COMPTE | StéphB

3
À propos de : Ahlam
Quand l'amour l'emporte sur la haine et la beauté sur la monstruosité, c'est Ahlam qui se dévoile et déploie sans pudeur l’étendard de la liberté.
3
Depuis sa naissance en 1925 jusqu’à son départ d’Egypte en 1952, Zohar nous dépeint sa vie au sein de la communauté juive d’Haret El Yahoud, un quartier pauvre du Caire, où juifs, chrétiens et musulmans vivent ensemble. Mais la mutation progressive de la société va affecter leurs relations, à contre-courant de l’amour incommensurable qui unit Zohar, juif apatride, à sa sœur de lait Masreya, musulmane égyptienne. Entre vérité historique et fiction, c’est une Egypte à deux visages que nous dévoile Tobie Nathan. Eblouissante Egypte dans toute sa féérie, entre monde réel et fantastique, sorcellerie, prophéties et croyances populaires, où les hommes rencontrent les Rois, les djinns et les afrits, et font appel aussi bien à Dieu qu'au Sheytan. Une Egypte tolérante où toutes les fois se côtoient ; sensuelle et érotique, où les amours enchanteresses ne connaissent pas de frontière. Obscure Egypte dans son repli, où l’antisémitisme montant brise l’équilibre fragile, à l’heure où la partition de la Palestine et le ressentiment croissant face à la présence britannique réveillent les nationalismes et les clivages religieux, où la liberté de culte laisse place aux pogroms. Pourtant, tous vouent le même amour à cette terre dont ils sont issus, ce cadeau du Nil, la terre d’Egypte, à l’image de leur dévotion envers Allah, à la fois Dieu des juifs et des musulmans. Ce roman se lit comme un conte, une fresque politique et un roman historique.
3
À propos de : Une vie d'emprunt
Le narrateur nous conte l'histoire du jeune Slava, un américain originaire de la communauté juive de l'ex Union Soviétique, accablé par le poids culturel de ses origines, qui a peu à peu pris ses distances avec sa famille pensant réussir ainsi son intégration et réaliser son rêve, celui de devenir journaliste. Mais le décès de sa grand-mère va le ramener auprès des siens, notamment auprès de son grand-père qui lui fait alors une demande très particulière : l'aider à intégrer un programme d'indemnisation des victimes de la Shoah sur la base d'une fausse déclaration, invoquant le souvenir de sa grand-mère. D'abord récalcitrant, Slava va faire un bond de le passé, s'abreuvant de livres et du peu d'éléments que sa grand-mère avait laissé échapper de sa captivité. Il va alors réécrire l'histoire de sa famille, imaginer les contours, improviser les rebondissements, exacerber les détails. Mais il ne s'arrête pas là. Poussé par son grand-père et le désir de se mettre au service de sa communauté, il va réinventer l'histoire de dizaines de familles, mêlant leur vie, imaginaire et réelle. Même si ses talents d'écrivain ne sont pas reconnus par Century, la revue qui l'emploie, son style ne passe pas inaperçu auprès de la commission des demandes d'indemnisation : Slava est démasqué. Terrifié, tiraillé entre devoir de vérité et sentiment de loyauté, il va devoir prendre ses responsabilités. Mais Slava s'interroge : quelle place pour les victimes ? Comment rendre justice à sa communauté encore marquée par son émigration forcée ? Car malgré ses tentatives, il ne peut se défaire des liens qui l'unissent à elle. Un très beau roman qui évoque une part sombre de l'Histoire et ses retentissements sur les victimes et leurs descendants des dizaines d'années plus tard.
3
À propos de : Une allure folle
Isabelle SPAAK ne craint pas de nous livrer l'histoire intime de deux femmes d'exception : Mathilde, sa grand-mère, vivant au-delà des convenances et des qu'en dira-t-on ; et Annie, sa mère, à la fois meurtrière et héroïne parmi les Justes. Cette recherche dans leur passé, cette intrusion au plus profond de leurs secrets, constituent pour l'auteure moins une quête pour la vérité qu'un chemin vers la réconciliation.
3
À propos de : City on Fire
Garth Risk Hallberg nous offre une narration dense et complexe par sa chronologie éclatée et sa foison de personnages tous reliés par un évènement tragique : l'assassinat de la jeune Sam au cœur de Central Park le 31 décembre 1976. Drogue, punks, corruption émaillent la vie new-yorkaise des années 70 dans une logorrhée urbaine improbable et imagée, mais paradoxalement réaliste. Le dénouement autour du black out de 1977 offre un cadre idéal pour illustrer la confusion des corps et des esprits qui affecte chacun des protagonistes à la recherche d'une voie spirituelle et terrestre, même si au final, ils ne sont qu'une diversion pour mettre en lumière la véritable héroïne du roman : la ville de New-York, sauvage, provocante et indifférente. City on fire est une œuvre ambitieuse qui se dévoile sans pudeur.
3
À propos de : Entre ciel et Lou
Lorraine Fouchet nous livre un roman émouvant, rempli de bons sentiments, autour d'une famille attachante mais éclatée de l'île de Groix. Chaque personnage est un peu le héros de cette histoire puisqu'il en est le narrateur. Avec la mort de Lou, c'est le lien fédérateur de cette famille qui disparait et chacun tente, difficilement, de renouer avec ses membres qui ne se comprennent plus. Entre malentendus et idées reçues, Jo, le père de famille, va tout mettre en œuvre pour réaliser la dernière volonté de sa femme et redonner le goût du bonheur à leurs enfants. La maladie, le deuil, l'amour, l'amitié : tous les aspects de la vie sont abordés avec justesse et sensibilité. Une très belle lecture.
3
Anthony Doerr nous livre un roman fluide, délicat et captivant, par son aisance dans l'écriture et la structure en chapitres courts qui donne l'envie de toujours poursuivre la lecture ; et un roman passionnant et débordant d'émotions, à travers son intrigue, le destin de deux héros durant la guerre de 39-45 : Marie-Laure, jeune aveugle parisienne devant fuir la Capitale avec son père en raison du lourd secret qu'il porte, et Werner, orphelin d'Essen, contraint de grandir trop vite et d'intégrer les forces du Reich. Le roman se lit sous le prisme de la dualité : contraste entre la douceur des enfances emplies d'innocence, de rêves et de quiétude, et l'entrée dans la guerre qui laisse place à la peur, aux séparations et à la solitude ; rencontre entre la réalité de faits bien documentés, comme le bombardement de la ville de Saint-Malo, qui appuient la force et l'authenticité de l’œuvre, et l'existence imaginaire d'un diamant tant convoité, l'océan des flammes, qui lui apporte un aspect énigmatique et poétique ; dissonance dans l'implication de nos deux protagonistes qui prennent part à la guerre, chacun selon leur destinée, bien malgré eux. Jusqu'à leur rencontre inévitable, qui révèle le courage ultime de ses deux êtres unis dans leur enfance sacrifiée, au-delà des craintes et du devoir, dans un moment tant désiré qui doit mener vers la lumière, la liberté. Mais le temps efface difficilement les blessures passées, et cette plongée dans la guerre à travers des yeux d'enfants nous rappelle la fragilité de l'existence qui peut à jamais être marquée par la folie des hommes. A lire sans aucun détour.
3
À propos de : Ahlam
C'est l'histoire d'une famille de Kerkennah, Farhat le père, Fatima la grand-mère, Issam et Ahlam les enfants, frère et soeur inséparables et fusionnels, marquée par deux évènements déterminants : la mort de Nora, mère et épouse, beauté tunisienne partie trop tôt ; et l'arrivée de Paul, célèbre peintre français qui se chargera de l'éducation artistique d'Issam et Ahlam. Après la mort de Nora, la vie reprend son cours, rythmée par les progrès d'Issam à la peinture et d'Ahlam au piano, enfants prodiges pour qui les arts représentent l'espoir d'une autre vie. Mais l'islamisme prend de l'ampleur et n'épargne pas la petite île paisible de Kerkennah. Issam se fait enrôler, la famille est brisée. Ahlam prend part à la révolution et crie sa haine de l'intégrisme religieux et son amour de la liberté. Enlevée et frappée, Paul peindra avec amour son corps nu et abîmé, symbole de la révolte, œuvre ultime de l'artiste qui le paiera de sa vie. Ahlam est un roman vibrant, un hymne à la beauté, la liberté et l'amour.
3
Mon cœur est resté ancré en Tasmanie pendant que mon esprit vogue toujours autour du phare du cap Bruny.
3
Ce roman nous transporte au bout du monde, de Tasmanie jusqu'en Antarctique, au cœur d'une magnifique fresque sentimentale et picturale. L'intrigue qui se joue autour de Mary et la romance qui se noue entre Tom et Emma, nous tiennent en haleine et sont ponctuées par la majesté des paysages de l'île de Bruny et du pôle sud, que l'auteure nous décrit avec une puissance évocatrice. On se laisse gagner par les tourments et les craintes de Tom et Mary, que l'on voudrait balayer d'un revers de main. Un joli roman qui évoque les relations humaines et la complexité de la vie avec pudeur et justesse.

Vous n’avez pas encore sélectionné de livres à lire.

Rendez-vous sur la page de vos livres préférés pour les ajouter à votre Pile à lire !

Portrait de StéphB