COMPTE | Ppom

3
L'inspecteur REBUS a-t-il encore sa place dans une police moderne bardée de principes ? On pourrait en douter mais pourtant rien ne le fera renoncer à la promiscuité avec les truands, aux pintes de bière dans les pubs malfamés et aux coups tordus. Pourvu que le but soit atteint, quand bien même il faudra franchir la ligne jaune au nez à la barbe du redouté service des Plaintes Les technocrates de la police en seront pour leur frais. Hommage à la police à l'ancienne ce roman ne néglige pas pour autant la qualité de l'intrigue ni l'épaisseur des personnages, le suspens ou l'évocation de l'Ecosse entre whisky, landes et océan.
3
À propos de : Le Violoniste
Un violon Stradivarius sert de fil conducteur à ce roman qui débute après la seconde guerre mondiale, se poursuit de nos jours et balance entre polar et roman historique et intimiste. Broyé par la bureaucratie policière soviétique ou visiteur des coulisses corrompues du nouveau régime, chaque personnage est confronté à des choix terribles guidé par sa conscience ou la fidélité.
3
À propos de : Le Violoniste
Un violon Stradivarius sert de fil conducteur à ce roman qui débute après la seconde guerre mondiale, se poursuit de nos jours et balance entre polar et roman historique et intimiste. Broyé par la bureaucratie policière soviétique ou visiteur des coulisses corrompues du nouveau régime, chaque personnage est confronté à des choix terribles guidé par sa conscience ou la fidélité.
3
À propos de : Deux gouttes d'eau
Une bonne idée de départ ne suffit pas pour tout un livre quand bien même on a du talent pour l'écrire. L'auteur se trouve enfermé dans son scénario et il use jusqu'à la corde les possibilités offertes par son idée de jumeaux accusés d'un crime commis par l'un des deux. Pour s'en sortir il met en scène des flics dans des situations invraisemblables et irréalistes. Les caractères et les ressorts psychologiques des personnages sont peu crédibles. Le style n'est pas en cause mais plutôt l'intrigue.
3
À propos de : Dans son ombre
L'histoire commence comme un polar où les flics sont des douaniers qui tels des incorruptibles veulent faire tomber un truand réputé intouchable. Après un nouvel échec une autre équipe prend la relève pour une enquête de la dernière chance. Joey Cann le plus insignifiant des enquêteurs va consacrer sa vie à cet objectif. Le théâtre des opérations alterne entre Londres et les Balkans. Au fil des pages, le roman s'épure de sa dimension policière, les personnages secondaires s'estompent et l'histoire culmine dans un affrontement entre le justicier et le diable où leurs volontés s'opposeront dans un duel paroxystique. Une vallée ravagée par la guerre sert de décor final là où les mines errent comme des fantômes qui dictent leur loi aux vivants. Ce roman vous prend aux tripes, vous bouscule et vous interroge sur la guerre, le crime, la justice.
3
À propos de : Une fleur en enfer
Si vous vivez dans un monde où vous n'a jamais croisé un enfant de 5 ans vous pourrez apprécier la verve de ce bébé flic qui résout les énigmes les plus tordues au nez et à la moustache de la police locale. C'est truculent, enlevé, dépaysant, corrosif et savoureux. C'est plus épicé que le loukoum et fort comme le café.
3
À propos de : Les Temps sauvages
Yeruldlegger, le flic placide qui balance entre traditions mongoles et modernité post-soviétique, n'a pas apprécié que l'on s'en prenne à sa famille. Tendu vers son but il néglige ses enquêtes, abandonne ses collègues et fonce tête baissée bousculant cadavres, services secrets, militaires à la dérive. Tour à tour, Ian Mannook nous fait sentir le vent des steppes, l'air marin du Havre, la puanteur des containers et plus encore celles des âmes corrompues. Voyage au bout de lui même pour Yeruldelgger et voyage dans les confins asiatiques pour le lecteur. Bon vent
3
Par petites touches, rythmées par les retours en arrière, Viveca STEN construit son roman tour à tour sombre et intimiste. La petite communauté de SANDHAMN est confrontée à la disparition inquiétante d'une jeune ilienne, et ce drame servira de révélateur aux blessures anciennes jamais guéries. Une fois tous les personnages en place le rythme s'accélère pour que la vérité soit enfin connue. Il faut aimer les romans policiers où l'on doit se partager entre les états d'âme des personnages et l'intrigue. Dans ce roman l'auteur parvient à maintenir cet équilibre et l'on s'attache aux protagonistes ballotés par la vie tout en suivant l'enquête dont l'intérêt est rehaussé par la description de la communauté de SANDHAMN au siècle passé. Ce roman m'a paru supérieur au précédent tome qui met aux prises les mêmes personnes bien que lé dénouement final soit trop semblable.
3
On effeuille ce roman plus vite qu'une marguerite. Les auteurs nous mènent par le bout du nez et nous font suivre des senteurs qui ont pour nom fidélité, remords, pardon, amitié, droiture. Le juge devra accepter de ne pas être le plus fort, de quitter sa carapace de chêne pour devenir roseau enfin ouvert aux autres, prêt à accepter la vérité sur lui même et ceux qu'il côtoie ou combat. Certes un roman policier, exploitant l'idée originale du langage des fleurs, mais aussi une histoire d'amour et de rédemption qui ouvre au pardon.
3
À propos de : Six fourmis blanches
Quelque part en Europe, un sorcier bourru jette des chèvres dans la montagne jusqu'à ce qu'un gros paysan local maffieux lui impose son benêt de neveu sanguinaire comme assistant et successeur. Le duo s'embrouille et cela finit mal. C'est le cas aussi pour une brochette de touristes aussi benêts qu'entêtés qui découvriront que la neige c'est froid et glissant. Dans ce même pays, il y a des hélicoptères, des voitures et des agences de voyages. On garde le suspens mais on oublie l'intrigue. Sinon on devient chèvre aussi et cela pourrait mal finir.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de Ppom