COMPTE | jimjam30

3
À propos de : La Mort nomade
Dans ce roman, l'ex-flic Yeruldelgger ne mène pas à proprement parler d'enquête mais tente de suivre une retraite spirituelle qui va être émaillée de nombreux incidents. L'atout de "La Mort nomade" tient à sa touche géopolitique, sur fond de paysages de steppes, de culture et de tradition mongoles, de corruption et d'emprise de grands groupes industriels sur les populations locales. Pour autant, même si Ian Manook nous dépayse par son voyage dans les vallées mongoles, je n'ai absolument pas aimé le style employé par cet auteur, particulièrement grossier voire injurieux dans ses dialogues.
3
À propos de : Black-Out
Que se passe t-il lorsque le courant éléctrique est coupé dans le monde entier, et le reste ? Tel est le fil conducteur de ce thriller technologique et scientifique qui se démarque fortement par son style et par sa lisibilité. Avec ce roman, Marc ELSBERG nous livre un récit dont on mesure bien les enjeux, tout en s'interrogeant sur les dérives de notre société "de confort". Si bien que la fiction qui y est dépeinte se rapproche de a réalité ... que nous ne sommes pas prêts d'envier !
3
À propos de : Trois jours et une vie
Avec "Trois jours et une vie", Pierre Lemaitre démontre une fois de plus tout son talent de narrateur avec des mots simples et porteurs d'émotions. Un récit admirable bien que l'histoire qui nous est livrée soit triste.
3
À propos de : Au revoir là-haut
"Au revoir là-haut" est un vrai bijou littéraire ! Si l'histoire se déroule il y a près d'un siècle dans un contexte particulièrement triste, l'histoire portée n'en est que belle ! Les personnages d'Albert et d'Edouard, avec leurs défauts, son attachants car ils sont des humbles pris dans un engrenage au sortir de la Grande Guerre. Par certains aspects, Pierre Lemaitre nous livre à sa façon et sans concession, une fresque historique et tragique digne de Zola en son temps. La lecture de cet ouvrage ne nous laisse pas indemne, mais au final c'est récompenser le travail de reconstitution mené par l'auteur au travers d'un livre magnifique et parfois déroutant, c'est aussi nous rappeler l'existence des "gueules cassées" lors de leur retour, des conditions misérables de l'époque de ceux qui ont voulu se reconstruire et oublier l'enfer des tranchées qu'ils avaient vécu. C'est aussi nous rappeler que les scandales d'Etat et les crapules à l'image d'un Henri D'Aulnay-Pradelle son toujours légion ...
3
À propos de : Zero
Parmi tous les heureux élus, "Zéro" se démarque par son côté anticipation et réalité inquiétante en même temps. Il nous ouvre les yeux sur les dérives de notre société hyper connectée et dangereuse pour nos libertés. !Je vote donc pour cet ouvrage que j'ai lu avec délectation et avec une pointe de crainte sur la démarcation entre réalité et fiction. Merci au Livre de Poche pour la qualité des sélections, leur richesse et diversité.
3
La description de l'ouvrage semblait intéressante mais "Ne mords pas la main qui te nourrit" m'a particulièrement déçu. L'aspect criminologique et psychologique qui retenait mon attention ,mis en avant par le personnage de Morgan, part assez vite à la dérive alors que l'histoire policière dés le départ semblait attractive. Dommage car le roman semblait de prime abord captivant mais la mise en situation de la criminologue est mal exploitée.
Avec “Papillon de nuit”, c'est à travers le témoignage d'un homme vivant ses dernières heures dans les couloirs de la mort, que RJ Ellory dresse un portrait réaliste et sans concession de la société américaine des années 1960, de son système carcéral et notamment à compter de l'assassinat de JFK. L'auteur y dépeint les travers de cette société (guerre du Vietnam, racisme et lutte pour les droits civiques, libération sexuelle et drogues) en toute lucidité. Daniel Ford, le condamné à mort, qui a tué sa victime, son meilleur ami noir, nous livre ses dernières confessions avant son exécution dans une description très fidèle de la mentalité de l'Amérique des années 60. Une très belle écriture et histoire, bien que dramatique, au service d'une noble cause.
3
À propos de : Zero
« Zéro » de Marc Elsberg a retenu toute mon attention parmi la sélection du mois de Juillet. Sur la thématique ingénieuse des applications inventives, des lanceurs d'alerte et d'un  hommage indirect à Edward Snowden, Marc Elsberg livre un thriller contemporain qui met pleinement l'accent sur les failles et les dérives d'une société hyper connectée. Alors que de prime abord, « Zéro » pourrait laisser penser à un roman de science-fiction, nous sommes immergés dans une intrigue savamment construite et documentée dans laquelle les aspects techniques décrits sont réalistes. Par ailleurs, parce que nous utilisons les réseaux sociaux. Nous nous identifions dans la plupart des personnages "lambda" du roman, ceci générant à ce titre une prise de conscience sur les applications et les nouvelles technologies si ce n'est une vision suspicieuse de notre environnement (tant le "conditionnement" de nos attitudes via les statistiques et les bases de données fait froid dans le dos à certains égards). Avec cette ''pépite'', l'ouvrage de Marc Elsberg peut se comparer à un George Orwell moderne et (ré)actualisé qui ne dément pas les dérives autrefois dénoncées dans 1984, Big Brother étant devenu Big Data.
Une belle œuvre que ce roman qui a été plébiscité dans son pays d'origine. Un récit-enquête particulièrement poignant dans notre monde actuel où la vie d'un enfant ne compte peu pour des adultes et des gens de pouvoir avides de passions sordides. L'héroïne de ce roman reste attachante et l'intrigue nous retient sans cesse.
3
À propos de : Sans pitié ni remords
"Sans pitié ni remords" est avant toute chose une belle et bonne surprise littéraire. J'ai découvert Nicolas Lebel pour la première fois et je reconnais que j'ai vraiment savouré cette enquête policière riche en rebondissements et abordant différents aspects (policier, militaire, artistique) écrite dans un style où se mêlent tour à tour franchise, cynisme et humour noir avec un capitaine Mehrlicht haut en couleurs. Chasse au trésor et chasse à l'homme ne font qu'une dans ce roman qui s'apparente à un puzzle où le personnage central (Mehrlicht) doit avec son équipe, déchiffrer les énigmes de son ami feu Jacques Morel pour l'innocenter d'un vol d'oeuvre d'art, tout en se confrontant à une pluie de cadavres semée par d'anciens légionnaires peu attachants. "Sans pitié ni remords" se démarque et se met en valeur par son scénario, le suspense habilement conçu et préservé par l'auteur, une intrigue et des personnages passionnants, sans oublier toutefois une bose dose d'humour, bercée par les vers des "Fleurs du mal" de Baudelaire.