais lu le tome un, j’avais du mal à me rappeler de certains personnages ou de mots spécifiques. Mais je m’y suis retrouvée, malgré l’univers assez complexe. C’est d’ailleurs bien que l’auteure ne nous rappelle pas toute l’histoire, ça nous permet de faire marcher le cerveau haha !

En commençant ce roman, je me suis vite retrouvée plongée dans l’histoire, j’ai été tout de suite captivée par les premiers chapitres. J’étais heureuse de retrouver Kelsea, sa garde, son royaume, cet univers qui m’avait manqué. Même si je trouvais que la Reine avait vraiment changé, notamment niveau caractère, mais aussi physique. J’ai senti qu’elle s’était affirmée, était devenue une personne plus adulte, quoiqu’en restant toujours un peu enfant dans certains de ses choix et agissements. En tout cas, c’est devenue une femme libre, qui fait et pense ce qu’elle veut. Nous retrouvons aussi Massue, qui n’a pas changé et est toujours attachant malgré son caractère de cochon. On en apprend un peu plus sur son passé et je dois dire qu’il m’a touché. J’ai aussi aimé le Père Tyler qui est très sensible, Pen aussi dont on entendait peu parler dans le premier tome il me semble, tout comme Kibb. J’ai cependant trouvé que la Reine Rouge était mise de côté lors de ce deuxième tome, nous n’en entendons pas assez parler.

C’est difficile de vous en dire plus sans spoiler, mais dans ce second tome on a de grosses révélations sur le passé, du suspens, et une ambiance plus sombre que le premier tome, avec moins de bagarres, de sang, mais plus de pression psychologique… L’action est très présente, même si ce n’est pas du tout comme le tome 1.

Une autre « histoire » vient s’immiscer au cours du roman, on entre dans de la dystopie et je vous avoue que je n’ai pas tout compris et même en ayant terminé le roman ça reste encore très flou. On fait la connaissance de Lily. D’ailleurs, je n’ai pas tellement apprécié le changement d’époque entre celle de Lily et Kelsea, ça me coupait un peu dans ma lecture, même si j’ai trouvé les passages avec Lily plutôt intéressant. Mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas trop spoiler et vous laissez découvrir.

En tout cas, il me tarde de lire le troisième tome pour qu’il puisse répondre à toutes mes questions. J’ai trouvé que dans ce roman, il y a une vraie recherche, une histoire de dingue avec un univers unique. L’auteure a une plume qui nous met en haleine, qui nous donne à chaque fois envie de tourner la page du roman. Ce second roman est assez différent du premier tome mais il reste incroyable !

Je vous conseille vivement cette saga qui est DINGUE, qui mérite d’être lue et plus connue. Ces deux premiers tomes sont déjà des coups de cœur.

Portrait de Emmy Srt