Vous êtes ici

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa
312
Date de parution: 
18/03/2015
EAN : 
9782253179900
Editeur d'origine: 
Le Dilettante

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans une  Libye en plein bouleversement. Une histoire d'amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle.
Les péripéties d'un fakir devenu culte.

" Ces tribulations, qui empruntent à Gérard Oury et aux Monty Python pour l'action, à Michel Audiard pour les dialogues, sont écrites avec une virtuosité comique dont le roman français semblait avoir fait le deuil. " Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur

" Je suis tombé amoureux de ce livre absolument sensationnel. C'est formidable. C'est merveilleux de drôlerie, d'impertinence, d'idées. C'est étincelant." Michel Crépu, Le Masque et la Plume.

Le Fakir
2014
Grand Prix Jules Verne
2014
L'Extraordinaire voyage du Fakir
2018

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Marie, de la librairie Siloë Chevassu, à Besançon

"Un indien du Rajasthan débarque à Paris pour acheter un lit à clous, uni-quement disponible dans les Ikea de France. Mais il va se retrouver enfermé dans une ar-moire qui est sur le point d'être expédiée en Angleter-re à bord d'un camion où sont montés des clandes-tins... Une fable pétillante et hilarante qui aborde également des sujets plus profonds du monde contemporain."

L'avis de Clo Brion de la librairie Vandromme à Les Vans

"Un Hindou, filou au possible, débarqué en France pour l'achat d'un lit à clous comme tout bon fakir le ferait, chez Ikéa, ce temple de la consommation mobilière, ses lits, ses cuisines ou autres belles armoires... Va s'ensuivre toute une série d'aventures plus ahurissantes les unes que les autres dans lesquelles Ajatashatru Lavash Patel («à prononcer, selon les aptitudes linguales, j'arrache ta charrue ou achète un chat roux») voyagera de France en Libye via l'Europe Schengen par les moyens de transports les plus divers, poursuivi par un Gitan-taxi fou furieux (qu'il n'a pas manqué d'arnaquer à son arrivée) et aux côtés de clandestins au sort vraiment pas enviable...
Un roman débordant, plus c'est gros, plus ça marche, absolument hilarant !"

Les derniers avis

3
Malheureusement, je ne suis pas tombée de l'armoire. Un livre à lire d'une traite. Un kit d'aventures, de péripéties. Pas trop compris la notice de montage.. Ecriture plutôt fade, jeux de mots convenus voire attendus. Superficiel, une armoire sans profondeur, un fakir sans clous. Je n'ai pas accroché mais se laisse lire.. restera au fond de la bibliothèque .. ou de l'armoire..
3
Loufoque vous avez dit loufoque ? Voilà en un seul mot le résumé de ce court roman. L’idée de départ, les personnages, le fil de l’histoire, tout est conditionné dans le sens de l’absurde. Mais ce qui fait son originalité au début, devient très vite lassant et ne tient pas sur la longueur, pourtant réduite du livre. Avec une écriture très simple, des acteurs peu sympathiques, Romain Pertuolas nous entraîne dans son délire qui n’a ni queue ni tête, et auquel je n’ai pas du tout adhéré. Je suis resté en dehors du coup dès les premières pages. L’auteur ne semble avoir utilisé aucun plan pour construire le scénario de son aventure. Il donne l’impression d’inventer les nouveaux événements au fil de ses lignes. Et pour que son récit ait une quelconque logique, il utilise à outrance des raccourcis faciles et des péripéties invraisemblables, qui font de son « Fakir » un capharnaüm d’idées saugrenues qui m’a profondément ennuyé. Pour moi, le véritable point noir de ce livre est qu’il n’a aucun intérêt, à part peut-être de faire sourire (à de très rares instants).Malgré les promesses de certaines critiques, j’ai passé un moment insipide. Il est des livres qui magnifient le temps, d’autres qui font passer le temps, celui-ci m’a plutôt fait perdre mon temps…

Liés