Vous êtes ici

Et tu n'es pas revenu
128
Date de parution: 
24/08/2016
Langue: 
Français
EAN : 
9782253095064
Editeur d'origine: 
Grasset

Et tu n'es pas revenu

6,30€

Détails promotions contenus

Détails
«  J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur.
Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille.  »
 
Le 29 février 1944, Marceline Loridan-Ivens a quinze ans lorsqu’elle est arrêtée avec son père lors d’une rafle. Déportée à Birkenau, elle subit l’horreur des camps et parvient à survivre. Son père, lui, ne reviendra jamais d’Auschwitz. Soixante-dix ans plus tard, elle lui adresse une lettre, rédigée avec la journaliste et écrivain Judith Perrignon, où elle raconte sa captivité, son retour, sa vie d’après.
 
Plus qu’un témoignage, c’est une œuvre littéraire. Des pages qu’on lit en retenant son souffle.  François Busnel, L’Express.

Une lettre poignante.  Nicolas Ungemuth, Le Figaro magazine.

Les derniers avis

3
Blogueur

En partant d'une simple phrase mais à valeur de prophétie prononcé par son père, Marceline Loridan-Ivens raconte une vie d'attente, une vie sans celui pour qui elle a sûrement dû éprouver le plus d'amour dans sa vie. Un témoignage fort, à faire entrer dans la liste des indispensables sur la seconde guerre mondiale.

3
Blogueur

Les mots manquent, pour décrire ce court mais intense voyage dans ses souvenirs. Beau, émouvant, une belle claque, quand ses mots finissent par décrire la réalité actuelle, pas très rose. Marceline Loridan-Ivens partage un bout d’elle, un bout de cette relation avec son père qui ne s’est jamais vraiment arrêtée. Elle imagine ce qu’il aurait pensé de ses deux époux, elle imagine à quel point toute sa famille aurait eu besoin de sa présence. Elle utilise les mots pour écrire une lettre d’adieux, à ce père qui n’a jamais cessé, pourtant, d’être à ses côtés.

Liés