Vous êtes ici

Elle est pas belle, la vie ?
160
Date de parution: 
17/02/2016
EAN : 
9782253182511
Editeur d'origine: 
Denoël

Elle est pas belle, la vie ?

6,10€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Kurt Vonnegut, romancier et satiriste d’exception, était l’un des orateurs les plus demandés pour les cérémonies de remise de diplômes. Chaque fois, il savait trouver des mots originaux, pertinents et drôles. Elle n’est pas belle, la vie ? rassemble des discours que l’écrivain a prononcés dans neuf universités entre 1978 et 2004. Hilarantes, incisives ou du plus profond sérieux, ces réflexions sont parfaites pour quiconque fait l’expérience de ce que Vonnegut appelle « la cérémonie tant attendue de la puberté », marquant la transition entre les études et la vie d’adulte.
Un livre prophétique et exaltant dont chaque mot résonne avec une modernité cinglante.
 
À chaque intervention, Vonnegut se donne la peine de faire du neuf, de se mettre à la portée des jeunes avec un esprit frondeur et taquin.
Frédérique Roussel, Libération.

Les derniers avis

3
Blogueur

Il faut savoir que Kurt Vonnegut n’était pas qu’un excellent romancier, c’était aussi un orateur hors pair et très demandé pour discourir lors des cérémonies de remise de diplômes. Neuf de ses discours sont réunis pour la première fois, à titre posthumes, dans un unique volume dont la parution en format poche vient de voir le jour. Avec un titre qui sonne comme un mantra de développement personnel et un sous-titre humoristique concernant le vieux schnock qui donne des conseils à de jeunes cons, le lecteur entre de plain-pied dans l’univers de Vonnegut, où le sérieux n’est jamais exempt d’humour, le tout avec une simplicité à même de toucher un large public.


Fascinants, ces discours montrent un autre visage de Kurt Vonnegut, un visage purement humaniste tant l’auteur semble être passionné par cette jeunesse qui franchit un palier dans son existence. Délaissant la science-fiction qui le rendra célèbre, Vonnegut remet alors, le temps d’un discours, les pieds sur terre et salue la beauté de la vie et la générosité du savoir, sans jamais dénigrer gratuitement autrui, faisant de ces « conseils » une belle leçon de vie.

 

En plus d’être un des auteurs américains les plus originaux, populaires et talentueux du XXème, Kurt Vonnegut a été un orateur très demandé. Discours de remises de diplômes dans diverses universités américaines, remises de prix et autres joyeusetés, la présence et les mots de Vonnegut étaient prisés, et on le comprend bien. On l’imagine bien seul capable de dérider et de mettre un peu de folie dans ces cérémonies combien figées et interchangeables les unes avec les autres. On y retrouve le cynisme et le franc parler de l’auteur, son intelligente absurdité et sa pensée humaniste. Il distille au fil de ces discours, devant, on l’imagine, des parterres d’étudiants d’universités plus ou moins prestigieuse en robes noires et chapeaux plats pendus à ses lèvres, ses pensées sur la vie, la politique, le monde, l’enseignement et la littérature. Un professeur qui a marqué plus que les autres le parcours scolaire, la facilité avec laquelle les dirigeants (politiques comme industriels) envoient au casse-pipe les citoyens sans bouger de leurs fauteuils, l’importance d’être entouré, de se recréer, en temps qu’individu et membre d’une société, des rites de passage qui manquent tant aujourd’hui… Et surtout, cette ritournelle qui lui vient d’Alex, son oncle, qu’il faut professer à chaque instant de plaisir, de bonheur furtif et facile: « Elle est pas belle, la vie? »