Vous êtes ici

Les Dames de Cranford
312
Date de parution: 
13/01/2016
EAN : 
9782253098683

Les Dames de Cranford

6,90€
6,49€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
« Il est bien agréable de dîner avec un célibataire… J’espère seulement que c’est convenable. Tant de choses agréables ne le sont pas ! »
 
Dans une petite ville du nord-ouest de l’Angleterre, la narratrice Mary Smith raconte les mille et un petits riens qui font la vie quotidienne de Cranford, notamment celle de ses amies Mlle Matty et Mlle Jenkyns. Elle dresse le portrait réjouissant et chaleureux  d’une communauté de femmes, et propose une peinture savoureuse de cette société rurale victorienne éprise de traditions.
Un classique de la littérature anglaise adapté au théâtre et à la télévision, dont la vivacité et l’ironie ne sont pas sans rappeler celles de Jane Austen.
 
Un chef d’œuvre d’humour. The Independent.
 
Nouvelle traduction de l’anglais (Royaume Uni) par Pierre Goubert

Les derniers avis

3
Autant j'adore le style anglais, les romans et essais dans cette langue, autant j'ai été affreusement déçue par la "nouvelle" traduction de Pierre Goubert. Les constructions des phrases sont tellement laborieuses qu'on ne comprend quasiment plus ce que l'auteure a voulu dire. Un exemple entre mille : "Comme le faisait remarquer Mlle Pole, puisque la majorité des dames de bonne famille étaient des célibataires d'un certain âge, ou des veuves sans enfant, si nous ne mettions pas un peu d'eau dans notre vin et ne devenions pas moins exigeantes, bientôt nous ne pourrions plus fréquenter personne." Pour ma part, j'aurais traduit cette phrase tout autrement, en tenant compte de la véritable syntaxe française, à savoir : "Comme le faisait remarquer Mlle Pole, nous ne pourrions bientôt plus fréquenter personne si nous ne mettions pas un peu d'eau dans notre vin et ne devenions pas moins exigeantes, puisque la majorité des dames de bonne famille étaient des célibataires d'un certain âge ou des veuves sans enfant". C'est tout de même plus aéré, non ? Plus savoureux encore dans l'horreur : "Je laissai tomber le paquet de cartes que j'avais battu avec bruit..." N'aurait-il pas été préférable de les battre "bruyamment" ? Plus loin, il est même question de "sortir des chemins battus" à la place des sentiers. L'influence de la réforme de l'orthographe, peut-être ? Cette traduction lourdingue a totalement gâché mon plaisir de lecture. Si vous avez besoin d'une bonne traductrice au style fluide et souple, contactez-moi via l'adresse électronique laissée dans mes coordonnées.