Vous êtes ici

La Malerune : trilogie complète
1 120
Date de parution: 
25/01/2012
EAN : 
9782253132813
Editeur d'origine: 
Mnémos

La Malerune : trilogie complète

17,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Une bien étrange paire se présente aux portes du château Garamont : un sorcier autoritaire et susceptible, accompagné d’un homme-loup aussi effrayant que noble de coeur. Pour la jeune Ariale, retenue prisonnière dans sa chambre, nul doute qu’ils ont un lien avec le chevalier Eras, son père mystérieusement disparu… Une compagnie d’aventuriers des plus inattendues naît alors. Zétide le puissant sorcier, Hogo le noble et monstrueux Lycante, la belle et farouche Lucia, et, bien sûr, Ariale partiront à la recherche du chevalier Eras et tenteront de percer le secret de sa quête.

Né sous la plume de Pierre Grimbert et terminé par celle de Michel Robert, tous deux respectivement auteurs des cycles best-sellers Le Secret de Ji et L’Agent des ombres, La Malerune est devenu en quelques années, grâce à des milliers de fans, un classique de la fantasy francophone.

Cette édition comporte les trois tomes du cycle de La Malerune parus préalablement au Livre de Poche : Les Armes des Garamont, Le Dire des Sylfes et La Belle Arcane.

Les derniers avis

3
Blogueur

Un univers vraiment intéressant et bien décrit et des personnages travaillés, j’ai aimé cette magie des runes que je trouvais originale et il y a un rebondissement plutôt étonnant dans la dernière partie. Et contrairement à beaucoup d’intégrales, il n’y a pas trop de répétitions entre les « tomes » pour resituer les personnages et l’histoire. Cependant il m’a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur mais c’est un roman que je conseille à ceux qui aiment la Fantasy ou qui veulent la découvrir.

3
Blogueur

Tout d'abord un grand merci au site Livraddict et à l'éditeur Le Livre de Poche pour m'avoir permis de découvrir ce petit bijou de la fantasy francophone.

Avant d'entamer ma lecture, j'ai tout d'abord était surprise que 1114 pages pouvaient tenir dans un livre aussi "mince".  Vite remise de ma surprise, j'ai découvert que l'éditeur a choisi d'utiliser du papier au plus fin possible.    Je ne suis pas particulièrement fan de ces "feuilles de bible" comme on les appelle parfois, car je trouve que cela perturbe parfois la lecture : on tourne plus souvent deux pages à la fois sans le vouloir, qu'une seule ...

Mais, venons en au fait, et mettons nous en route avec "Zétide" (vous comprendrez les guillemets à la lecture du livre ...), Hogo, Lucia et Ariale à la recherche du chevalier Eras et de la Belle Arcane.  Trop de mots que vous ne comprenez pas dans cette première phrase?  Il n'y a aucun soucis à se faire, les auteurs nous ont fourni un mini-dictionnaire au début du livre qui s'avère des plus utiles ainsi qu'une carte de l'Aeldo.   Aussi, les auteurs ont réussi de rendre "fantastique" leur univers tout en restant accessible pour les lecteurs en déformant certains mots français sans pour autant les rendre incompréhensible.  On peut par exemple, dans l'Aeldo, déguster de délicieuses "abricosses".  De belles trouvailles linguistiques qui rendent l'univers abordable et très poétique.  J'ai trouvé le style de "La Malerune" très agréable, poétique et plein de qualités.

Toute l'aventure se joue dans "Le Troisième Monde", divisé en deux moitiés : l'Aeldo et le Maûne.  Le Bien et le Mal s'opposent pour conquérir le monde entier dans ce livre.  Les personnages, chacun avec sa particularité, sont très bien esquissés et on s'y retrouve facilement.  J'ai particulièrement apprecié la manière dont les auteurs ont dépeint les femmes dans ce livre : les personnages femmes, comme Lucia ou encore Ariale, sont à la fois douces et courageuses, fortes de caractère et aventurières.

1114 pages, cela fait un peu énorme comme lecture me dîtes vous?  Non, rassurez-vous, une fois les premiers pas dans l'Aeldo entrepris, vous n'en sortirez pas avant d'avoir tourné la dernière page.  L'action démarre dès les premières pages, ce qui est appréciable.  Les auteurs ont fait le choix de mettre en place leur univers par petits bouts, bien intégrés dans le récit de façon à ce que le rythme du récit reste assez soutenu et sans descriptions à rallonge. A aucun moment, on s'ennuie, et contraint de quitter l'Aeldo au bout de cette belle aventure plein de rebondissements, on en redemande!