Vous êtes ici

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
320
Date de parution: 
23/08/2006
EAN : 
9782253115847
Editeur d'origine: 
Editions de Fallois

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Isabelle Stoïanov (Traducteur)

6,90€

Détails promotions contenus

Détails

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Marie-Paule K de la librairie Dialogues (Brest).

Il s'agit du seul livre jamais écrit par Harper Lee (et quel dommage !). Précipitez-vous, c'est un roman tendre et mélancolique dont on se souvient longtemps...

http://www.librairiedialogues.fr/

D'autres coups de coeur libraires, en vidéos ? cliquez ici

 

 

Les derniers avis

5
Blogueur

Nelle Harper Lee (1926 - 2016) est un ovni de la littérature américaine contemporaine avec uniquement deux romans publiés.

Le premier "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" a été sacré par le Prix Pulitzer en 1961 et sa redite "Va et poste une sentinelle", édité en 2015.

Haper Lee n'aurait pu être qu'une étoile filante dans le monde littéraire, n'eut été le succès de son premier roman, vendu à quarante millions d'exemplaires, adapté au cinéma* en 1962 et devenu un classique étudié dans les écoles.
Née à Monroeville en 1926, dans un Alabama marqué par la ségrégation, la haine raciale et la crise de 29. Elle est la fille d'un avocat et éditeur progressiste qui a fortement inspiré son personnage d'Atticus Finch.
Elle a été dans son enfance la voisine et camarade de classe de Truman Capote puis sa proche collaboratrice pour le roman de ce dernier "De sang froid".
"Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" est un des grands romans sur l'enfance et l'apprentissage.
On pourrait, dans la tradition littéraire américaine, le rapprocher de "Tom Sawyer" de Mark Twain.
Dans les années 30, pendant la Grande Dépression, dans une petite ville endormie d'Alabama, au cœur d'une Amérique raciste, l'avocat Atticus Finch élève seul ses deux enfants : Scout, la narratrice et Jem, aidé par Calpurnia, sa gouvernante noire.
C'est l'été. Scout et Jem se lient d'amitié avec Dill, un garçon qui séjourne chez sa tante pour les vacances et qui adore raconter des histoires extravagantes.
Cet été-là, alors que les trois enfants sont fascinés par leur voisin Boo Radley, qui vit reclus, Atticus Finch accepte de défendre Tom Robinson, un jeune homme noir accusé d'avoir violé la fille de Bob Ewell, un marginal blanc miséreux et sans doute incestueux.
Les enfants d'Atticus font alors les frais du choix de leur père : atteints par les insultes racistes et la haine dont leur famille fait l'objet dans ce monde où un noir est forcément coupable puisqu'il est noir, ils devront grandir plus vite que prévu.
Cette saison sera pour eux la moment de la confrontation avec un monde des adultes violent et raciste, avec l'injustice et la rancœur.
Harper Lee a su mettre dans la bouche de Scout, son héroïne âgée de six ans, des mots pertinents qui mènent à la réflexion sur l'Amérique des années 20 et 30. L’œil de l'enfant permet un éclairage neuf et inédit sur la société des adultes, percluse de préjugés, de haines dépourvues de raison, de peur et de violence.
Avec l'accession à la Présidence des États-Unis de Donald Trump, cette Amérique-là, celle du Sud ségrégationniste, celle du Ku Klux Klan, a relevé la tête et reprend du poil de la bête, tentant de remettre en cause des décennies de luttes pour les droits civiques et la justice. D'où l'importance de lire, relire et faire découvrir ce magnifique roman.

* "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" a été adapté au cinéma par le réalisateur Robert Mulligan en 1962 avec Gregory Peck dans le rôle d'Atticus Finch. Le titre français du film est "Du silence et des ombres". Le film a été couronné par trois Oscars dont celui du meilleur acteur pour Gregory Peck et trois Golden Globe.
Il figure sur le liste BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans.

3
Ce n’est pas une nouveauté mais à force d’entendre dire : « Ce roman est tellement bien ! », je ne pouvais pas passer à côté. Harper Lee , l’auteure américaine qui a écrit ce beau roman dans les années 60 se définit comme La Jane Austen de l’Alabama. Suite à cet immense succès, elle n’a malheureusement rien écrit d’autre. C’est à travers la voix et les yeux de Scout, fillette de la petite ville de Maycomb que l’on découvre le racisme envers les Noirs et la ségrégation. Scout, son frère Jem et leur ami Dill s’occupent durant les vacances d’été, dans cette petite ville du Sud des États-Unis dans les années 30. Dans cet État du Sud américain, les Noirs vivent parqués dans des bidonvilles et au mieux, sont domestiques chez les Blancs. Le père des enfants, Atticus, veuf, est juste et bon. C’est lorsqu’il est commis d’office avocat de la défense d’un Noir accusé de viol que la ségrégation entrera dans la vie des enfants. Ce roman dans lequel on a trouvé beaucoup d’éléments autobiographiques, a remporté le prix Pulitzer et est inscrit dans les programmes scolaires américains de lecture. Son retentissant triomphe est largement mérité. On entre de plein fouet dans cette ambiance sudiste américaine : raciste et très pieuse… Truman Capote, également originaire de la ville de Monroeville en Alabama, comme l’auteur, a prétendu être le personnage de Dill. Il aurait également prétendu être l’auteur d’une bonne partie du roman ( !) Ce livre est un vrai dépaysement, un réel plaisir qui nous fait découvrir une Amérique en pleine dépression des années 30, bourrée de préjugés et qui a du mal à se relever de la crise. La pauvreté est très présente. Les enfants nous livrent leur vision innocente de ce monde. Un livre culte à lire absolument. Désormais, j’ai envie de voir l’adaptation cinématographique sortie en 1961 sous le titre Du silence et des ombres.

Liés