COMPTE | Michèle FINANCE

3
À propos de : Volte-face
Allez, il faut bien avouer son forfait, j’ai lu TOUS les romans de Michael Connelly, absolument tous, du début au tout dernier (le 5ème témoin) paru cette année. Volte-face met en scène Mickey Haller, demi-frère du héros récurrent l’inspecteur Harry Bosch, qui fait de moins en moins parler de lui (en pré-retraite ?) et c’est bien dommage. Dans Volte-face, nous suivons ce duo qui ira chercher la vérité sans hésiter à enfreindre la loi avec un certain humour. Du rythme, du suspens, des avis différents de l’avocat à l’inspecteur, des personnages curieux, bons et méchants, ou comment suivre un procès de deux manières opposées mais complémentaires. Bref, une belle écriture et un polar bien mené, même si j’ai largement préféré les anciens récits où notre inspecteur n’hésitait pas à être plus féroce, plus sentimental, plus impliqué dans des aventures que lui seul pouvait gérer.
3
À propos de : Blue Jay Way
Blue Jay Way est le nom d'une chanson des Beatles, écrite par George Harrison en 1967, fasciné par Los Angeles, métropole tentaculaire et hallucinante cité des Anges dans laquelle on perd tous ses repères. Fabrice Colin a su en tirer une brillante variation, loin des clichés habituels, avec un réel sens de l'intrigue et du suspens. Blue Jay Way, c’est la Californie et ses excès, la violence, l’argent facile, les starlettes, le soleil, la dérision et la mort au bout du chemin pour trois fois rien. C’est absurde et à la fois tellement excitant pour un petit français qui ne connaît pas les codes et les règles du jeu mais veut entrer dans l’arène. Fabrice Colin s’en sort très bien et ce polar entre réalité et fiction mérite toute notre attention, face aux poids-lourds américains.
3
À propos de : Deux dans Berlin
Est davantage un récit sur les dernières heures de Berlin déchiré sous les bombes alliées et les tirs d'artillerie russes qu'un polar. On y décrit les conditions de vie très rudes à la fin de la guerre et l'état d'esprit de la population allemande. Certes bien écrit et intéressant. Mais, à classer - selon moi - dans la catégorie roman historique.
3
À propos de : Elle savait
Un polar classique qui se lit bien mais ne surprend pas le lecteur. Certes, le héros se moque un peu de nous, l'auteur tire les ficelles, on suit l'intrigue et on attend de lire la suite avec une certaine impatience, mais sans pour autant se passionner.
3
À propos de : L'Arbre au poison
Un roman psychologique, un état de tension permanente parfaitement maîtrisée. Dans l’art de nous tenir en haleine, Erin Kelly excelle. Stephen King lui-même a été séduit. Des personnages d’une profondeur extrême, difficiles à cerner, intrigants et touchants, voire monstrueux pour certains. Mais également beaucoup de sentiments et certainement de l'amour, entre des êtres qui ont souffert d'un passé cruel mais qui parviennent à s'oublier - on ne sait comment - dans un regard ou le rire d'un enfant. De fil en aiguille, de surprise en surprise, nous irons ainsi jusqu’au dénouement où passé et présent se rejoignent dans une explosion fulgurante qui vous laisse pantois. Le tout est construit dans un esprit poétique assez particulier ... quand tombe la nuit sur les bois chers à William Blake. Je n’ai rien lu d’aussi puissant depuis longtemps !
3
À propos de : Adieu
Ce roman raconte l’incroyable quête du commissaire Langelier pour découvrir le coupable d’une série d’assassinats dont il est en partie l’auteur. A l’origine, une famille retrouvée massacrée à son domicile, un père introuvable, une enquête qui piétine et des meurtres qui continuent. Langelier s'engage alors dans un combat très personnel afin de rétablir la vérité. J’ai relu « Adieu » pour le prix LDP afin d'être à nouveau dans l’histoire et de voter juste. La première lecture qui date de décembre 2011 m’avait fortement déçue. Cette fois, j’ai réussi à entrer davantage dans l’histoire (peut-être parce que j’en connaissais le dénouement) et j’avoue que la psychologie du commissaire m’a happée, avec un sentiment de malaise par petites touches, probablement en rapport avec des valeurs morales bafouées. Raison et folie, vérité et compromis, le lecteur nage dans un contexte obsessionnel où les bons et les méchants ne sont pas forcément ceux que l’on imagine.
3
On s'amuse dans les premières pages, on devine rapidement ce qu'il en est, donc pas de réelle surprise et en outre, Voltaire, personnage principal est absolument insupportable de vanité ! Bref, un petit divertissement à lire dans le train pour faire passer le temps !
3
À propos de : La Liste de mes envies
Les rapports entre l'amitié, l'amour, l'argent et le bonheur ... thèmes essentiels abordés avec humour et sérénité par un auteur qui semble s'amuser beaucoup en écrivant la liste de nos envies !
3
À propos de : Adieu
Ce roman raconte l’incroyable quête du commissaire Langelier pour découvrir le coupable d’une série d’assassinats dont il est en partie l’auteur. A l’origine, une famille retrouvée massacrée à son domicile, un père introuvable, une enquête qui piétine et à des meurtres qui continuent. Langelier s'engage alors dans un combat obsessionnel afin de rétablir la vérité. Et cette dernière verra le jour dix ans plus tard alors que le commissaire fête son départ en retraite. L’idée est intéressante et on peut imaginer le même scénario et Vargas ou Grangé aux commandes. A vrai dire, je me suis fortement ennuyée pendant la lecture de ce livre. L'enquête traîne en longueur, les personnages sont mornes et tristes, Langelier ne donne aucune envie de se passionner pour ses émois. 328 pages d’ennui dans une écriture maladroite et lourde pour un dénouement finalement assez prévisible.
3
À propos de : Le Sang des pierres
"Le sang des pierres" a pour cadre la petite île d'Öland qui peu à peu sort de la torpeur hivernale et s'enivre des premiers signes du printemps. La vie reprend ses droits dans la lumière du jour. Il n'y a pas de réelle enquête policière, mais une toile d'araignée lentement tissée dans laquelle les personnages font et défont les noeuds de leurs intrigues, amours, peurs, haines et secrets de famille. La terre et la nature sont omniprésentes, de même que les elfes et trolls qui murmurent en coulisses. Un roman bien écrit, sobre, poétique qui prouve une fois de plus la qualité des auteurs nordiques.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de Michèle FINANCE