Vous êtes ici

Le Périple de Baldassare
506
Date de parution: 
06/03/2002
EAN : 
9782253152446
Editeur d'origine: 
Grasset

Le Périple de Baldassare

8,20€

Détails promotions contenus

Détails

« Ce que la présence de cette femme a apaisé en moi, ce n’est pas la soif charnelle d’un voyageur, c’est ma détresse originelle. Je suis né étranger, j’ai vécu étranger et je mourrai plus étranger encore. Je suis trop orgueilleux pour parler d’hostilité, d’humiliations, de rancœur, de souffrances, mais je sais reconnaître les regards et les gestes. Il y a des bras de femmes qui sont des lieux d’exil, et d’autres qui sont la terre natale. »Parti sur les routes en 1665, le narrateur de cette histoire, Baldassare Embriaco, Génois d’Orient et négociant en curiosités, est à la poursuite d’un livre qui est censé apporter le Salut à un monde désemparé. Sans doute est-il aussi à la recherche de ce qui pourrait encore donner un sens à sa propre existence.
Au cours de son périple, en Méditerranée et au-delà, Baldassare traverse des pays en perdition, des villes en feu, des communautés en attente. Il rencontre la peur, la tromperie et la désillusion ; mais également l’amour, à l’heure où il ne l’attendait plus.

Les coups de coeur des libraires

L'avis du libraire

Dans une langue ensorceleuse, Amin Maalouf ressuscite les coutumes des grandes cités du XVIIe siècle, redéfinit avec panache les enjeux de l'écriture, ceux de la foi en la Liberté et en la magie du Ciel qui, justement, ne promet rien d'autre que d'apprendre dans la contemplation l'art de devenir soi-même.

D'autres coups de coeur libraires, en vidéos ? cliquez ici !

Les derniers avis

3
Roman après roman, Amin Maalouf sort de terre une œuvre cathédrale dont le héros lui ressemble chaque fois un peu plus. Publié en 2000, « Le périple de Baldassare » ne déroge pas à cette édification magistrale. L’écrivain franco-libanais y érige la conscience universelle comme un autel à hauteur d’homme, projetant la littérature dans l’histoire d’un autre siècle qui pourrait bien être le nôtre. Depuis « Le Rocher de Tanios » (prix Goncourt en 1992), avec « Léon l’africain », « Samarcande » « Les Echelles du Levant » ou encore récemment « Les Désorientés », Amin Maalouf dresse de récurrents portraits de personnages légendaires à son image, qui ignorent les frontières et défient les continents dans la recherche d’eux-mêmes. Une quête autobiographique pour cet écrivain des maisons abandonnées qui écoute la respiration de sa mémoire : issu d’une famille de chrétiens melkites, né à Beyrouth mais ayant vécu son enfance en Egypte, retourné au Liban juste avant la guerre, finalement installé à Paris depuis 1976 et élu membre de l’Académie française en 2011. Vitrail flamboyant d’une épopée aux mille périls, « Le Périple de Baldassare » distille une philosophie humaniste sous des allures de conte oriental. Tandis que depuis cinquante ans les attentats terroristes de tous bords fragilisent l’équilibre des peuples, Amin Maalouf nous enseigne avec sagesse que « lorsque la foi devient haineuse, bénis soient ceux qui doutent. » Mille et une feuilles au miel d’Orient, à la fois pâtisserie et plat de résistance pour les affamés de liberté que la fidélité au souvenir ramène à leurs sources, « Le périple de Baldassare » se savoure jusqu’à la dernière miette. Chaque heure passée à la lecture de ce roman exaltant et subtil nous éloigne des ennuis du monde, qui, mis bout à bout, résonnent bientôt comme les trompettes de l’Apocalypse. Pour lire la suite : http://unoiseausurlaplume.wordpress.com/2013/06/20/le-millefeuille-de-la...

Liés