Vous êtes ici

Les Vaches de Staline
552
Date de parution: 
17/04/2013
EAN : 
9782253167365
Editeur d'origine: 
Stock

Les Vaches de Staline

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Deux femmes, une mère et sa fille, dans la Finlande de la fin du XXe siècle. Katariina a tout tenté pour faire oublier ses origines estoniennes et taire les traumatismes de l’ère soviétique. Anna souffre de troubles alimentaires profonds et ne pense qu’à contrôler l’image de son corps. A travers leur douleur et leurs obsessions, c’est le destin tragique de l’Estonie, le pays de sa mère, que Sofi Oksanen évoque. Les « vaches de Staline » : c'est ainsi que les Estoniens déportés appelèrent les chèvres efflanquées qu'ils trouvèrent en Sibérie, dans une sorte de pied de nez à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles.
 
C’était son premier livre, et tout y était déjà de ce qui allait faire le succès international de l’éblouissant Purge. […] Un très beau roman métaphorique sur la difficulté de se construire quand on est déraciné. Alexis Liebaert, Marianne.

Les coups de coeur des libraires

Le choix de Monica de la FNAC Bordeaux-Lac (33)

Ceci pourrait être le roman d'une génération: celle qui a connu l'avant et l'après de la chute du rideau de fer. La nostalgie d'un espace-temps désormais hors de portée, Sofi Oksanen en parle avec une simplicité et une clarté digne de Kundera. Prenant et émouvant.

Le choix de Daniel de la librairie Decitre

Pas mal pour un premier roman... Je retrouve avec plaisir Oksanen après m'être régalé avec "Purge". Toutefois "Les Vaches de Staline" est un peu moins bien abouti que "Purge" son 3ème roman, mais bon faisons lui la grâce, c'est son premier roman... Je retrouve toute l'évocation de cette Estonie nostalgique qu'Oksanen réussit si brillamment à restituer. Elle dénonce toujours l'implacable répression d'un état totalitaire, mais aussi le comportement plus que douteux des visiteurs Finlandais lors de l'ouverture à l'Ouest. Elle développe une belle réflexion sur la double culture, l'identité et la difficulté de se construire, utilisant ce faisant le ressort d'une ado anorexique.