Vous êtes ici

Aveu de faiblesses
192
Date de parution: 
30/05/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253237310
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Aveu de faiblesses

6,40€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  
Dans un bourg du Nord, Yvan est apprenti menuisier. Né d’un père borné et réac, et d’une mère qui rêverait qu’il devienne artiste, c’est un adolescent complexé et solitaire, moqué pour sa laideur et sa différence par ses camarades. Tout près de chez lui, un enfant est retrouvé mort, assassiné. Les policiers débarquent dans la maison familiale pour une enquête générale, un engrenage implacable se met alors en branle. La mère d’Yvan s’emmêle dans ses déclarations, leur ment, revient sur ses propos. Tétanisé et mutique, Yvan se contredit plusieurs fois, et se fait piéger à la suite d’un petit mensonge…
L’univers sombre et cruel de Frédéric Viguier emprunte tout à la fois au cinéma radical de Bruno Dumont et au roman social, et y ajoute le suspense d’un roman noir.

Un roman aussi envoûtant que glacial. Lou-Eve Popper, L’Express.

Mensonges, retournements, manipulations, doutes, chaque page fait vaciller nos certitudes. Renversant. Nedjma Van Egmond, Le Parisien Magazine.

Les coups de coeur des libraires

Un livre époustouflant !

Entre chronique sociale et roman noir, voici un livre époustouflant, tant par l’écriture que par l’histoire, qui démontre à quel point les apparences peuvent parfois être trompeuses.
 
Aveu de faiblesses, le deuxième roman de Frédéric Viguier, arrive après Ressources inhumaines (Albin Michel), qui avait été une révélation à sa sortie en 2015. L’histoire se déroule de nos jours, dans une petite zone pavillonnaire ouvrière du Nord de la France. Yvan, adolescent de 17 ans, est un mal-aimé qui a du mal à trouver sa place. Il faut dire qu’il est laid et qu’il est devenu au fil des ans le souffre-douleur de ses camarades d’école. Dans sa famille, il a peu de reconnaissance. Avouons que sa famille est particulière : la mère d’Yvan semble à moitié folle. Sa passion consiste à collectionner les couvercles de boîtes de camembert. Avec l’aide d’Yvan, elle fréquente les déchetteries pour les ramasser. Son père est plutôt patibulaire. Un jour, en fin d’après-midi, le petit garçon du pavillon voisin est retrouvé assassiné. Il faut un coupable et vite. Yvan est immédiatement accusé. C’est le coupable idéal. Il n’a pas d’alibi vraiment convaincant. Et puis, il se défend mal face aux accusations du flic qui l’interroge. Inutile d’en dire plus, le lecteur est happé dans cet engrenage infernal qui condamne Yvan par anticipation. Yvan se laissera-t-il faire ? Est-il coupable ? Le lecteur est persuadé de l’innocence d’Yvan, mais la machine judiciaire est lancée. Voilà pour l’aspect « polar » du roman. Au-delà de l’histoire, c’est toute une chronique sociale que compose Frédéric Viguier, passionnante, parfois effrayante, voire machiavélique. Quant aux personnages, s’ils paraissent finalement tous plus antipathiques les uns que les autres, ils n’en sont presque que plus attachants. 
Aveu de faiblesses est un roman coup-de-poing que l’on dévore presque d’une traite, avec un coup de théâtre à la toute dernière ligne. Un de mes plus gros coups de cœur de cette rentrée.
NATHALIE IRIS, de la Librairie Mots en marge, à La Garenne-Colombes

Les derniers avis

4
Blogueur

Apparemment, ce livre est le coup de coeur des éditrices du livre de poche. Je peux les comprendre ! Ce livre m'a complètement bluffée !

Ici, nous rencontrons Yvan Gourlet, adolescent de 16 ans, "gros et laid", qui n'a pas d'amis, qui se fait embêter par les garçons de son école et qui aime passer du temps avec sa mère. Un jour où il va fouiller les poubelles de l'usine où son père travaille (il aime ça, vraisemblablement), un drame se produit et une enquête s'ouvre alors. Enquête dans laquelle il sera le principal suspect.

Un jeune enfant, le petit frère d'un camarade de classe, est retrouvé mort vers l'usine où Yvan traînait. Yvan n'a rien vu, rien entendu. Il ne comprend pas pourquoi on l'interroge. Sa mère s'emmêle les pinceaux pour lui trouver un alibi, mais un policier est persuadé de sa culpabilité. Yvan, en bon beunet, ne sait pas quoi répondre. Sa naïveté parle pour lui, il essaye de contenter tout le monde. le système judiciaire s'acharnera sur lui, personne ne semble croire à son innocence, alors qu'il le clame depuis le début, sans pour autant vraiment se défendre..
Que deviendra-t-il? Quelle sera la sentence du procès ? Et surtout, est-il coupable ou innocent ? .

Ce livre nous montre les différentes phases d'incrimination : la garde à vue, l'inculpation et la détention. Nous en apprendrons plus sur les moyens qu'ont les policiers de faire avouer les suspects, et surtout, on sera bluffés par cette fin. La fin, c'est la cerise sur le gâteau. Je ne m'y attendais pas du tout et ça a rendu ma lecture encore meilleure.

5
Blogueur

Prenez quelques heures pour vous poser tranquillement et lire ( savourer ) cette histoire d'une traite, votre expérience avec ce récit n'en sera que meilleure.

Pourtant au début de votre lecture, vous allez être plonger dans un environnement pas très agréable . Nous sommes en 2001, dans un village du Nord,il est bordé d'une usine et de terrains vagues où cohabitent les lotissements ouvriers et les nouveaux quartiers plus aisés. On y rencontre Yvan , la définition même de l'adolescent mal dans sa peau ( il se trouve laid, il est en surpoids, porte les vieux vêtements de son frère ainé), il est affligé d'une mère grandement pathologique ( qui sculpte du beurre et collectionne les étiquettes de boites à fromages) et d'un père bourru, froid et distant. Malgré les conseils de son frère ainé qui l'incite vivement à quitter le domicile familiale, Yvan s' accommode assez bien de cette vie entre sa relation étrange avec sa mère et les moqueries des autres adolescents de son village et de son lycée.

Pour le coup, je n'ai eu aucune empathie ou affect pour aucun des personnages principaux de cette histoire, puis on découvre le corps d'un enfant dans le village...tous les indices mènent vers Yvan . Et c'est à ce moment là que la magie de ce livre opère : interrogatoire, garde à vue, détention provisoire, procès...le tout sur 6 ans et dans un livre de 190 pages. Car oui Frédéric Viguier va à l'essentiel, les chapitres s’enchainent, ils sont percutants. Son style d'écriture est direct et fluide, sans fioriture .Il nous offre une galerie de personnages savoureux : le flic, l'avocat, les co détenus, les habitants du village...et surtout l’évolution d'Yvan au fil des années.

BREF...j'ai été captivée par cette histoire jusqu'à la fin !!Un récit qui mise tout sur la psychologie, sans gore ou effusion d'hémoglobine . Un vrai tour de force de faire vivre à son lecteur autant d'émotions en moins de 200 pages.