Vous êtes ici

Eloge de la fadeur
160
Date de parution: 
12/05/1993
EAN : 
9782253063797
Editeur d'origine: 
Picquier P.

Eloge de la fadeur

6,30€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

On croira d’abord au paradoxe : faire l’éloge de la fadeur, priser l’insipidité et non point la saveur, c’est aller à l’encontre de notre jugement le plus immédiat. Prendre plaisir à malmener le sens commun. Or, dans la culture chinoise, la fadeur est reconnue comme qualité. Plus encore : comme la qualité, celle du « centre », de la « base ». Le motif est important déjà dans la pensée de l’Antiquité, qu’il s’agisse de dresser le portrait du Sage ou d’évoquer la Voie. De là, il a fécondé la tradition esthétique des Chinois : non seulement parce que les arts qui se développent en Chine bénéficient d’une telle intuition, mais aussi parce qu’ils peuvent rendre plus sensible cette insipidité fondamentale – ils ont donc mission de la révéler : à travers le son, le poème, la peinture, la fadeur devient expérience.
F. J.

Pour percer les arcanes de la pensée chinoise, poésie, peinture, musique, les arts dans leur ensemble, mais aussi plus largement la culture et la philosophie, sont ici revisités à partir de la notion de fadeur. Ou comment, vers l’Orient, les valeurs se sont inversées, jusqu’à définir une autre économie de l’esthétique comme de la réßexion. Dans une langue claire et agréable, François Jullien brosse le tableau de cet « autre » esprit.