Vous êtes ici

Les rêveurs
288
Date de parution: 
30/01/2019
EAN : 
9782253906896
Editeur d'origine: 
Grasset

Les rêveurs

7,70€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

« On devrait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander un engagement au vendeur – certifiez-moi qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance... »

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées du moment, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Une parfaite unité de ton, une grande justesse d’observation. La Croix.

Une plume aussi délicate qu’experte, qui virevolte d’une scène à une autre, d’un sentiment à un autre. L’Express.

L’auteure a su créer un objet passionnant, dont chaque détail sonne juste.  Elle.

Sélection PDL
2019

Actualités

Pour vous accompagner durant vos vacances, plongez-vous au cœur de romans lauréats de prix littéraires.

Les coups de coeur des libraires

Un très beau premier roman.

Derrière l'actrice discrète et lumineuse, se révèle une auteure au talent littéraire prometteur. Isabelle Carré raconte avec pudeur et délicatesse l'histoire de sa famille et ses secrets. Son cheminement jusqu'à la scène artistique apparaît comme une évidente réponse à son passé. Subtil, touchant, un moment de grâce.

Fabienne - Fnac de Morlaix

Une histoire dense et délicate.

Au-delà des coups bas portés par l'existence, Isabelle Carré tout à la fois fragile et puissante nous livre un roman autobiographique intense, délicat et poétique. Une belle réussite ...

Dominique - FNAC Montpellier

Les derniers avis

3
Blogueur

Les rêveurs est le premier roman d’Isabelle Carré, elle collectionne les souvenirs personnels dans ce récit. Elle évoque son enfance, adolescence comment le théâtre puis le cinéma lui a donné un cadre. Elle dresse le portrait de ses parents, cabossés par la vie, de ses frères. Au fil des pages, elle s'attarde sur un souvenir, un moment marquant de sa vie ou de celle de sa famille.

J’ai apprécié la métaphore du rêve, du besoin des mots pour s’échapper, de l’écrit comme échappatoire, du jeu au théâtre puis au cinéma pour avoir des règles. Elle retranscrit bien la période post 68 à travers le décor de sa maison rouge, les années sida, la dépression de sa mère, sa mélancolie, son envie d’avoir une famille normale, son besoin d’être aimé. Son style est efficace, imagé, parsemé de citations de films ou de chansons, qui font qu’on lit sans déplaisir ce récit d’autofiction.

Mais paradoxalement, je suis restée au bord des pages, sans doute à cause du début où le mélange de narratrice entre elle et sa mère m’a perturbé, sans doute car certains souvenirs m’ont perdu dans le fil du récit. Ce n’est pas l’absence d’ordre chronologique ou les changements de voix mais par moment ça m’a paru un peu trop lisse, il m’a manqué quelque chose pour ressentir de l’empathie alors que pourtant sa vie est drôlement romanesque, que certains souvenirs sont poignants.

Cela est peut être le fait que c’est un premier roman et qu’il reste encore quelques maladresses, je ne connais absolument par l’actrice et que ses souvenirs soient réels ou romanesques peu m’importe mais par moment j’ai eu justement l’impression d’un jeu sur les mots, de voir défiler le film mais de ne pas être dans le film. De trouver ça jolie mais de ne rien ressentir pourtant j’apprécie l’autofiction d’habitude et j’aime les constructions pas toujours conventionnelles mais là ça ne l’a malheureusement pas fait pour moi.

Donc un premier roman que je finis en demie teinte, je ne me suis pas ennuyée mais je n’ai pas réussi à oublier l’actrice derrière la jeune femme ou fille et je suis restée un peu au bord de la route. Sans doute en attendais je trop au vu des multiples prix et éloges que j’avais lu.

5

Une enfance atypique, des révélations parfois étonnantes, le tout raconté avec pudeur et une grande sensibilité. Isabelle Carré signe un premier roman délicat, touchant, rayonnant. Vive les rêveurs !
Frédérique Franco, Librairie Le Goût des Mots, Mortagne-au-Perche