Vous êtes ici

Les Pages du serpent
576
Date de parution: 
04/01/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253085805
Editeur d'origine: 
Michel Lafon

Les Pages du serpent

8,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Barcelone, été 2003 : quatre femmes sont assassinées, leurs corps, mutilés. Neuf lettres d’un alphabet cryptique ont été gravées dans leur chair, et leur langue a été coupée. La dernière victime est la célèbre comédienne Natalia Hernández. Le soir du meurtre, une caméra de surveillance la filme inanimée dans les bras d’un homme retrouvé noyé quelques jours plus tard.
Barcelone, hiver 2014 : Anna Verco, jeune chercheuse américaine en histoire médiévale, accepte d’aider l’inspecteur Fabregat, désormais à la retraite, qui n’a jamais perdu l’espoir de résoudre l’affaire Hernández. Ensemble, ils reprennent l’enquête. Les recherches d’Anna mettent bientôt au jour une connexion entre les meurtres et un texte remontant à l’époque du Christ, écrit dans une langue inconnue : Les Pages du Serpent.
 
Ce thriller mystique met en scène une héroïne mystérieuse. Tous les ingrédients d’un bon polar à énigme sont réunis. Agnès-Catherine Poirier, Marianne.

Les derniers avis

3
Si ce livre avait été plus court et si l'histoire ne s'était pas perdue dans des délires pseudo historique pour rentrer dans le genre thriller ésotérique, ça aurait pu donner un bon petit roman. Malheureusement, l'histoire tire en longueur, on ne s'attache pas une seule fois aux personnages et le tout est rempli de cliché. L'intrigue se passe à Barcelone, mais la ville n'est qu'un simple décor alors qu'elle aurait pu être une partie intégrante de l'histoire. Bref, pour moi, rien à sauver.
3
La quatrième de couverture de ce roman et le bandeau rouge citant une critique du journal the independent « Un thriller qui pourrait bien détrôner Dan Brown », laisse supposer qu’on tient dans les mains une pépite. Que neni, la lecture est laborieuse. Par acquis de conscience j’ai été au bout du livre, avec beaucoup de difficultés. Jessica Cornwell déballe une quantité incroyable d’informations et de connaissances de façon si chaotique qu’il est impossible de s’y retrouver. A chaque chapitre il faut bien quelques pages pour savoir à quelle époque elle nous emmène et quels personnages évoluent sous nos yeux. Un capharnaüm sans nom qui devient lisible seulement sur les cent dernières pages. Dan Brown n’a aucun soucis à se faire, si ce n’est de voir son nom associé à ce roman….