Vous êtes ici

Dans la ville des veuves intrépides
480
Date de parution: 
03/03/2010
EAN : 
9782253126638
Editeur d'origine: 
Belfond

Dans la ville des veuves intrépides

8,70€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Depuis le jour où les guérilleros ont débarqué et réquisitionné tous les hommes du village de Mariquita, les femmes sont livrées à elles-mêmes. Qu’à cela ne tienne ! Les ménagères soumises, les épouses dociles vont instaurer un nouvel ordre social. Ainsi, les très moustachues soeurs Morales décident de remédier à leur condition de célibataires frustrées en créant un bordel ambulant ; Francisca, la veuve d’un grippe-sou notoire, mène la grande vie après avoir découvert le magot de son mari. Et puis, il y a la tenace Rosalba, auto-proclamée maire, et le padre Rafael, seul rescapé de la gent masculine, volontaire pour assurer la procréation de la nouvelle génération... Baroque, éblouissante de fantaisie, la chronique tragico-burlesque d’une bourgade perdue au fin fond de la Colombie.

Cañón, disciple de García Márquez et de son réalisme magique, réussit un conte optimiste, savoureux et polisson. Jacques Gantié, Nice Matin.

Les coups de coeur des libraires

L'avis du libraire Maupetit (Marseille)

Un livre drôle et attachant à la fois. Un coup de coeur collectif !

www.maupetitlibraire.fr/

 D'autres coups de coeur libraires, en vidéos ? cliquez ici

 

Les derniers avis

3
Blogueur
1992, Mariquita, quelque part au fin fond d’une Colombie ravagée par une interminable guerre civile. Un beau matin, un groupe de guérilleros déboule dans le village et en réquisitionne tous les hommes, laissant femmes, enfants et curé sans autre choix que de se prendre en mains pour réorganiser la vie du village. Qui d’autre que Rosalba, veuve du brigadier, semble la plus apte à prendre le commandement des opérations ? Elle est peut-être la seule à le croire, la seule à y croire, toujours est-il que la voilà qui occupe la mairie et passe le temps à établir des listes de choses prioritaires, des listes de choses importantes, des listes de listes… Pleine de bonnes intentions et d’imagination mais dépourvue de sens pratique, Rosalba n’en finit plus d’imposer ses décrets absurdes et inefficaces, voire carrément désastreux. Peu à peu cependant, et au prix de quelques drames, le village remontera la pente… L’histoire est racontée dans la veine du réalisme magique cher aux auteurs latino-américains (bien que James Cañon ait écrit son roman en anglais), le ton est donc à l’humour baroque, avec une galerie de personnages plus extravagants les uns que les autres. Et pourtant les événements et le contexte général sont loin d’être roses : après le départ des hommes, le village vit des heures noires de faim, de misère et d’isolement du reste du monde. Reste du monde d’ailleurs particulièrement hostile, comme le montrent les courts chapitres intercalés dans le récit principal. Ce sont des témoignages d’hommes, qui côtoient de près la guerre civile : reporter américain, enfant-soldat, guérillero, paysan, paramilitaire ou officier régulier. Leur témoignage est chaque fois purement descriptif, clinique, dépourvu d’émotions, d’autant plus terrible et glaçant. Le sort des veuves est narré avec beaucoup plus de comique, n’empêche, parfois on rit pour ne pas pleurer… Avec cette fable politico-écologique, l’auteur tourne en ridicule les dictatures fantoches (de droite et de gauche). Voici Rosalba qui parle : « Je me fiche de savoir ce qui est éthique ou pas ! Je n’ai pas accompli une seule chose dans ma vie sans avoir à mentir ou tricher un peu. (…) Chaque fois que j’ai essayé de faire quelque chose d’une façon correcte, j’ai échoué lamentablement. J’essaie d’être honnête avec tout le monde et de mener une vie fondée sur d’authentiques principes moraux, mais je ne peux pas ». Les hommes aussi (ou un certain type d’hommes, ils ne sont pas tous comme ça…) en prennent pour leur grade. Sans pour autant que le livre puisse être qualifié de féministe, puisqu’il faut bien admettre à la fin qu’on ne peut se passer d’eux, pourvu que ce soit sur pied d’égalité. Mais surtout, le roman veut rendre hommage aux femmes (le livre est dédié « à toutes les femmes de la terre »). Encore Rosalba : « Les femmes étaient idéalistes et romantiques par nature, et même si les hommes avaient toujours vu ces caractéristiques comme des défauts, peut-être était-il temps pour les femmes de les honorer comme des qualités féminines uniques et d’en faire usage dans leur vie quotidienne ». Ma conclusion : j’ai beaucoup aimé cette histoire facile à lire, captivante, finalement plus optimiste que triste.