Vous êtes ici

La Femme qui fuit
448
Date de parution: 
01/03/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253070757
Editeur d'origine: 
Marchand de Feuilles

La Femme qui fuit

7,70€
7,49€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Elle s'appelait Suzanne Meloche. Était aux côtés de Borduas, Gauvreau et Riopelle quand ils signent le Refus global en 1948. Fonda une famille avec le peintre Marcel Barbeau. Abandonna très tôt ses deux enfants.
Afin de remonter le cours de la vie de sa grand-mère, qu’elle n’a pas connue, l'auteur a engagé une détective privée et écrit à partir des indices dégagés. À travers ce portrait de femme explosive, restée en marge de l'histoire, Anaïs Barbeau-Lavalette livre une réflexion sur la liberté, la filiation et la création d’une intensité rare et un texte en forme d’adresse, directe et sans fard, à celle qui blessa sa mère à jamais.
 
Un ouvrage incandescent de beauté. Divisé en courts chapitres comme autant de petits poèmes, polaroïds d'une époque, La Femme qui fuit raconte notre histoire à toutes. Geneviève Patterson, Châtelaine.

Un livre émouvant entre réalité historique et pure fiction. Mario Cloutier, La Presse.
 
Prix des libraires du Québec 2016. 

Les coups de coeur des libraires

Le coup de coeur de la librairie Violette and Co

"Un roman magnifique qui interroge la quête de liberté d'une femme prise dans le carcan d'une société rigide".

Christine Lemoine

Les derniers avis

3
Anaïs Barbeau Lavalette dédie ce livre à sa mère qui a souffert d’avoir été abandonnée par sa propre mère. L'auteur relate la vie de sa grand-mère qu’elle a à peine croisée, Suzanne Meloche épouse Barbeau, poète, peintre, amoureuse et militante. Une femme envoûtée par un désir absolu de liberté au point d’abandonner définitivement ses deux enfants. Tout un pan de l'histoire du Québec est décrit, on traverse la crise, la guerre, on partage la vie des artistes du mouvement du Refus Global qui rejettent une société vivant dans le passé enserrée par l’emprise politique autoritaire de Maurice Duplessis, la censure du clergé et la mise à l’index d’une certaine littérature. J’ai été happée par le style direct emprunté par l’auteur, par l’émotion dégagée au fil des pages. Par le biais d’une longue enquête, l’auteur retrace le parcours de sa grand-mère et cherche des explications sans jugement, ni excuse.
3
l'histoire de ce dilemme humain est à la fois choquant, dérangeant et réel l'écriture proche parfois de la poésie font de ce livre une lecture intéressante