Vous êtes ici

No Home
480
Date de parution: 
03/01/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253069072
Editeur d'origine: 
Calmann-Lévy

No Home

8,10€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
XVIIIe siècle, au temps de la traite des esclaves. Ghanéennes, Effia et Esi sont demi-sœurs mais ne se connaissent pas. La sublime Effia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du fort de Cape Coast. Dans les cachots de ce fort sont enfermés les futurs esclaves. Parmi eux, Esi. Elle sera expédiée en Amérique. Ses enfants et petits-enfants seront continuellement jugés sur la couleur de leur peau. La descendance d'Effia, métissée et éduquée, perpétuera le commerce triangulaire familial et devra survivre dans un pays meurtri pour des générations.
Yaa Gyasi   nous conte le destin d'une famille à l'arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.
 
Une incroyable saga, un talent inouï. Vertigineux. Estelle Lenartowicz, Lire.
 
Une écriture limpide, un savant dosage de politique et d’intime, d’histoire et de magie.  Gladys Marivat, Le Monde des livres.
 
No Home pourrait bien devenir un classique.  Yves Viollier, La Vie.

Les coups de coeur des libraires

Un souffle hors du commun

Effia est l’enfant d’une malédiction.

 Sa mère Baaba l’a toujours dit. La preuve : elle est née le jour d’un incendie qui a ravagé les cultures d’ignames de tout son village. D’une grande beauté, promise au futur chef Abeeku, elle finira par être donnée en mariage à un Blanc, le gouverneur James Collins. Elle quittera les siens pour aller vivre au fort de Cape Coast avec son nouvel époux, qu’elle se surprendra à aimer malgré l’implication de ce dernier dans le commerce des esclaves. À la mort de son père, elle apprend que Baaba n’est pas sa mère, mais qu’elle est le fruit d’une liaison entre son père Fanti et une esclave ashanti. Ce qu’elle n’apprendra jamais, en revanche, c’est qu’elle avait une demi-sœur, Esi, qui est passée par les geôles du fort de Cape Coast avant d’être vendue comme esclave aux États-Unis. 

Avec un souffle hors du commun, No Home nous embarque du XVIIIe siècle à nos jours, sur les traces des descendants d’Effia et d’Esi, du Ghana aux États-Unis.

 

CHARLÈNE BUSALLI, de la Librairie du Tramway, à Lyon

Une formidable et captivante saga familiale sur trois siècles

BÉATRICE LEROUX,  de la Librairie Gibert Jeune, à Paris vous conseille :

Ghana, XVIIIe siècle. Effia et Esi sont deux jeunes demi-sœurs. L’une va épouser un blanc, l’autre va devenir esclave. Ce que vous allez lire en 450 pages seulement grâce à des chapitres astucieusement construits. Je vous envie de ne pas l’avoir encore lu !

Les derniers avis

5

Quelle belle découverte que ce roman historique qui nous amène à suivre tour à tour l'une ou l'autre des lignées familiales de Esi ou Effia.
Sur trois siècles, l'auteur nous plonge dans l'histoire de l'esclavage, la ségrégation, le déracinement depuis la "Côte d'Or" (Ghana) jusqu'aux USA, en Alabama. On découvre alors le système d'esclavage mis en place par les européens, mais pas seulement. A la base, les guerres entre tribus africaines (Ashantis et Fantis), elles-aussi ont provoqué leurs propres ravages.
Lisez-le et, peut-être, comme moi vous plongerez-vous ensuite dans des publications portant sur l'histoire détaillée du Ghana.

4
Blogueur

Chaque génération des deux branches de la famille a droit à un chapitre dédié. On avance ainsi dans le temps avec chacun d’entre eux et cela nous donne une vision globale de l’esclavage et de l’avancée de la position des noirs, notamment en Amérique. L’auteure traite ici de plusieurs siècles de combats à travers le quotidien de chacun, et c’est écrit de manière très fluide, ce qui fait que j’ai dévoré ce livre !

Passer d’un personnage à un autre à chaque chapitre est à la fois captivant et déroutant. Heureusement qu’un arbre généalogique est détaillé au début du livre, j’y ai fait appel plusieurs fois afin de ne pas perdre de vue qui était qui. Car, en parallèle de l’histoire de l’esclave et de ses conséquences sur les noirs même après son abolition, on réfléchit aussi sur la famille et ce que notre généalogie nous transmet, sans même que nous en ayons conscience.