Vous êtes ici

Ils ont tous raison
432
Date de parution: 
04/09/2013
EAN : 
9782253176404
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Ils ont tous raison

7,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Tony Pagoda, chanteur de charme napolitain, a connu la gloire, l'argent, les femmes. Lorsque la scène évolue, il décide de changer de cap et s’installe au Brésil, au fin fond de l'Amazonie. Dix-huit ans plus tard, un chef d'entreprise reconverti dans la politique lui fait un pont d'or pour qu'il se produise à nouveau en Italie. Pagoda découvre un pays vulgaire et stupide qu’il ne reconnaît pas, où l'argent est roi... Chef de file du nouveau cinéma italien (Il Divo), Paolo Sorrentino a su créer une langue unique à l'humour ravageur pour donner vie à Tony Pagoda, chanteur cocaïnomane, tonitruant et désabusé. Ils ont tous raison est un véritable phénomène d'édition en Italie. Une prose verte, nerveuse, drue. Un rythme enivrant. Des formules comme des coups… Bref, un premier roman qui cingle et qui réveille. Et vous laisse « la bouche ouverte ». Exactement ce que souhaitait son auteur. Florence Noiville, Le Monde des livres.

Les coups de coeur des libraires

Le choix de Stanislas de la Librairie Lamartine, Paris (75)

Paolo Sorrentino nous offre un roman, un vrai, foisonnant et surprenant, vivant en diable, qui s’attaque avec force et subtilité à l’Italie et ses dérives tout en lui faisant une magnifique déclaration d’amour, un roman qui n’en fait qu’à sa tête, sans négliger pour autant son histoire, un roman qui ne laisse (fort heureusement !) jamais son lecteur prendre le dessus. La langue (je n’ose imaginer le nombre de nuits blanches que ce texte a dû valoir à son excellente traductrice, Françoise Brun) tortueuse et fulgurante à la fois, se jouant d’un argot bien trop travaillé pour prétendre à la rue, d’une poésie bien trop salie pour prétendre au salon, une langue qui déclenche les rires, provoque les pleurs, excite. Bien évidemment la crudité du livre et ses ruades ne plairont pas à tous, mais ce caractère tranché n’est-il pas une preuve supplémentaire de la qualité d’un livre qui rejoint la famille des ovnis, celle qui fait tout le sel de la littérature ?