Vous êtes ici

Impasse des deux palais
672
Date de parution: 
11/10/1989
EAN : 
9782253050919
Editeur d'origine: 
JC Lattès

Impasse des deux palais

Philippe Vigreux (Traducteur)

8,60€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

« La rue d’al-Nahhasin n’était pas une rue calme… La harangue des camelots, le marchandage des clients, les invocations des illuminés de passage, les plaisanteries des chalands s’y fondaient en un concert de voix pointues… Les questions les plus privées en pénétraient les moindres recoins, s’élevaient jusqu’à ses minarets… Pourtant, une clameur soudaine s’éleva, d’abord lointaine, comme le mugissement des vagues, elle commença à s’enfler, s’amplifier, jusqu’à ressembler à la plainte sibilante du vent… Elle semblait étrange, insolite, même dans cette rue criante… »
N. M.

C’est dans les rues du Caire que Naguib Mahfouz, le « Zola du Nil », a promené son miroir et capté toutes les facettes d’une société égyptienne en pleine évolution. Impasse des deux palais est le premier volume d’une trilogie qui comporte également Le Palais du désir et Le Jardin du passé.
Naguib Mahfouz est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de littérature.

Les derniers avis

3
Impasse, perd et gagne Multiples visages de cette Egypte Plusieurs pincements au cœur Aux alentours de cette histoire Sans se soucier de ces belles esquisses Souvent épris d’une liberté soumise Et les retours de conscience se répètent. DES DEUX PALAIS Véronique Dubois Extrait Impasse des deux palais – Naguib Mahfouz - page 322 « Combien de fois s’était-elle étonnée, dans le fil de la comparaison entre son propre sort de celui de sa sœur, de la sanction sévère que lui valait sa dévotion sincère et la récompense que retirait l’autre de sa désinvolture : « Je fais régulièrement toutes les prières rituelles mais, elle, elle ne peut même pas s’y tenir deux jours de suite. Je jeûne pendant tout le ramadan mais elle, elle jeûne un jour ou deux, après quoi elle fait semblant tout en se glissant en cachette dans le cellier pour se bourrer l’estomac de noix d’amande, ce qui ne l’empêche pas tous les soirs au coup de canon, de se précipiter à table avant ceux qui m’ont encore rien mangé…. » »