Vous êtes ici

a paraître
Le jour d'avant
360
Date de parution: 
22/08/2018
EAN : 
9782253073796
Editeur d'origine: 
Grasset

Le jour d'avant

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

« Venge-nous de la mine, avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis. À sa mort, mes poings menaçant le ciel. Je n’ai jamais cessé de le lui promettre. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, mort en paysan. Venger ma mère, morte en esseulée. J’allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n’avaient jamais payé leurs crimes. »

Suite au décès de son frère Joseph, mineur, à cause du grisou dans la fosse Saint-Amé à Liévin en décembre 1974, Michel Flavent se promet de le venger un jour et quitte le nord de la France. Quarante ans après, veuf et sans attache, il rentre au pays pour punir le dernier survivant, un vieux contremaître, et enfin tourner la page.

Un roman puissant sur les promesses du passé qui nous font vivre. Loup Besmond de Senneville, La Croix.

Son livre, c’est la justice qui passe enfin et ces mineurs arrachés à l’oubli. Anne Crignon, L’Obs.

Postface inédite.

Les coups de coeur des libraires

Le premier jour du reste de ta vie

En décembre 74, 42 mineurs meurent à la fosse de St Aimé Liévin. Michel, 16 ans vient de perdre son frère. Le sentiment d'injustice jalonnera sa vie, la vengeance et la culpabilité suivront. Un roman poignant et magistral où S.Chalandon construit et dissèque avec brio la psychologie humaine.

Béatrice de FNAC Lyon Part-Dieu

Captivant et déroutant !

Sorj Chalandon nous livre ici un récit puissant,avec une grande précision journalistique et une immense sensibilité. A travers son héros et son obsession de vengeance, c'est un roman sur la mémoire et la culpabilité. Entre histoire personnelle et mémoire collective, il nous transporte dans un texte d'une grande humanité !

Cécile de FNAC Gennevilliers

Un livre choc

Un livre choc sur la mort de 42 mineurs morts à la fosse Saint-Amé de Liévin-lens le 27 décembre 1974. Un roman brillant. Un procès haut en couleur et des plaidoiries remarquables pour une avocate chevronnée qui maitrîse bien son sujet.

Louis de FNAC Grenoble - Victor Hugo

Crime et Châtiment

Une histoire implacable, un drame qui vous prend aux tripes, un bouquin incroyable dont les pages défilent trop vite. Un tour de maître ! Je relirai sans aucun doute ce livre !

Hélène de FNAC Croix-Blanche

"Venge nous de la mine"

Après la mort de sa femme, Michel retourne dans le nord pour affronter ses démons du passé. Il se livre et nous raconte la tragédie de Liévin en 1974 qui a emporté son grand frère, Jojo. Un récit poignant, un roman psychologique d'une grande finesse qui traite d'un drame social et de ses répercussions...

Elise de FNAC Vannes

Le combat de toute une vie

Ce roman pourrait aussi être un film, jamais tourné, ébauché, jamais terminé. Une plaie non refermée, ouverte à jamais, animée de colère et de vengeance ressassée. Une peine immense, lourde et ouverte, de non-dits, de culpabilité et de remords. Et toujours la colère gronde et couvre tout. Le narrateur a survécu. Il est le survivant, adulte empli de colère, de honte et de silences. Il est celui qui ne devrait pas être, le « tiot », le petit frère apeuré d’amour pour son frère, fier et admiratif. Époustouflé par la mine, par les mineurs, par leur labeur, par leur abnégation mêlée d’orgueil, il est celui qui reste, orphelin de tous, orphelin de lui-même, comme rejeté. La souffrance est immense, ambivalente et dans cette ambivalence, le roman se déploie, la force narrative de Sorj Chalandon s’accomplit avec une rigueur magistrale et organisée, comme dans un procès. Implacable. Le roman est le procès en instance, réclamant jugement et vérité, souhaitant compléter le premier procès à peine entamé, vite balayé puis traîné en longueur, inutilement. Ce roman est un cri, une alarme de plus tirée par Sorj Chalandon pour évoquer les disparus, les oubliés de l’Histoire, les oubliés des tragédies, les oubliés des guerres, des infamies et des maltraitances, les oubliés tout court. Lumière et projecteurs sur le tribunal de Saint-Omer en 2017, après les longs travellings en 1974 dans les rues noires et embrumées d’une petite ville minière du Nord où l’absence résidait et présidait déjà : le réquisitoire sublime de l’avocat général est un morceau littéraire inoubliable, glaçant dans sa dureté et sa franchise. Le Jour d’avant est le roman d’un individu profondément seul, convaincu de sa vérité contre la société, son combat de toute une vie.

 

Betty Duval-Hubert, Librairie La Buissonnière, Yvetot

Liés