Vous êtes ici

Park Avenue
480
Date de parution: 
09/04/2014
EAN : 
9782253177432
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Park Avenue

7,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

En épousant Merrill par amour, le jeune avocat Paul Ross est entré dans le clan Darling avec son cortège de privilèges : un appartement sur Park Avenue, un job en or, des week-ends dans les Hampton et des soirées avec le tout Manhattan. Mais bientôt Wall Street plonge et les grandes banques menacent de s'effondrer. Un scandale vient éclabousser la famille Darling, la propulsant sous les feux des médias, et Paul doit choisir son camp. Sauver sa peau en trahissant sa femme et les siens ou les protéger, coûte que coûte. Cristina Alger pose un regard subtil et implacable sur cette haute société new-yorkaise dont la crise financière de 2008 va faire voler en éclats les certitudes. Un roman étincelant, drôle et féroce, aussi tendu qu'un thriller, sur lequel plane l'ombre de Madoff.

La crise a du bon. Grâce à elle, il y a des romans comme Park Avenue. Eric Neuhoff, Le Figaro.

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Monica de La Fnac, Bordeaux-Lac (33300)

L'expérience de l'auteur dans le domaine de la finance a bien servi son roman. L'intrigue est tenace, d'autant plus que la crise financière n'est pas très loin derrière nous. Entre la chute des Darling et une histoire d'amour qui relève le niveau d'une humanité au bord du gouffre, "Park Avenue" se lit d'une traite...

Les derniers avis

3
Qu’il m’est difficile de cerner ce livre. Est-ce l’attrait de la couverture, fort belle, ou des critiques enthousiastes lues qui m’ont fait acheter et lire ce roman, je ne sais pas. Attention j’ai lu ce livre jusqu’au bout et j’ai apprécié de nombreux passages, d’où mon ambiguïté à le commenter. Au bout de 100 pages j’attendais encore que l’intrigue commence, même si elle se dessinait doucement, très doucement, trop doucement. Je ne suis pas fan de la finance et même si il faut bien situer le sujet, je me suis perdu dans certaines explications trop « techniques ». On sent que l’auteur est une ancienne spécialiste du milieu. Le sujet est, hélas, d’actualité, un « magouille » financière et le château de cartes qui s’écroule entraînant une famille particulièrement dans la tourmente. Faut-il coûte que coûte sauver les apparences ou être honnête, c’est la question que se pose Paul, le gendre. Et ce dernier est attachant, tout comme son épouse. On jongle entre la famille, les autres protagonistes qui ont un rôle plus ou moins important dans l’histoire. Le style Certains passages du roman sont prenants, l’intrigue, la découverte de cette famille et le final. Mais je trouve que l’on se perd dans de longues descriptions, heureusement que je me suis accroché mais j’ai peu que certains n’est pas le même courage. C’est dommage j’attendais peut-être un peu trop de ce roman. Mon petit point positif La couverture, que je trouve superbe ;-)
3
Une très bonne découverte avec en toile de fond New York City!