Vous êtes ici

HHhH
448
Date de parution: 
04/05/2011
EAN : 
9782253157342
Editeur d'origine: 
Grasset

HHhH

7,90€

Détails promotions contenus

Détails

Prague, 1942, opération « Anthropoïde » : deux parachutistes tchèques sont chargés par Londres d'assassiner Reinhard Heydrich, le chef de la Gestapo et des services secrets nazis, le planificateur de la Solution finale, le « bourreau de Prague ». Heydrich, le bras droit d'Himmler. Chez les SS, on dit de lui : « HHhH ». Himmlers Hirn heiβt Heydrich – le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Dans ce livre, les faits relatés comme les personnages sont authentiques. Pourtant, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L'auteur doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, cependant, mener l'histoire à son terme…

Un écrivain qui accomplit la prouesse d’à la fois narrer l’Histoire authentique, tout en insérant sa vision du monde […].On trouve de tout dans HHhH : on y cite Tarantino, Chaplin, Bogart, les films de Fritz Lang et de Douglas Sirk. Philippe Labro, Le Figaro.

Prix des lecteurs du Livre de Poche
2011
Prix des lecteurs du Livre de Poche-Littérature
2011

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Gérard Collard de la librairie La Griffe Noire (Saint-Maur-des-Fossés)

Un des meilleurs roman français de l'année

http://www.lagriffenoire.com/

D'autres coups de cœur libraires, en vidéos ? cliquez ici

L'avis de FLORIAN de la librairie FNAC (Amiens).

Prix Goncourt du premier roman 2010
Ce titre énigmatique est en en fait l'acronyme de "Himmlers Hirn heisst Heydrich" (le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich), surnom donné au nazi Reinhard Heydrich chef de Gestapo, des services secrets et planificateur de la solution finale. Un récit explosif loin d'être qu'une simple biographie.

Les derniers avis

5

Reinhard(t) Heydrich, le père de la Solution finale. Un homme à abattre sans aucun doute, alors même que son grand projet pour l’extermination des juifs reste encore inconnu. Sombre portrait de l’efficacité bureaucratique nazie pour le gouvernement tchèque en asile : l’opération « Anthropoïde » n’aurait pu rêver cible plus symbolique. Maintenant, à Jozef Gabčík et Jan Kubiš d’entrer en scène. Vont-il réussir à mener à bien leur mission? Vont-ils y survivre? Et plus inquiétant encore : l’auteur va-t-il arriver à reconstituer les faits?

Parce que oui, c’est un roman qui n’en est pas un. Plus que le récit de l’attentat contre Heydrich, HHhH est l’histoire de Laurent Binet écrivant un livre sur l’attentat contre Heydrich : l’histoire d’un écrivain à l’imagination fertile bataillant avec la vérité historique et l’art du roman, l’histoire d’un écrivain obnubilé par les faits et peu désireux d’arriver au terme de son récit. Il ne veut pas arriver au bout de sa quête sur « Anthropoïde », et c’est bien compréhensible. De nombreuses zones d’ombre demeurent encore lorsqu’il s’agit de cette mission suicide, et Laurent Binet les dévoile, sans essayer de masquer ses lacunes à coups de scènes imaginaires potentiellement véridiques ; il assume ses approximations, ses inexactitudes et ses erreurs, il les corrige au gré de ses (nombreux) chapitres.

HHhH, c’est l’Histoire, vue et étudiée par Laurent Binet. Le narrateur, extérieur à l’histoire, moitié romancier, moitié historien, et définitivement animé de sentiments très humains, nous donne son avis sur cet épisode, sur tous les épisodes qu’il raconte, avec ironie, second degré et parfois, sarcasme. Il se nourrit d’anecdotes diverses pour glisser dans son récit des traits d’esprit, destinés à nous faire réfléchir. Il tourne en ridicule les pontes du IIIème Reich en les mettant face à leurs propres contradictions certes, mais toujours en faisant valoir le danger que ces hommes représentaient à l’époque, ironie d’autant plus grande que les apparences ne faisaient que les desservir.

A peine un siècle après l’épisode, Laurent Binet rend ici un bel hommage à ceux qui se sont battus, qui ont résisté lors de la Seconde Guerre mondiale à l’envahisseur allemand. Il n’hésite pas à blâmer ceux qui, au contraire, ont préféré collaborer ou détourner les yeux. Sa documentation impressionnante lui permet d’ancrer dans les esprits les dates, les chiffres, les évènements. Son ton direct, prenant à parti le lecteur heurte le petit personnage du XXIème siècle que nous sommes, bien caché derrière les pages d’un livre, au fond de son canapé. Et vous, auriez-vous résisté ? Auriez-vous vu l’abominable réalité du gouvernement national-socialiste allemand?

Si l’auteur se débat tout au long de son livre entre faits et imaginaire, il arrive finalement à trouver le juste équilibre, suffisamment romancé pour nous faire adhérer à l’histoire et suffisamment objectif pour garder un véracité historique indéniable. Le ton ironique de l’auteur a fait de cette lecture un véritable plaisir, je recommande absolument !

Le livre raconte la vie de Reinhard Heydrich, tristement célèbre pour avoir été le chef de la Gestapo, celui des services secrets, et l'un des planificateurs de la solution finale. Il nous fait également le récit de la tentative d'assassinat menée contre lui depuis Londres, par le gouvernement tchécoslovaque alors en exil. En effet, Heydrich bénéficiait de la pleine confiance de l'état major nazi et avait reçu comme promotion d'être envoyé à Prague comme "protecteur" pour y remettre de l'ordre. Hitler avait estimé que la résistance tchèque y était beaucoup trop active. Heydrich prit son rôle à cœur et éradiqua cette dernière avec brutalité, ce qui lui valut le surnom de "bourreau de Prague". Nous sommes en présence d'un récit d'un évènement historique et de personnages réels. Mais l'auteur intègre également des notes/mini chapitres, sortes de parenthèses, qui éclairent le lecteur sur son processus d'écriture. Il accompagne ainsi le déroulement des faits en révélant ses doutes et questionnements sur la bonne démarche à adopter pour raconter l’histoire. Nous découvrons ainsi la lutte menée afin de ne pas céder à la tentation du romanesque qui l’a titillé pendant l'écriture, son obsession pour le sujet et ses conséquences sur sa vie privée. Comme pour La septième fonction du langage (Click), le récit est maitrisé, captivant et instructif.