Vous êtes ici

Ahlam
288
Date de parution: 
11/01/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253069447
Editeur d'origine: 
JC Lattès

Ahlam

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Lorsque Paul Arezzo, célèbre peintre français, débarque aux Kerkennah en 2000, l’archipel tunisien est un petit paradis. L’artiste s’y installe  et noue une forte amitié avec la famille de Farhat, un pêcheur, particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul : une œuvre unique et totale où s’enlaceraient tous les arts.
Mais dix ans passent. Ben Ali est chassé. L’islamisme gagne du terrain. L’affrontement entre la beauté de l’art et le fanatisme religieux peut commencer.
 
Remarquablement documenté – le processus de radicalisation du jeune héros est d’un réalisme saisissant –, Alham est aussi un vibrant hommage à toutes celles qui, en Tunisie ou ailleurs, se lèvent, résistantes anonymes contre les diktats assassins des fanatiques. Caroline Laurent-Simon, Elle.
 
Un impitoyable engrenage qui nous happe comme un roman policier. Juliette Bénabent, Télérama.
Prix des maisons de la presse
2016

Les derniers avis

4

Ahlam ou le portrait implacable d'une Tunisie à la dérive...
L'histoire se situe entre 2000 et 2011 au coeur de l'archipel tunisien de Kerkennah.
Nous y suivons une famille originaire de l'île et un peintre français venu s'y installer.
Le récit est empreint de poésie lorsqu'il évoque les arts, la peinture, la musique dont les protagonistes de l'histoire sont férus, et direct et efficace lorsqu'il narre la haine et la violence qui se mêlent peu à peu à la vie du pays.
Les personnages sont attachants et l'histoire passionnante.
Un très bon roman au parfum de drame mais enrichissant et instructif.

3
Il y a des nuits où le sommeil ne vient pas et à force on tend machinalement la main vers la pile de livres qui attendaient sagement leur tour... Et puis quelques pages et quelques heures plus tard, les choses s'inversent et par la grâce d'un livre on en arrive à lutter contre le félon sommeil qui voudrait nous arracher à une merveille d'écriture... Ahlam, premier roman du juge anti-terroriste Marc Trevidic, est de ces livres qu'on démarre et qu'on ne lâche plus jusqu'à la dernière page espérant naïvement que le destin littéraire épargnera des personnages à qui on s'attache indéfectiblement. Le roman a pris le nom d'Ahlam, l'héroïne tunisienne mais il aurait tout autant pu prendre celui d'Issam, son frère par qui le malheur arrivera. Et par ses errements et son ignorance se fissurera inéluctablement la parenthèse enchantée née de l'amitié entre Paul, peintre français mondialement connu et la famille de l'humble Farhat, paisible pêcheurs de la petite île de Kerkennah. Comme dans une mise en abime, on assiste alors à l'effondrement de la société civile tunisienne dont la pacifique révolution de jasmin se verra confisquée par les opportunistes extrémismes religieux . In fine se dresseront l'une contre l'autre les visions du monde d'enfants qui devenus adultes choisiront des routes diamétralement opposées... l'art contre l'obscurantisme, l'homme contre la femme, le laïc contre l'intégriste, la haine aveuglante contre l'amour impuissant, le courage inconscient contre la veule lâcheté... Marc Trevidic réussit le tour de force d'écrire un roman humain et passionnant tout en s'appuyant sur d'incontestables connaissances sur le processus de radicalisation islamiste. Bien entendu je ne vous dévoilerai pas la fin mais je vous encourage sincèrement à vous plonger dans ce superbe roman qui réussit à n'être ni manichéen ni moralisateur.