COMPTE | nathalie.legoff@wanadoo.fr

5
À propos de : Petit Pays

C'est un petit pays, enclavé entre le Rwanda, la Tanzanie et la République du Congo. Un petit pays qui s'appelle le Burundi. On y croise des noirs, des blancs expatriés, des hutus, des tutsis, des réfugiés rwandais, des enfants métis. C'est le cas de Gabriel, une dizaine d'année. Enfant d'une mère rwandaise, réfugiée au Burundi, et d'un père français. Né dans les années 70, il connaît une enfance plutôt insouciante, dans l'impasse où il vit, accompagné de ses bons copains, toujours en vadrouille, se régalant de mangues juteuses.

Mais un jour, l'ambiance change dans le pays. Ce sont les toutes premières élections qui s'annoncent, et la population se mobilise en masse. Comment comprendre, avec des yeux d'enfant, que la vie paisible va s'arrêter là, que le génocide qui fait rage, déjà, au Rwanda, va contaminer son quotidien, anéantir l'innocence de son impasse, de son terrain de jeu, assassiner sa famille, faire perdre la raison à sa mère, imposer l'atrocité ?

Petit Pays, c'est un récit d'enfance des plus classiques, empreint de nostalgie. A cela près que l'enfance disparaît devant la folie tueuse des hommes, la peur au quotidien et pour toujours. Petit Pays, c'est aussi une immersion dans cette période incompréhensible du génocide rwandais. Petit Pays, c'est enfin un texte d'une grande beauté. Les lycéens ne s'y sont pas trompés, en attribuant à Gaël Faye (par ailleurs auteur-compositeur de très grand talent) leur Prix Goncourt cette année.
Fais-moi les poches !
http://fais-moilespoches.hautetfort.com

5
À propos de : Trois jours et une vie

En décembre 1999, une tempête spectaculaire balaie la France. Quelques jours avant, à Beauval, qui pourrait être n'importe quelle petite ville de province, des événements tragiques se déroulent. Un petit garçon a disparu. Rémi est recherché partout, les soupçons s'installent et viennent se poser sur ceux qui ont des choses à cacher. Tout le monde s'épie, mais pendant ce temps-là, Rémi est toujours absent.

Antoine, jeune adolescent, est le voisin de la victime. Il assiste d'une place privilégiée - à bien des égards- à tout ce remue-ménage. Les battues organisées pour retrouver l'enfant ne donnent pas les résultats escomptés. Et puis, la voilà, elle arrive, la tempête qui va noyer toutes les traces et aspirer toute l'énergie des habitants.

Dix ans plus tard, Antoine revient à Beauval, qu'il a pourtant tout fait pour quitter. Il traîne avec lui un lourd secret, dont le poids l'étouffe parfois, par vagues destructrices et imprévisibles, mais avec lequel il parvient à vivre. Il a avancé, il s'est éloigné. Du moins le croit-il.

Aucune page de ce roman ne laisse de repos. L'ambiance des petites villes, dans lesquelles la lutte des classes s'immisce dans les détails du quotidien, la culpabilité, la manipulation pour protéger ses proches, les yeux qui furètent à la recherche des fautes de l'autre, forment un cocktail qui semble prêt à exploser à tout moment. Un roman noir et amoral véritablement fascinant.
Fais-moi les poches !
http://fais-moilespoches.hautetfort.com

5
À propos de : Retour à Killybegs

Lorsqu'ils sont douloureux, les parcours reviennent longtemps après hanter ceux qui les ont vécus. L'Irlande du 20ème siècle est toute entière une terre de douleur. Loyalistes, indépendantistes, terroristes, services secrets, attentats, exils, frontières, ségrégation, fatalisme, combat, grèves de la faim, révoltes de prisonnier, torture. Tous ces mots se mêlent pour former le destin de l'Irlande, scindée en deux pays, criblée de frontières, de trottoirs des uns en face des trottoirs des autres.

C'est à travers le personnage de Tyrone Meehan que Sorj Chalandon nous offre le grand plongeon dans la tourmente irlandaise. Cet activiste de l'IRA qui, un jour, n'a eu d'autre choix que de trahir sa cause, et qui l'avoue publiquement une trentaine d'années plus tard, signant ainsi son arrêt de mort volontaire, bien après le dépôt des armes.

C'est un conflit si frais que les faits paraissent totalement incroyables, et ces rappels de Sorj Chalandon, dont le parcours journalistique a suivi en détails le conflit irlandais, sont salutaires. Rappels d'une histoire riche et complexe, aux enjeux encore très vifs, et rappels de la difficulté de vivre en empruntant des chemins tracés d'avance dans un contexte torturé et sanglant.
Fais-moi les poches !
http://fais-moilespoches.hautetfort.com/

5

Si Hitchcock a décidé d'adapter ce roman au cinéma en 1940, c'est que l'ambiance y est garantie étrange et fascinante à souhait. Voyez un peu : une jeune femme, dame de compagnie d'une richissime américaine, rencontre M. de Winter, un homme au frais veuvage, dans un hôtel de Monte Carlo. En quelques jours, la jeune femme accepte la proposition de mariage du Britannique, quitte son employeuse et après la lune de miel, part s'installer avec son mari dans sa somptueuse villa. Les domestiques les y attendent, mais réservent un accueil glacial à la nouvelle Mme de Winter. De pièces secrètes en chuchotements, la narratrice dessine au jour le jour la silhouette de l'ancienne propriétaire des lieux, morte mais étrangement omniprésente. Et trouve plus de questions que de réponses, face à un mari moins jovial que ne le laissait présager la rencontre.

Un grand classique de la littérature, à découvrir ou redécouvrir absolument.

Fais-moi les poches !
http://fais-moilespoches.hautetfort.com/

4
À propos de : La tresse

Elles sont trois. A plusieurs fuseaux horaires de distance, trois femmes se battent pour elles et pour leurs proches. L'une, en Inde, veut scolariser sa fille pour enfin sortir du système des castes qui condamne sa famille, intouchable, à ramasser les excréments des autres. La deuxième en Sicile, va devoir reprendre l'entreprise familiale de perruques artisanales au moment le plus critique. Un troisième au Québec, avocate et femme d'influence, découvre en apprenant qu'elle est atteinte d'un cancer l'envers du décor dans lequel elle jouait jusqu'alors son rôle à la perfection. Les trois femmes sont reliées, mais elles l'ignorent, car le tout ne tient qu'à un cheveu.

Voilà une manière originale de percevoir la mondialisation que ce roman. Un monde connecté qui fait inconsciemment émerger une certaine convergence des luttes : celle des femmes pour bénéficier de la place qu'elles méritent dans un monde sans merci. La tresse est un roman de combats, auréolé de beaucoup de délicatesse.
Fais-moi les poches !
http://fais-moilespoches.hautetfort.com/

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de nathalie.legoff@wanadoo.fr